REFLEXION

REJETS DES EAUX USEES : Destruction de la végétation dans les zones humides

Menacées par les rejets des eaux usées, les décharges sauvages, les spécialistes ont révélé que certaines plantes rares et quelques espèces d'oiseaux auparavant recensées au niveau des zones humides de la wilaya d'Oran ont disparu.



'est le cas du lac Telamine, situé à quelques encablures d'Arzew, qui continue à servir de dépôt à divers déchets d'ordures ménagères, de détritus de toutes sortes ainsi que de rejets d'eaux usées provenant des unités industrielles et des communes limitrophes. Ces établissements, qui ne disposent pas d'unités de prétraitement, déversaient leurs rejets et notamment les eaux usées au niveau du lac Telamine, qui s'étale sur une superficie de 80 hectares. Le lac abrite une quarantaine d'espèces avifaunes qui viennent hiverner chaque année, dont les flamants roses et le tadorne de Bélon, une espèce protégée en Algérie. Mais le lac joue surtout un rôle considérable dans la recharge de la nappe phréatique. Plusieurs mesures ont été prises par la Direction de l'environnement de la wilaya d'Oran contre les unités industrielles polluantes qui activent au niveau de la zone industrielle de Hassi Ameur, mais les résultats ne sont pas reluisants. Un rapport de la Direction de l'environnement indique que des déchets liquides et solides non traités déversent directement dans les zones humides de la Sebkha, Dhayet Morsli, lac Telamine, Oum Ghelaz et dans la mer. La sonnette d'alarme sur la situation des zones humides à Oran est tirée pour attirer l'attention sur les dégradations que connaissent ces régions connues pour la fragilité de leurs écosystèmes et mettre en place une «véritable bonne gouvernance environnementale». Parmi les «dégâts» que subissent ces zones, le pompage excessif des eaux souterraines, l'extension des zones urbaines sur ces zones, l'altération des eaux et des écosystèmes par les diverses sources de pollution, la salinisation des chotts et sebkhas conduisant inévitablement à la réduction des surfaces agricoles, des pâturages et des forêts du fait de l'érosion. A Oran, le rétrécissement de la zone humide a créé un environnement propice à la prolifération de rongeurs et de moustiques porteurs de maladies. Ces zones assistent ces dernières années à la disparition de certaines plantes rares ou rarissimes, ainsi que quelques espèces d'oiseaux. 

Medjadji H
Mercredi 27 Février 2013 - 09:37
Lu 273 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+