REFLEXION

RELIZANE : Marché du travail et le chômage



RELIZANE : Marché du travail et le chômage
La wilaya de Relizane a connu, à l’instar des autres wilayas du pays, un chômage en constante augmentation entre 1999 et 2004, touchant plus particulièrement la tranche d’âge des moins de 30 ans. Si depuis 2004 le taux de chômage a beaucoup diminué, il semble surtout refléter l’extension du secteur informel, qui représente un pourcentage important de l’emploi recensé. Cette exclusion du marché du travail affecte particulièrement la population jeune et sans qualification, à la recherche du premier emploi. Au-delà des facteurs qu’on connait telle la démographie et l’inexistence d’un plan plus visionnaire, ce serait, selon les observateurs, le caractère capital intensif du régime de croissance qui aurait exacerbé les tensions sur l’emploi, ce qui met en évidence une relation de causalité entre le régime d’accumulation et les performances du marché de travail. Il s’agit alors d’évaluer, sur la base d’une projection de l’économie locale, quel est l’effort de productivité et d’accumulation nécessaire à une réduction à moyen terme du chômage qui tienne compte de la qualité de l’emploi créé. En effet, si l’on tient compte des indicateurs socio-économiques de la wilaya de Relizane, il en ressort, une progression indiscutable dans l’éradication du phénomène. Mais est-il légitime aujourd’hui de se poser la question suivante : La régression du chômage depuis 2004 a profité à quelle catégorie de jeunes, est-ce aux universitaires, à ceux issus des centres de formation professionnelle ou encore à ceux qui n’ont aucune qualification ? Peut-on faire la part des choses, lorsqu’on met toute une politique en branle pour atteindre les objectifs escomptés ? Pour cette dernière question, il serait malhonnête de répondre par l’affirmative, puisque le fait d’adopter une quelconque politique, la plus adaptable soit-elle, ne pourrait être une science exacte, mais révisable au fil du temps. C’est ce qu’on appelle garder le positif et essayer de remplacer ce qui ne marche pas, par d’autres outils et mécanismes qui pourraient éventuellement améliorer la situation. Revenons à notre première question et voyons ce que l’on pourrait déduire à la lecture des chiffres en notre possession. La première bonne information, c’est cette régression du taux de chômage qu’a connue la wilaya de Relizane entre 2004 et 2009. Selon les statistiques officielles fournies par les services compétents, le taux de chômage est descendu de 41,03 % en 1999 à 13,07 % en 2004 pour atteindre 11,48 % en 2009. Ces chiffres sont le résultat d’énormes efforts consentis par les autorités de la wilaya et les principaux acteurs activant dans le secteur de l’emploi. Toutefois, il est à relever que la part du lion dans le cadre des emplois créés revient à la catégorie universitaire suivie par celle qui détient une formation professionnelle. Il y a lieu d’ajouter également , qu’il faut entendre par emplois créés, qu’il ne s’agit pas uniquement de recrutement direct ou par le truchement de l’agence nationale de l’emploi mais, il faut tenir compte des différents dispositifs mis par l’Etat à la disposition des jeunes en matière de création de leurs propres entreprises dans le cadre de l’ANSEJ, l’ANGEM et la CNAC. C ’est ainsi qu’on peut lire qu’en 1999, la wilaya de Relizane a enregistré 10.189 emplois crées, en 2004 29.348 et en 2009, ce sont 31.792 emplois qui ont été créés, une différence de taille et évolution remarquable si cette cadence serait maintenue à l’avenir. A titre d’illustration, le secteur du bâtiment à lui seul a absorbé 21.990 emplois, une très nette progression par rapport à 2004 dont le chiffre était de 7.840 soit trois fois, et de 5.140 en 1999. Pour le secteur de l’agriculture, ce ne sont pas moins de 31.313 emplois enregistrés en 2009, très loin des 35.000 recensés en 1999 et les 48.000 en 2004. Ainsi, nous constatons qu’il existe une progression tous azimus, mais qui ne toucha pas forcément une grande partie des jeunes sans qualification. Et cette situation expliquerait clairement la tendance de la ruée de ces jeunes perdus vers le commerce informel et au gain facile.

Hocine
Mardi 29 Juin 2010 - 11:07
Lu 804 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+