REFLEXION

RESTAURANT DES FRERES FEKAIRI A BETHIOUA : À table avec les SDF et les démunis !

Le mois de Ramadhan est une opportunité pour savourer les délicieux plats en famille, Malheureusement beaucoup de personnes n’ont pas cette chance. Nous avons décidé de passer une journée auprès des personnes qui ne mangent pas toujours à leur faim.



RESTAURANT DES FRERES FEKAIRI A BETHIOUA : À table avec les SDF et les démunis !
Comme chaque année, durant le mois sacré de Ramadhan, les restaurants Rahma ouvrent leurs portes un peu partout à travers le territoire national. La daïra de Bethioua ne se distingue point de ses paires. Comme les autres régions du pays, Bethioua est au rendez-vous de la bienfaisance. En effet, depuis le début du mois du jeûne, beaucoup de restaurants (répartis sur les quatre coins de la wilaya) accueillent les plus démunis de la population et leur assurent un repas chaud. Cette louable initiative a vu le jour grâce à la DAS (Directions de l’action sociale), les associations caritatives, le Croissant Rouge algérien et la bonne volonté des âmes charitables. Pour voir de plus près l’ambiance conviviale qui règne dans ces restaurants de charité, on s’est déplacé dans l’un de ces locaux, situé au centre de la ville du chef lieu de la daïra de Bethioua plus précisément à la gare routière Hadj Hmida Fekeiri. Dès l’après-midi, une dizaine de personnes qualifiés dont un chef cuisinier en compagnie des ses aides cuisiniers et des serveurs engagés par les bienfaiteurs et rémunérés sont sur les lieux pour préparer un délicieux dîner pour beaucoup de gens qui n’ont pas de quoi assouvir leur faim. Aux environs de 16 heures, la chorba est fin prête. C’est le moment de préparer le repas du jour : Un plat d’haricot vert garni avec des morceaux de viande d’agneau. Puis viendra la préparation d’une salade verte. A 18 heures, une soixantaine de personnes font la queue devant le spacieux restaurant. Quelque temps après, M. Fekairi Mohamed, propriétaire de l’établissement, invitent les malchanceux de la société à s’attabler à l’intérieur du restaurant. A 20 H, c’est enfin le moment de la rupture du jeûne. Les imams de la ville appellent à la prière du «Maghrib». Certains hommes âgés iront  dans un espace  réservé pour prier au niveau de la gare routière, pour ne pas louper le dîner, vu que les mosquées sont archicombles durant ce mois de Ramadhan.
 Une ambiance particulière
 A l’intérieur du restaurant, des femmes, des hommes et même des enfants savourent  des plats  copieux et délicieux. C’est comme si c’était une fête de mariage, ou presque. L’ambiance familiale est réinventée par ce noble geste de charité. " Chaque jour, depuis le début du mois de Ramadhan, on distribue plus d’une centaine de repas. On est tous des bénévoles et on se donne à fond pour aider ces personnes nécessiteuses, un tant soit peu. Je suis sûr que le restaurant Rahma ne remplacera jamais la chaleur du foyer familial, mais nous tentons de bien faire les choses et d’ouvrir nos cœurs à nos frères et sœurs. C’est la première année que je participe à ce genre de geste de charité et j’espère que ça ne sera pas la dernière. Il n’y a pas de plus important, durant le mois du jeûne, pour un musulman, que d’aider son prochain ", nous dit, Ali Dindane un ex secrétaire général d’A.P.C en retraite, qui vient apporter son aide, un jour sur deux, dans ce lieu de bienfaisance. A la fin  du mois de Ramadhan tous les restaurants Rahma fermeront leurs portes, comme si les bons gestes se limitent à une petite période de l’année. Peut-être qu’il est temps de perpétuer ces bonnes habitudes. Il y a beaucoup de gens qui peinent à survivre dans notre pays, les aider et leur assurer un avenir meilleur est aussi l’un des devoirs majeurs des pouvoirs publics.

Medjadji. H
Lundi 22 Juillet 2013 - 12:31
Lu 423 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+