REFLEXION

RENTREE SCOLAIRE A L’ECOLE 1ER NOVEMBRE A LA STIDIA : La commune gâche la leçon de l’écocitoyenneté !

Après l’écoute de la leçon sur la citoyenneté écologique, puis la rentrée dans des salles sales, démunies de pupitres, poussiéreuses, au sol jonché par les débris de verre de fenêtres cassés par les scouts auxquels la mairie avait cédé l’établissement : quelle leçon en tirera l’élève de la symbolique de ce premier jour, de ces conditions ?!



Loin des écoles bien astiquées à la veille de la rentrée pour les feux des projecteurs ; dans l’Algérie profonde, une école comme celle du 1er Novembre à La Stidia, le premier jour de cette année 2017-2018, semble, malheureusement, ne point augurer les bons auspices. Non parce que cette couverture de circonstance se veut dans le chauvinisme, ni en raison du respectable corps pédagogique que la rue veut diaboliser bien des fois, ni en raison de la politique pédagogique de son Excellence la Ministre de l’Education ; mais parce que d’abord, cette école primaire patauge dans un environnement sociétal qui ne rougit pas de son état accommodé à la schizophrénie prônant théoriquement la morale, la citoyenneté, mais pratiquant l’abrutissement et la salissure sur le terrain. Le cas de tout le j’menfoutisme d’une commune qui, après s’en avoir lavé les mains vis-à-vis de la collecte des ordures, laissant le village respirer les odeurs des bennes regorgeant d’immondices le long de l’été, semble en cette fin de mandat électoral, s‘en moquer même de la gestion des primaires.
Les scouts ont sérieusement
dégradé les lieux !

L’établissement en question, -qui après avoir été cédé à un centre de scout ayant sérieusement dégradé les lieux, dérangé les riverains de par des soirées insensées à haut-parleurs, de par leurs pétards et feux d’artifices bruyants, au-delà de minuit svp, entre autre salissure de la cité et ses airs de jeux entre autres espaces verts avoisinants, sans compter la déchéance de ces estivants se pavanant en modes vestimentaires délabrés, devant le mutisme de l’APC, devait au moins être nettoyé. D’ailleurs, bien des articles de presse ont été noircis pour que l’APC se penche sur ce côté. Mais « au lieu d’un sérieux coup de balai, la commune n’a procédé à la dernière journée qu’à un bâclage », commente un parent d’élève. « Comme si les augustes élus n’étaient pas concernés par la rentrée scolaire qui est inscrite dans le code communal. L’ont-ils lu ? Comme si les élus n’étaient pas eux aussi des parents d’élèves », soupire un haut commis de l’Etat venu accompagner son petit-fils.
« Elus, auriez-vous procédé au bâclage en présence des hautes autorités ?! »
Mais bon, « une vérité n’a pas besoin de tout un tableau pour s’imposer », se manifeste un autre avant d’ajouter : « Que peut-on s’attendre d’une assemblée d’élus n’attendant, que la paye en contrepartie de toute la gestion chaotique de ce village ?! » Alors qu’une autre maman a insisté à l’égard de l’auteur pour rapporter cette question : « Elus, auriez-vous procédé au bâclage, si cette école était retenue pour une rentrée en présence de hautes autorités ? » Et pour mieux confirmer ce laisser-aller digne du laxisme, encore un autre parent a rétorqué de la façon : « Et dire que cette APC recèle de 4 enseignants et ne dote les primaires même pas de stylos » ! Résultat : après la bonne leçon prodiguée par monsieur le Directeur à la fin de la levée des couleurs, qui a été dédiée à "l'écocitoyenneté", non sans mettre l’accent sur l'éducation comportementale et la contribution active de tout un chacun sous le slogan de « tous mobilisés pour une école citoyenne et de qualité », tel que judicieusement préconisé par monsieur le Président de la République, malheureusement, bon nombre parmi les enfants sont entrés dans des classes où il n’a été même  pas appliqué un coup de balai. Information ajoutée par quelqu’un : une des femmes de ménage s’est absentée la veille ». Aussi simple que ça ! Chose face à laquelle, la mairie n’a pas pris ses responsabilités.
Même pas un coup de serpillière !
D’où, le cas des élèves de la première année entre autres classes, qui faute de tables appropriées, ont été invités par la maitresse à se partager en groupes de 4 à 5, le peu de pupitres dont disposait la salle de cours dont le sol était jonché de débris de verre de fenêtres cassés à l’heure de la rentrée ! Les parents d’élèves qui ont aidé la maitresse à ramasser le verre cassé et dans sa quête de colportage des pupitres sales, crasseux et ébréchés à la suite d’une longue exposition au soleil de plomb, n’en revenaient pas de toute cette démission de l’assemblée populaire. Même pas un coup de chiffon imbibé d’eau de javel ! Même pas un coup de serpillière ! Même pas un retapage des fenêtres, des portes !
Rappel : l’exemple de la fresque du Président et les mal élus !
Pour l’anecdote, il n’y a pas longtemps qu’un mandat ou deux, l’effronterie, le culot, l’audace, ou l’on ne sait quoi, d’élus irresponsables et inconscients, est arrivé au point de ne bouger le petit doigt à la vue d’une fresque artistique ayant comme fond notre cher Président de la République, faisant office de ‘’contreplaqué’’ pour parer à une fenêtre cassée ! Il a fallu une dénonciation par voie de presse, pour y remédier à cette leçon d’irrévérence, d’irrespect, à l’image et à la personne du premier magistrat de la République ! C’est ça le niveau et la pédagogie des dernières assemblées de la pauvre La Stidia. Tout comme l’autre assemblée qui en dépit des conseils émis par le mouvement associatif, ne s’est pas gênée à embaucher dans une école un gardien de jour bon gré mal gré sa sale réputation de récidiviste de prison et de dealer, jusqu’au jour où il a abusé d’un élève ! Ou l’autre assemblée qui n’a pas réagi à la vue de la spoliation d’une grande superficie à une école par un particulier ! Et dire que ces gens-là reviennent au galop maintenant que les locales approchent ! Impudicité quand tu nous tiens !  
Où va-t-on avec de pareils élus ?!
Une question pour résumer tout le désastre laissé à la place d’une rentrée qu’élèves et personnel éducatif espéraient, au moins, dans des conditions normales, pour ne pas espérer le meilleur. Or, l’assemblée chargée de la gestion des écoles, est de ce genre qui pour se débarrasser du tas de cahiers et de paperasses de l’année écoulée, n’a fait mieux que de jeter tout ça dans un espace forestier jouxtant le dos d’une voisine école, celle de Ahmed Zabana, avant d’y mettre un coup de briquet, pour laisser les riverains respirer la fumée suffocante durant toute la nuit. Un topo pour vous épargner un tableau sur l’état des toilettes plus semblables à une écurie, pour rester dans le correctement politique, où un vulgaire câble d’électricité et une pompe d’eau sont à la portée de nos enfants !  A la sortie des derniers parents d’élèves ayant donné un coup de main, vers les 08h35, arrivait enfin un tracteur appartenant à la commune, pour dégager les ordures de la cantine d’à côté, elle aussi, cédée aux scouts. Allez, full stop. Bonne rentrée chers élèves, chers professeurs. Veillez à bien prendre soin de nos enfants ; Dieu vous le rendra !

 

Ilies Benabdeslam
Mercredi 6 Septembre 2017 - 19:39
Lu 431 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 18-11-2017.pdf
3.68 Mo - 17/11/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+