REFLEXION

REUNION DU WALI AVEC LES RESPONSABLES DE LA COMMUNE DE MOSTAGANEM : Les instructions de M. Ouaddah



REUNION DU WALI AVEC LES RESPONSABLES DE LA COMMUNE DE MOSTAGANEM : Les instructions de M. Ouaddah
Le wali de Mostaganem à clôturé ses tournées d’inspection et de travail à travers les 32 communes de la wilaya, par une réunion qui s’est tenue au siège de la commune de Mostaganem, le 14 Novembre dernier, avec tous les élus de l’APC et les responsables locaux de ladite commune. Des orientations ont été données et des instructions strictes ont été dictées aux élus pour la bonne gestion des affaires de la commune et la prise en charge des préoccupations des citoyens de la ville. En effet, cette réunion qui s’est déroulée à 15 heures avait pour but : la présentation du bilan d’activités et réalisation des travaux de construction et d’urbanisme effectués par le budget communal de Mostaganem. Prenant la parole, monsieur le chef de daïra qui après avoir souhaité la bienvenue à l’assistance, avait interpellé monsieur le P/APC de Mostaganem lequel avait présenté le bilan sus-cité qui à été énuméré comme suit :
- Réhabilitation de 61 écoles primaires à travers la commune de Mostaganem plus l’équipement pédagogique et cantines scolaires.
- Extension du mur de soutènement de Sidi Abdelkader.
- Etude pour la réalisation d’un jardin à Tigditt.
- Réalisation d’un théâtre de verdure à l’école Boubekeur Kaïd cité Zahana.
- Aménagement et équipement de la salle Cheikh Hamada.
- Réalisation de salles de soins avec logements de fonction au Douar Amarna, cité Akid Lotfi, 152 logements.
- Extension de 04 classes à l’école primaire Sellab Abdelkader.
- Extension école primaire 600 lgts Kharrouba.
- Réalisation de 18 locaux pour la vente de fruits et légumes à la cité Djebli Mohamed.
- Réalisation de 04 salles de sport et 21 aires de jeux à travers plusieurs quartiers et cités.
- Aménagement des garderies.
- Continuité dans l’exécution du plan de circulation de la ville par l’aménagement des carrefours et l’installation des feux tricolores.
- Aménagement des trottoirs et la pose du carrelage à travers plusieurs endroits au centre de la ville.
- Revêtement des routes endommagées, à la cité Djebli Mohamed, Diar El Hana, chemin des conduites etc…
- Réalisation d’un parcours auto école pour les enfants à la cité 800 logements.
- Aménagement de la place des martyrs à Tigditt.
- Réalisation d’un mur de soutènement à la cité Chara.
- Aménagement voie C.I.A.
- Création d’une voie cité Djebli Mohamed à la cité Castors.
- Extension et rénovation du réseau éclairage public sur les grandes avenues, Benyahia Belkacem, Ouled Aïssa Belkacem, Khemisti et la salamandre.
- Aménagement urbain en face du cimetière Sidi Benhaoua.
- Aménagement d’un jardin à la Salamandre.
- Aménagement d’aire de jeux à la cité Chelif.
- Aménagement de la voirie Douar Aïzeb.
- Réalisation d’aire de jeux Douar Amarna.
- Aménagement urbain cité Chemouma.
- Réseau d’assainissement pour les locaux professionnels à la cité Djebli Mohamed, cité des 800 logements, Diar El Hana et les 300 logements.
- Réalisation d’une voie à la cité Zahana.
- Raccordement en électricité et réalisation réseau AEP pour les locaux professionnels.
- Etude du projet de réalisation de deux parkings à étages, aux alentours du centre ville.
Prenant la parole, monsieur le wali s’est adressé à l’assistance pour faire état de carence, relevé lors de sa tournée à travers la ville et c’est ainsi qu’il n’a pas manqué de réserver des instructions strictes à l’égard des responsables intéressés dans divers secteurs. Par cette réunion considérée de prime abord comme une simple prise de contact, le premier magistrat de la wilaya veut montrer sa disponibilité envers toutes les autorités locales, qui a-t-il indiqué « nous sommes réunis, aujourd’hui, sous un point commun, celui du bien être de la wilaya et son développement », comme il a souligné dans son discours qu’il faut multiplier les efforts pour préserver la dignité du citoyen. Pourquoi le citoyen doit-il attendre le wali pour l’interpeller et pleurer ? A ajouté le wali, en intimant aux responsables d’être plus présents sur le terrain, après avoir constaté lors de sa tournée d’inspection, effectuer à travers les artères de la ville, où un décalage sur les explications fournies au niveau de plusieurs sites visités tels l’entassement des ordures à travers plusieurs artères quartiers et cités, le problème d’assainissement, le commerce informel qui a pris de l’ampleur, les constructions illicites des bidonvilles qui poussent comme des champignons un peu partout dans la commune, « la loi de l’urbanisme doit être respectée » à clamé en direction des responsables concernés, afin de préserver et mettre en valeur les qualités de l’environnement, renforcer l’identité urbaine et paysagère de la commune, « on doit, au moins, respecter la loi » a ajouté le wali. Concernant l’habitat, le wali a insisté sur le recensement du vieux bâti, à travers les quartiers populaires comme Tigditt, où la majorité des habitations menacent ruines, où des familles vivent dans des conditions déplorables, sous des logements menaçant de s’effondrer, incitant à prendre des mesures urgentes à l’égard de ces citoyens, afin de reloger ceux qui sont vraiment dans un danger et que leurs demeures nécessitent pas d’être réhabilité concernant les commerçants installés à hauteur de la mosquée « Badr », M. Ouaddah n’a pas manqué de dire que cet endroit est réservé à la population pour se distraire dans un espace libre et l’évacuation de ces marchands dans d’autres lieux soit prise dans l’immédiat, afin de pouvoir exercer leurs activités dans de bonnes conditions réglementaire. Dans son discours le wali à aussi insisté à ce que l’on respecte les espaces des sites historiques et archéologiques de la ville, comme il a mis en garde contre les hideux et les conséquences qui en découlent, « il ne faut pas avoir peur des mots, il faut le dire, le message est clair et chacun doit assumer ses responsabilité », comme il a insisté à mobiliser les associations des quartiers pour des volontariats d’assainissement à travers leur lieux de résidences pour un environnement propre et sain, le curage des avaloirs, la réhabilitation de l’éclairage public, la création des espaces verts, concernant les immeubles, qui sont dans un état lamentable depuis des années et qui ont été défigurés par les différentes transformations qui ont affecté les balcons, une véritable « bidonvilisation de l’immeuble », « les façades son devenues de véritables patchworks » comme il a souligné, il faut dire aussi que l’incivisme et l’absence d’entretien des parties communes de ces immeubles, sont à l’origine de la prolifération des rats et pour y remédier, il faudrait exiger le respect des règles édictées par la loi relative au régime de la copropriété et à la gestion des immeubles collectifs et qui n’a jamais été appliquée. Faire comprendre aux copropriétaires qu’ils sont tenus de se solidariser pour l’entretien des parties communes, la réfection des colonnes montantes de l’AEP et du collecteur principal d’évacuation des eaux usées. Sensibiliser les copropriétaires à la constitution en assemblée qui prend en charge la conservation de la gestion des parties communes, où à défaut, désigner un syndic disposant de pouvoirs étendus notamment pour la collecte des frais d’entretiens et de réparation à effectuer. Dans cette même réunion, le wali a proclamé la défaillance bizarre des infrastructures, défaillances flagrantes dans les suivis des projets en cours de réalisations, des mal façons innombrables dans les infrastructures réalisés, comme les deux marchés couverts d’Ain Sefra, dilapidation dans le foncier, agencement démesurément proportionné de certains projets, hégémonie monopolistique d’une poignée de bureaux d’études et d’entreprises de réalisation. Pas le moindre projet réalisé ou en cours de réalisation n’a suscité la satisfaction du chef de l’exécutif, ni les félicitations des entreprises en charge de l’exécution des travaux ou les bureaux d’études qui suivent les projets, car, a chaque halte marquée, le wali a suggéré, a remarqué, recommandé, sermonné, ou a décidé. Enfin au yeux des pessimistes, la détermination affichée et affirmée, du nouveau wali à changer les choses, ne t’ardera pas à s’estomper, ce aussitôt les forces occultes conservatrice de l’ordre établi parvenues à ceindre sa franchises sur le terrain, à considérer sa démarche, son action et sa méthode de travail, les prémices du changement se profilent déjà à travers les décisions prises et les mises en garde, implicites ou explicites, à l’adresse des protagonistes, dans l’effort du développement et qui avaient grandement besoin du holà. Méthodique, très perspicace et fort d’une capacité d’écoute exceptionnelle qui le distingue de tous les prédécesseurs que nous avons connu, Hocine Ouaddah affronte ainsi, le terrain, par la mise en œuvre de son plan d’attaque. Au chapitre des premières actions, il y a la détermination de l’ambiance du travail, la transparence et ce à cet égard, ce furent les gens de la presse qui auront été sollicités pour l’engagement dans cette bataille du changement. « Vous ne me rendez pas service en me dissimulant les problèmes et préoccupations de la wilaya et de sa population ! » avait-il affirmé aux présents, lors de la première prise de contact, suivie immédiatement par une décision de l’intégration de la cellule de communication de la wilaya au cabinet du wali.

T. B. Abdelkader
Samedi 20 Novembre 2010 - 22:01
Lu 1734 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+