REFLEXION

RESPECT DE LA REGLEMENTATION PAR LES ENTREPRISES : Les procédures légales de recrutement sont-elles respectées ?



À Mostaganem, plusieurs entreprises publiques et privées recrutent sans passer par les services de l’Agence nationale de l’Emploi (ANEM). Au vu de la loi, cette pratique est formellement interdite mais certaines entreprises ne s’embarrassent pas à passer outre la réglementation. Dans ce cadre, la loi N°04/19 du 25 décembre 2005 oblige les employeurs à notifier à l’agence habilitée tout emploi vacant dans leurs entreprises et qu’ils souhaitent pourvoir, puis de transmettre les informations relatives aux besoins en main-d’œuvre et au recrutement effectué. Toutes les offres d’emploi de l’entreprise doivent passer par les agences ANEM, localement compétentes et donner la priorité dans ces recrutements à la main-d’œuvre locale. Cependant, nombreux sont les candidats qui, malgré leur compétence, n’arrivent toujours pas à trouver un poste d’emploi, car en dépit de l’insistance des pouvoirs publics sur le passage obligé par les agences de l’emploi, pour toute opération de recrutement,  des entreprises continent à le faire sans passer par ces instances. Ce sont des recrutements illégaux, vu que ces dernières  n’ont pas suivi la procédure réglementaire en vigueurs, à savoir ; le transit obligé par l’agence nationale de l’emploi (ANEM). Ainsi et depuis que le recrutement et les offres d’emploi ont été confiées à l’Agence nationale de l’emploi, notamment à ses agences locales, ces dernières enregistrement chaque jour un nombre considérable de demandeurs de renseignements et les postulants aux différents dispositifs d’emploi, notamment le dispositif d’aide à l’insertion professionnelle qui, rappelons-le, est destiné aux diplômés universitaires et techniciens supérieurs, détenteurs  de CAP ou encore les demandeurs de formation. Pour rappel, tout contrevenant aux dispositions de loi relative à la notification des offres et aux informations à transmettre à l’agence est puni d’une amende allant de 10.000 à 30.000 dinars par poste vacant non-notifie. Idem, pour tout recrutement effectué au besoin de main-d’œuvre non transmis à l’agence chargée du service public de placement. En cas de récidive, l’amende prévue est portée au double. La fausse déclaration est également punie. 

Tayeb Bey Aek
Dimanche 16 Février 2014 - 18:11
Lu 167 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+