REFLEXION

RELIZANE : ‘’Fugue’’ inexpliquée des spécialistes à l’hôpital ‘’Mohamed Boudiaf’’

La population dans la wilaya de Relizane et en particulier les patients qui fréquentent les trois hôpitaux de la wilaya se posent la question : Pourquoi la wilaya a perdu en un temps record plus de 32 praticiens toutes spécialités confondues exerçant à l’hôpital ‘’Mohamed Boudiaf’’ de Relizane alors que leur nombre avoisinait le seuil de l’autosuffisance à savoir plus de 90 médecins répartis entre les spécialistes et la chirurgie interne au point où les malades sont obligés de fuir l’admission vers des hôpitaux d’Oran, Mostaganem et Chlef.



Curieusement, les relizanais se rappellent qu’il y a sept années de là, le problème ne se posait pas au plan humain mais c’était le manque de moyens matériels, entre autres les appareils de radio et des analyses etc. avant que les autorités politiques locales  n’engagent plus de 120 milliards pour doter les trois hôpitaux de Mazouna, Oued Rhiou et Relizane de tous les matériels  sophistiqués et d’envoyer des personnels à l’étranger pour  s’adapter avec les matériels acquis. Aujourd’hui, nous constatons que l’hôpital du chef-lieu ne peut plus faire face en cas de complication et que le  seul remède possible c’est d’expédier les urgences vers d’autres horizons de la région. Une situation qui a des conséquences graves sur le devenir du malade d’abord et ensuite sur le futur de ces infrastructures hospitalières réalisées aux couts de devises durant les quatre dernières années. Le  malade n’a plus la possibilité de trouver les spécialités de cardiologie, de pédiatrie et pis encore, aucun médecin spécialiste de gynécologie n’a trouvé mieux que de s’envoler vers une autre destination soit encore ouvrir son propre cabinet à Relizane et le résultat malheureusement vécu c’est que la wilaya dispose de plus de 12 gynécologues exerçant pour leur profit personnel et le travail se fait donc par réquisition dans les cas d’extrême urgence au moment où les sages-femmes contribuent tant bien que mal à apaiser des handicaps sans trop s’engager car il est défendu à ces infirmières de décider du sort du patient en l’absence du médecin.  Nous avons tenté de décrypter les raisons de cette fuite généralisée des médecins de l’hôpital de Relizane mais l’obligation de réserves de ces spécialistes et la peur  de se heurter aux difficultés n’a pas permis de bien diagnostiquer la donnée. Toutefois, certains syndicalistes et des infirmières nous ont déclarés que les relations entre l’administration de l’hôpital et les médecins seraient en partie la cause de cette fugue inexpliquée qu’on ne peut en aucune manière remédier en présence d’une crise économique aigue qui freine tout penchant de recrutement là notamment.  A côté de cette problématique, il faut  rajouter que les citoyens de la région de l’Ouarsenis  (Ammi Moussa) attendent toujours cet engagement répétitif des chinois qui construisent leur hôpital de 120 lits depuis maintenant plus de six ans dépassant les délais impartis de plus de 24 mois alors que l’enveloppe initiale qui a été demandée par l’entreprise réalisatrice  était de 130 milliards et que nous apprenons que ce seuil a atteint  plus de 220 milliards  et encore les clés  ne sont pas encore remises.

Gana H.
Samedi 19 Décembre 2015 - 16:33
Lu 416 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+