REFLEXION

RENTREE SOCIALE MOUVEMENTEE : Attention à « septembre »

Grogne ; la rentrée sociale de cette année prévue le 11septembre prochain, s’annonce houleuse au vu des mises en garde et autres menaces lancées par des protestataires pour un meilleur cadre social. Ainsi ce qui devait être, une simple formalité risque de devenir le feuilleton de la rentrée sociale.



RENTREE SOCIALE MOUVEMENTEE : Attention à « septembre »
Il s’agit précisément de la Fonction publique, sujet de conclave entre représentants de l’UGTA et la direction de l’Education nationale d’Oran. Les propos rassurants tenus le 1er du mois courant ne sont plus d’actualité du fait de la longue de bois encore, cachant mal un désaccord flagrant. Le blocage est tel, que les deux parties se sont accordés « un temps pour la concertation » oubliant dans la foulée la date du 23 juillet, qui a été fixée comme date limite, pour ficeler le dossier en question. En effet un grain de sable nommé contractualisation, fait grincer des dents la commission gouvernementale, au risque même de la bloquer pour de bon « il s’agit d’une condition sine qua non, pour la poursuite de la concertation » précisera M.Gullil Ahmed directeur de l’éducation nationale d’Oran, une condition qui n’a malheureusement pas encore trouvé d’écho favorable, chez M. Ouyahia. Les professeurs de lycée risquent, pour leur part de revenir à la charge après un retour au calme, du fait qu’ils n’ont pas été satisfaits dans leurs revendications légitimes. Ces derniers exigent entre autre un salaire de 50.000 DA et n’ont eu droit qu’à une prime de 8000 DA non imposable, en plus d’être menacés dans leur poste à la suite d’une vaste opération de recrutement lancée par le ministre de l’Education. Une initiative, qui a tempéré les ardeurs des protestataires, qui ont vite rejoint les salles de cours et promettent de reprendre la lutte dès la rentrée 2011 – 2012. Ce qui augure un malaise dans le secteur de l’éducation nationale mais aussi dans celui de l’enseignement supérieur. Ils seront en effet plus de 200.000 nouveaux étudiants, à se bousculer dans les salles de cours déjà surchargées. L’hébergement pour sa part sera le problème majeur obligeant déjà le ministre de l’habitat, à apporter son soutien en proposant des logements sociaux pour les étudiants. Dans ce bouillonnement, les partis politiques semblent complètement dépassés. Il est vrai que le coup de massue a étourdi plus d’une information, toutefois on ne saurait expliquer, une absence aussi longue censée être à l’écoute des doléances des enseignants relatives à leur permanisation, et en être le porte parole, ces partis semblent préoccupés par des guerres internes quand ce ne sont pas des vacances prolongées. Cette absence, risque en tout état de cause de les enfoncer un peu dans le regard d’une opinion publique déçue plus que jamais. En attendant septembre approche et ne semble augurer rien de bon.

N.Bentifour
Vendredi 29 Juillet 2011 - 09:27
Lu 382 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+