REFLEXION

RENCONTRE DES INVALIDES DE LA GUERRE DE LIBERATION NATIONALE : 14 moujahids décèdent chaque jour à Hammam-Bou-Hadjar



RENCONTRE DES INVALIDES DE LA GUERRE DE LIBERATION NATIONALE : 14 moujahids décèdent chaque jour à Hammam-Bou-Hadjar
Le centre de repos des moudjahidines de Hammam-Bou-hadjar (wilaya d’Ain-Temouchent), a abrité une rencontre régionale de l’association nationale des grands invalides de la guerre de la libération nationale. Cette rencontre s’est tenue en début de semaine, en son siège et a été organisée, par la section locale de l’association nationale, M. Bouhafsi Mohamed président de l’association nationale des grands invalides, de la guerre de la libération nationale (ANGIG), a présidé cette rencontre régionale, qui a regroupé les représentants des associations des wilayates de l’ouest du pays, aussi a-t-il exhorté les moudjahidines, à contribuer en urgence, à la préservation de la mémoire nationale , de par le recueil des témoignages sur la lutte de libération nationale , tout en appelant les historiens à prendre attache et contact, dans les meilleurs délais pour consigner leurs témoignages, qui serviront aux jeunes générations. Il expliquera à ce propos que l’urgence est de mise et que les témoignages sont nécessaire, avant qu’il ne soit trop tard de par l’âge très avancé des moudjahidines et des quelques survivants qui sont appelés à disparaître. Dans ce contexte même l’un des membres du bureau national fera remarquer à l’assistance, que 14 moujahids de la lutte de la libération nationale décèdent chaque jour. Cette rencontre rentre aussi, dans le cadre de la préparation de la conférence nationale de l’Association prévue à Batna durant le mois de septembre 2010. Rappelons que la wilaya d’Ain-Temouchent, compte une quarantaine de centres de concentration et de tortures créés par le colonialisme Français et que bon nombre d’entre-deux nécessitent une opération de restauration, pour la sauvegarde la mémoire, pour marquer cet interlude historique, témoins de la barbarie de ce pays civilisé. Les fermes agricoles « CHABRE- GATTA à Hammam-Bou-Hadjar, de Sidi- Ben-Adda (daïra d’Ain-Temouchent) ect.. Se sont des vestiges à conserver et qui sont la source, vivante de la mémoire de la région, pour témoigner de la présence coloniale et pour l’enrichissement de l’histoire contemporaine et celle du patrimoine national, par des hommes, qui ont lutté armée, pour la de libération pays.

B.Abdelgheffar
Mercredi 14 Juillet 2010 - 12:50
Lu 459 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+