REFLEXION

RETROSPECTIVE 2013 : Beaucoup d’évènements ont marqué l’année 2013 à l’ouest du pays

Comme les autres années qui l’ont précédée, l’année 2013 n’est pas passée inaperçue pour l’ensemble des citoyens de la région ouest du pays à l’instar des autres wilayas du pays. Ci-dessous quelques événements parmi tant d’autres qui ont marqué cette année :



Changement à la tête de plusieurs  wilayas de l’ouest
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a procédé en mois d’octobre 2013 à un mouvement dans le corps des walis. Concernant les wilayas de l’ouest algérien, ce mouvement comporte: Zaalane Abdelghani, wali de Bechar, est muté à la wilaya d’Oran, Saci Ahmed Abdelhafidh, wali d’Adrar, est muté à la wilaya de Tlemcen, Boussetta Aboubakr Essedik, wali de Djelfa, est muté à la wilaya de Chlef, Bechar M. Mohamed Slamani en remplacement de M. Abdelghani Zaalane.
Oran
Mise en service du Tramway
Le tramway d’Oran a été inauguré le 1er  mai  2013 par Amar Tou, ministre algérien des Transports, en présence d'Abdelmalek Boudiaf, Wali d’Oran, et de Pierre Mongin, P-DG du Groupe RATP. C'est le 2 mai que les Oranais découvrent leur nouveau tramway. Long de 18,7 km et comprenant 32 stations, il dessert les plus grands quartiers de l’agglomération oranaise et devrait à terme accueillir environ 90 000 personnes par jour. Fonctionnant tous les jours de 5 h à 23 h, le tramway d’Oran bénéficie des dernières avancées technologiques, garantissant confort, sécurité et accessibilité. Ses rames sont équipées de climatisation, de vidéoprotection et de planchers bas permettant l’accessibilité des personnes à mobilité réduite.
Affaire de falsification du bac pour l'accès à l'université
Le  scandale de la falsification des diplômes pour l'accès aux facultés de médecine et de droit de l'université d'Oran a défrayé la chronique universitaire à Oran en 2013.L'enquête diligentée par les services de sécurité a mis à nu l'existence de 300 diplômes falsifiés. Il est à rappeler que la Gendarmerie avait entamé l'enquête préliminaire il y a plusieurs mois, avant de permettre au parquet de prendre le relais et d'ouvrir une information judiciaire. Sur ce registre, il faut noter que  le très épais dossier de ce scandale devra livrer tous ses secrets, après plusieurs mois d'interrogatoires, de mises en confrontation et d'expertises techniques. Sur ce plan, les mis en cause ont été répartis sur trois principales catégories, les indus diplômés (les mis en cause qui se sont procurés un faux diplôme de bac pour s'inscrire dans une spécialité universitaire dont l'accès est conditionné par des critères bien détermines), les enseignants complices et les fonctionnaires de l'Administration universitaire de différents paliers de responsabilités, ainsi que les intermédiaires. Par ailleurs, il faut signaler qu'une dizaine d'étudiants de la faculté de médecine ont réussi à accéder à cette formation, grâce à un bac falsifié. Au moins, deux d'entre-deux ont achevé leur cursus et ont intégré le secteur de la profession sanitaire. Sur ce registre, on signale que ces étudiants sont issus de familles nanties. Pour rappel, une commission d'enquête avait été dépêchée du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour mettre la lumière sur cette affaire, dont certains croyaient qu'elle allait être étouffée ou mise aux oubliettes, du fait que 60 étudiants ont été mis sous contrôle judiciaire et 03 fonctionnaires ont été placés sous mandat de dépôt. Il faut aussi préciser que l’enquête suit son cours au niveau de la faculté de médecine et celle de droit de l’université d’Oran.
Mascara
Le suicide du DRAG
Le directeur de la DRAG (direction de la réglementation et de l’administration générale) de la wilaya de Mascara, M. Drissi Abdelkrim, 59 ans, s’est suicidé le 22 Avril 2013, dans son bureau en se tirant une balle dans la bouche, mettant ainsi fin à ses jours. Le Directeur a été découvert mort dans son bureau avec une balle  tirée dans sa bouche.
Le maire de Mascara dépose sa démission
Le maire de Mascara M. Senouci Mohamed, a déposé sa démission en mois de Décembre 2013 devant l’assemblée communale où il a annoncé que cette démission est déposée pour des raisons de santé et non pour la pression exercée sur lui par le wali de Mascara. Sachant que le maire a fait l’objet d’un retrait de confiance par quelques 32 élus durant le mois de Novembre 2013.
Tiaret
Le maire de Nadhora devant
la justice pour corruption
Le 25 mars 2013 et suite à une souricière tendue par les éléments de la brigade de gendarmerie nationale d’Ain Dzarit illustrée par des billets photocopiés par un entrepreneur de Djelfa lequel s’est plaint de la non perception de sa caution après avoir réalisé un château d’eau en 2010 au niveau de cette commune.  
Le P/APC, B.M, 50 ans d’obédience FLN a été présenté devant le procureur de la République près le tribunal de Ksar-Chellala ce 26 mars 2013 et lequel l’aurait renvoyé devant le juge d’instruction. Pour rappel, le pot de vin est estimé à 30.000 dinars et le P/APC.
Le P/APC de Hamadia mis
sous mandat de dépôt
Le procureur de la République près le tribunal de Theniet El Had a ordonné la mise sous mandat de dépôt du P/APC de Hamadia, B.A, âgé de 47 ans d’obédience FNA pour le grief : Outrage à corps constitué. Selon nos sources, les faits remontent au 11 Avril dernier lorsque le mis en cause a eu une altercation avec les policiers.
Scandale du couffin
du ramadhan  à Frenda
Le procureur de la République près le tribunal de Tiaret  a ordonné la mise sous contrôle judiciaire l’ex-P/APC de Frenda, deux élus et le directeur d’EDIPAL de Tiaret pour les griefs : approvisionnement en denrées sans P.V de prestations et sans visa de la commission des marchés et mauvaise gestion de la distribution des couffins du Ramadhan. En effet, cela remonte au Ramadhan 2012, lorsque plus de 200 citoyens ont envahi les garages d’EDIPAL à Frenda et se sont emparés de plus de 100 couffins, en plus de la casse. Suite à cela, le wali a ordonné l’ouverture d’une enquête dont les premiers éléments ont dévoilé l’existence d’une convention entre l’APC d’un milliard et 200 millions de cts couvrant les besoins d’approvisionnement en denrées alimentaires en vue de distribution de couffins pour les démunis.
Démission du P/APC de Chehaima
Le P/APC qui dépose sa démission, c’est M. Benaissa Ouled Kaddour, 58 ans et dont l’appartenance politique serait le parti de M. Bounedjma : FNJS implanté uniquement dans cette commune.
Dilapidation de près
de 23 millions de dinars à l’ANEM
Il s’agit du fameux dossier intitulé « affaire de l’ANEM de Frenda » qui était entre les mains des services de la police judiciaire depuis le mois de novembre de l’année 2012, soit presqu’une année d’investigations en signalant que plus de 200 personnes ont été entendues sur PV. Cette enquête a été déclenchée suite à la plainte des services de la wilaya où près de 23 millions de dinars ont été dilapidés et quelques 270 personnes dont les bénéficiaires de différents contrats, quelques 48 entreprises fantômes, l’actuel directeur  de l’agence ANEM de Frenda et certains de ses employés ont fait l’objet d’accusations à l’exemple « association de malfaiteurs, dilapidation de deniers publics, faux et usage de faux, falsification de documents administratifs, usurpation de fonction etc ».
Ain Temouchent
11 tentatives de suicide et 03 suicides
Il a été enregistré, durant l’année 2013, par les services de la protection civile de la wilaya d’Ain-Temouchent, un nombre de 11 tentatives de suicide  et 03 suicides  ayant touché les différents âges des personnes de sexe masculin et féminin. Le bilan fait état que parmi les 14 cas de tentatives de suicide et de suicides, l’on dénote 12 hommes, et 02 femmes dont 01 suicide et 05 tentatives de suicide au niveau de la commune de Béni-Saf (daïra de Béni-Saf), 01 suicide à El-Amria (daïra d’El-Amria), 02 tentatives de suicide dans la commune de Hammam-Bou-Hadjar (daïra de Hammam-Bou-Hadjar), 01 tentative de suicide d’une fillette à Oued-Sebbah (daïra d’Ain-El-Arba) .
Détournement
de 8 milliards de centimes à la S.P.M.C
Les  éléments de la brigade économique et financière de la Sûreté de wilaya d’Ain-Temouchent  ont réussi  à dévoiler une  affaire de faux et usage de faux, au niveau de la Société de Posolaine  des Matériaux de Constructions (SPMC) de Béni Saf, filiale de la Société Nationale FER-PHOS dont le siège social se trouve à Annaba. Les présumés auteurs sont le directeur  de la société   et  09 cadres de l’entreprise. L’enquête a révélé l’établissement d’ un nombre de 21 bons fictifs de livraison  et 1425 autres bons non enregistrés et non mentionnés sur le registre de livraison pour une quantité globale de 65000 tonnes de  la matière de posolaine destinée aux travaux de  la consolidation des ouvrages d’art. Le conférencier nous a informés  également que les services de la Sûreté de wilaya ont entrepris l’enquête depuis 06 mois,  et que les auteurs présumés sont une dizaine de cadres à leur tête le directeur de  la SPMC de Béni Saf.
Scandale dans le secteur de la santé
Les services de sécurité ont ouvert une enquête sur une affaire de conclusion de marchés non conformes à la réglementation, mauvaise gestion, et falsification de documents administratifs dans le secteur de la santé dans laquelle une quarantaine d’individus  seraient impliqués, répartis en fonctionnaires, cadres de  certaines structures sanitaires à travers la wilaya d’Ain Témouchent, des services techniques de construction, ainsi que des entrepreneurs auxquels ont été confiés les projets de réalisation à caractère sanitaire et médical.
Chlef
Le 1er vice-président de l'APC d’Ain Merane condamné à la  prison ferme
Le tribunal criminel de Chlef a jugé le procès de l'affaire de faux et usage de faux, corruption et détournement des fonds publics dans  lequel est impliqué le Premier vice Président de l'APC d’Ain Merane dans la wilaya de Chlef. A rappeler que le mis en cause a détourné les fonds publics destinés à l'association sportive  DRB Ain Merane club qui évolue en Régionale de la Ligue de football de Blida d'un montant de plus de 2 milliards de centimes.    
Sidi Bel Abbes
Un nouveau wali à la tête de l’exécutif
Par le décret de la présidence de la République sur le mouvement partiel des wali. M. Yahia Fehim qui a fait un très court passage à la tête de l’exécutif de la wilaya de Sidi Bel Abbès a été remplacé en Mars 2013 par un cadre plus jeune qui a encore du chemin à faire dans une carrière de chef de l’exécutif de la wilaya. Il s’agit en fait du secrétaire général de la wilaya d’Alger M. Hattab Mohammed.
Le chef de Sûreté
de wilaya relevé de ses fonctions
Après le drame qui a secoué le siège de la sureté de la wilaya de Sidi Bel Abbés et qui s’est soldé par une jeune policière tuée par sa collègue au moyen de son arme de service, la direction générale de la sureté nationale a dépêché une commission qui était chargée d’enquêter sur ce drame. Les premières retombées de cette affaire qui a fait réagir le commandement de la police se font sentir dans la mesure où le premier responsable de la police a été relevé de ses fonctions.

La Rédaction
Lundi 30 Décembre 2013 - 18:48
Lu 185 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+