REFLEXION

RELIZANE : Quand la police s’attaque aux fléaux du secteur des transports

Une grande opération qu’on peut appeler maintenant ‘’d’historique’’ vient d’être entamée par le service de la circulation au niveau de la sureté de wilaya de Relizane depuis quelques jours et continue sa traversée à l’égard de ces nouveaux monstres mécaniques qui ne sont autres que les bus.



Ces derniers   qui assurent le transport urbain dans les grandes villes notamment au chef-lieu de la wilaya. Jusqu’à présent  ces résultats obtenus  ont été chaleureusement applaudis par les  citoyens puisque plus de 16 bus ont bien été retirés  du trafic  urbain et mis en fourrière pour des périodes qui   vont d’une semaine à 45 jours pour des motifs traditionnellement connus   comme l’état  défectueux de l’engin , la vitesse   folle des  chauffeurs ,le changement   des itinéraires  ainsi que les arrêts  sauvages. Cette campagne  avec une telle   rigueur n’a jamais été organisée auparavant   au point où les chauffeurs ne donnèrent guère de l’importance ni aux  passagers  ni  aux usagers de la route    d’ailleurs plus de quatre enfants ont été  heurtés mortellement dont deux   se trouvèrent   devant leurs demeures sur le trottoir. Le bus  qui est censé  accueillir  32 places  n’a jamais  réservé  à cette  limite son  respect pour   les passagers   qui   sont partiellement responsables de  cette situation et  acceptent  avec sourire d’être  maltraités quand  le receveur  avec un sourire   trompeur dit   aux clients  «  poussez  un peu plus rétrécissez  les espaces entre vous  dans le bain pour laisser les autres  baigner avec vous » le ticket  n’est pas exigé  ni par le client  ni par les brigades de contrôle   censées   inspecter  cet impératif  fiscal  détourné volontairement .  Un petit aperçu sur ce dilemme nous  donne toute  la réalité  amère choquante  les Isuzu  pendant la période estivale  préfèrent s’orienter vers des créneaux plus juteux  à savoir les plages  boutant   tragiquement  les villes  ce qui  engendre  des perturbations aussi bien  dans les  administrations publiques que les autres services  socio-éducatifs comme les écoles, les hôpitaux les souk etc.… Le chauffeur du bus   n’hésite pas à arrêter  n’importe comment  et  n’importe où si le client  lui signale  pour monter  car   il voit  le monde  à travers les 10 dinars   alors que ce même  client  trouve toute la peine pour demander à être rapproché  devant sa destination. La presse, les  rapports   périodiques de  la police  les interpellations  de temps à autres des citoyens   n’ont pas  cessé  d’attirer l’attention de cette  catastrophe de  cercle qui est ce bus  d’Isuzu mais  en vain, la raison pour laquelle  un grand soupir a accompagné cette nouvelle   campagne de la  police applaudie à sa juste valeur pourvu que ce pressing lega continue  pour pouvoir   trouver les solutions au problème très complexe de la circulation urbaine  dans la wilaya   notamment au  chef-lieu  qui n’a pas encore changé  le plan de circulation depuis plus de 20 ans . La ville de Relizane qui est structurée traditionnellement  en plu de 20 cités  comme les cités de Bermadia,  Dallas , Chemirik  ,el Intissar , Benrazga, Graba,  Zergaoui , Ofla, les  complexes ,les castors etc…  ne sont pas  bien servis  du fait justement de cette anarchie dite  anarchie  des  chauffeurs de bus.  Les citoyens lancent  un autre souhait  pour que la direction des transports  de la  wilaya  n’accepterait désormais que les grands  cars  aménagés  au lieu de retenir ces  bus  qui correspondent aux  cellules de détention.    

Gana h.
Samedi 2 Mai 2015 - 18:04
Lu 271 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+