REFLEXION

RELIZANE : Autopsie d’un programme appelé ‘’logement’’

Si l’on se réfère aux données remises par les services chargés de réaliser les logements aidés sous leurs formes en vigueur à savoir le logement socio-locatif, le logement RHP ( résorption de l’habitat précaire), le logement rural et ce, au niveau de la wilaya de Relizane et en tenant compte seulement d’une limite des dernières années, nous serons choqués par le chiffre donné de ces logements bâtis et distribués qui est de 80 000 unités dont plus de 22 000 touchent le volet du logement social.



Il faut préciser cette information par deux paramètres objectifs qui confirment la donnée plus haut citée, primo en ce qui concerne les quantités de ciments retirés par l’usine de la cimenterie de Chlef et qui remplace Relizane  en tête des wilayas affiliées à cette unité de production en matière de livraison du ciment dépassant parfois le quota mensuel  requis, le plus de tonnage à travers les wilayas limitrophes. Pis encore, les milliers de tonnes sont rapatriés hors la zone de Chlef comme les  cimenteries d’El Ghomri, Tlemcen, Oran etc. Ce qui dénote  si besoin était que la  cadence de construction était très dense. Secundo, les grandes villes  de la wilaya comme Relizane,  Oued Rhiou,  Ammi Moussa et Mazouna ont  connu  sous la contrainte  du nombre  du logement  en voie de réalisation à se disloquer  en  créant  d’autres espaces pour pouvoir reloger  les familles  c’est ainsi que pour le chef-lieu de la wilaya de Relizane, une ville entière  est sortie du néant  à savoir  la cité  Benadda Benaouda appelée communément ‘’Bermadia’’, distante de 5 kilomètres, ici on parle de 20. 000 logements si l’on tient compte des 1000 lots de terrain réalisés et occupés  Cette  nouvelle agglomération  a changé le centre d’attraction diamétralement puisque tous les grands édifices de l’évolution  socio- économico-culturel  de la société ont été  construits,  nous citons le cas de l’université avec plus de 150 hectares et 14. 000 étudiants, le centre culturel, 03  stades de proximité, l’hôpital, la mairie, la poste  etc. A Oued Rhiou, deux autres cités ont été rajoutées au tissu urbain de la ville  à savoir la cité Chara où plus de 5000 familles ont préféré y habiter en sus de la région  rocheuse située  au sud du chef-lieu de daïra qui a connu la construction de plus de 2000 unités à côté des constructions privées. Mazouna  malgré son emplacement géographique défavorable à toute extension étant donné  la présence de deux côtés des montagnes de la Dahra qui gênent objectivement toute opération tendant à lancer des programmes  de construction, les autorités locales ont départagé leurs efforts entre le renvoi de certains de ces programmes de réalisation ailleurs c'est-à-dire au niveau de la grande plaine de la ville de Mazouna en obligeant les propriétaires privés de ces assiettes à se passer de leurs terres dans le cadre de l’expropriation des biens pour utilité publique et le renforcement de la daïra de Sidi M’hamed Benali et Beni Zentis, là aussi l’Etat a consolidé l’esprit politique adopté concernant le retour des citoyens à leurs anciens fiefs qu’ils ont quittés sous la contrainte des incursions des groupes armés d’alors au point où ces régions montagneuses ont bénéficié du gaz naturel branché dans toute la région et surtout l’eau potable depuis le barrage de Gargar et l’électricité qui couvre à 100% les habitations. S’agissant de Ammi Moussa, nous retenons simplement que cette région est passée entre la période de 1999 à 2015 de l’aspect pastoral à l’aspect industriel avec l’émergence de plusieurs unités de production à côté de la construction du plus grand et joli hôpital de 120 lits doté des spécialités inexistantes dans toute la région oranaise. Ces réalisations que personne ne conteste n’ont pas poussé malheureusement à la résolution du dilemme numéro un de la Mina à savoir la présence de plus de 30. 000 logements menaçant ruine d’un côté et l’émergence de plus de 20. 000 gourbis dont plus de 10. 000 uniquement au chef-lieu de la wilaya dans la région de Satal  et Zergaoui, où la vie est très dure si l’on sait que plus de 1500 familles sont venues des régions de Mendes, Zemoura, Sidi Lazreg, Sidi M’hamed Benaouda  et Sidi Khettab cherchant la sécurité après des tueries perpétrées dans leurs régions respectives durant la décennie  noire mais l’apaisement du climat après  le retour à la paix n’a pas alerté les autorités dans le cadre du retour au bercail de ces familles ce qui a envenimé largement la crise du logement au point où les trois walis qui se sont succédés entre 1999  à 2015 ont dû caser plus de 4000 familles de ces étrangers à la localité de Relizane au détriment des résidents autochtones qui  se débrouillent pour louer ici et là des habitations en attendant un jour meilleur.  La situation des familles souffrant de cette crise du logement n’a pas accéléré les efforts vers  le relogement des familles retenues dans les listes des  nantis au niveau des 38 communes de la wilaya  et particulièrement la commune de Relizane qui en compte à elle seule plus de 8000 demandeurs de logements mais ils ont ‘’pompé’’ dans ces listes des familles occupant les bidonvilles, selon notre source. Les buts escomptés visaient à se débarrasser de ces résidences qui défigurent le tissu urbain des villes mais hélas les familles qui  bénéficiaient des nouvelles habitations ne cédaient pas ces gourbis mais ils les revendaient avant de quitter  au prix parfois de 50 millions à l’acheteur,  et encouragés par l’espoir d’une éventuelle réaffectation à une nouvelle maison autrement dit des sit-in de protestation furent  organisés devant les sièges de la mairie ou la wilaya de Relizane en bradant des slogans remis justement par les anciens résidents aux nouveaux acquéreurs  en même temps que les clés du logement  de  ces gourbis tels que «  Non à la hogra », «  nous voulons un logement de dignité » .  Ces populations venues des communes du voisinage  ont droit  au logement dans ces régions et  le fait de venir à Relizane constitue une usurpation de fait d’un droit constitutionnel mais ils préfèrent le prendre dans la capitale  de la wilaya comme, nous dit expressément un de ces occupants de gourbis parce qu’il coute dans la bourse du foncier plus de 450 millions alors que le  même logement dans la commune de banlieue ne dépasse pas les  150 millions. Suivant les chiffres retenus au niveau du cabinet de la wilaya, les logements menaçant ruine recensés à deux reprises en 2009 et 2012, ont fait ressortir l’existence de  plus de 35. 000 logements  menaçant ruine, et que les familles ont bénéficié d’un logement nouveau en remplacement de ces ruines qui ont été détruites juste après l’opération de relogement qui a atteint 1500 logements  ce qui montre qu’on est loin de la résolution de la crise. L’espoir de réduire ces chiffres accablants de demandeurs de logement est venu par l’actuelle administration qui veille  à faire un travail de recoupement  et d’analyse comparative pour assainir ces listes des inscriptions doublées délibérément par le même personnel pour pouvoir garantir l’obtention du logement,  certains demandeurs rajoutent des dossiers de leurs épouses et leurs filles célibataires vivant sous leur toit pout multiplier les champs du succès.  Selon les services de sécurité  et l’OPGI, plus des 2/3 des logements distribués ont été  revendus à des prix  exorbitants variant entre 350 millions et 600 millions dans les nouvelles cités qui ont connu une autre conception de la construction ce qui justifie l’élévation des prix du logement, l’étonnant dans toute cette problématique de l’œuf et la poule, lequel des premiers à engendrer l’autre  et que le revendeur du logement dont une bonne partie  est du sexe féminin célibataire ou veuve, ne résigne pas pour redemander un autre logement au nom de sa femme ou son fils handicapé après avoir acheté  deux ou trois vaches pour s’aligner dans la frange des éleveurs en attendant le second logement qui lui permettra de s’emparer  de la qualité du fortuné. L’OPGI qui a tenté de remédier à cet imbroglio épouvantable  en dépêchant des brigades de contrôle inopinées pour  inspecter  et s’assurer de la présence personnelle du bénéficiaire  a réussi en partie  à assigner en justice des  dizaines parmi ceux qui ont revendu le logement mais cette solution est loin de résoudre le problème eu égard à sa complexité  et aux arrangements sataniques faits  par les cocontractants dès lors que le contrôle arrive sur place. En tout cas, la crise du logement, dit-on, ne verra jamais l’aboutissement tant que le carcan administratif actuel persiste dans nos administrations et que le pouvoir judicaire demeure  en dehors de l’opération.

 

Gana H.
Mardi 17 Novembre 2015 - 17:05
Lu 439 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+