REFLEXION

RELIZANE : Il égorge son ex-épouse devant sa fille de 3 ans



Le tribunal criminel de Relizane a tranché hier dans le cadre de la session criminelle 2013, dans le crime commis par un jeune sur son ex-épouse Rachida, âgée de moins de 30 ans et ce d’une manière affreuse, elle qui ne voulait pas continuer à cohabiter avec lui à cause de sa violence où elle était à longueur de journée tabassée pour un oui ou un non. Il est arrivé même un jour à la balafrer en plein visage avec une lame, c’est alors  qu’elle a déposé plainte et elle a obtenu le divorce pour rejoindre le domicile de ses parents à la cité « la remonte » à Relizane ville. L’auteur avait bien préparé son ignoble acte de mesquinerie et de lâcheté, car il a retiré la veille son passeport de la daïra et contacta la victime pour l’accompagner le lendemain voir un appartement qu’il comptait acheter selon lui dans le but de la réintégrer et vivre avec elle. Il savait pertinemment que cette histoire d’appartement constituait la préoccupation et l’aspiration de Rachida, fille de bonne réputation et très calme. Arrivés sur les lieux, le criminel  a fait croire à la pauvre qu’il n’a pas ramené les arrhes avec lui pour les remettre au propriétaire de l’appartement et qu’il devait retourner à Mostaganem pour chercher cet argent, néanmoins il l’invita pour une villégiature afin de s’expliquer sur les conditions de sa réintégration au domicile conjugal et ce à bord de la voiture. Une fois arrivés dans une forêt, il l’a fait descendre, il l’a tabassé avec beaucoup de méchanceté, puis là,  il l’égorge comme un mouton et  l’a  défigure devant les yeux de sa fille âgée de 3 ans qui hurlait, raconta la petite qui a reçu un coup de pied du papa pour la faire taire et le laisser terminer sa sale besogne. Son forfait commis, l’assassin, jette sa victime au bord de la route et rebrousse chemin comme si de rien n’était. Le tribunal criminel, condamna l’auteur par contumace, à la peine capitale et deux de ses proches à 2 ans et 3 ans de prison ferme pour dissimulation de preuves de crime et non dénonciation de crime. L’assassin, répondant aux initiales de M.A semble avoir quitté le pays mais il est activement recherché par les services de sécurité.  En tout cas il n’échappera ni à la loi car aujourd’hui aucune prescription ne fait tomber les crimes ni de la vengeance divine pour avoir ôté la vie à une fille très estimée par ses voisins. Il est aussi décevant de constater qu’il existe parmi nous dans la société des gens qui prônent la violence à la place du dialogue et la tolérance car chaque jour que Dieu fait, des crimes sont commis ici et là comme si notre pays  ne dispose pas de juridictions ou de services de sécurité à qui se plaindre. Le plus rigolo, beaucoup de gens tentent de justifier ou de trouver des excuses à des crimes sur les personnes. Quelle audace !            

Abed Zeggai
Lundi 4 Mars 2013 - 10:54
Lu 589 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+