REFLEXION

REHABILITATION DES CITES UNIVERSITAIRES : Les résidentes dénoncent le retard dans le lancement des travaux

Des résidentes de nombreuses cités universitaires viennent de lancer un appel pressant au wali d'Oran pour ordonner le lancement des gros travaux visant la réhabilitation des résidences universitaires, notamment ceux liés aux cuisines et aux équipements.



REHABILITATION DES CITES UNIVERSITAIRES : Les résidentes dénoncent le  retard dans le lancement des travaux
Selon des représentantes des étudiantes, hormis les travaux concernant le réseau électrique et celui du gaz, les autres chantiers n'ont pas été lancés. Nos interlocutrices signalent que c'est la wilaya qui est chargée de la concrétisation des projets et non les directeurs des cités, ce qui les a incitées à lancer un appel au premier responsable  de l'exécutif. Les mêmes étudiantes affirment qu'au niveau de certaines cités ce sont des repas froids qui sont distribués depuis le début de l'année, ce qui a poussé les résidentes de recourir à la protestation comme c'est le cas pour les résidences de Belgaïd ou de la cité El-Badr, pour ne citer que ces deux résidences. Outre les restos, les étudiantes attendent aussi le lancement des travaux au niveau des sanitaires, des douches, des salles d'études, etc. Nos interlocutrices signalent que la wilaya d'Oran vient de bénéficier d'une enveloppe d'un milliard de DA, octroyée par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, pour la réhabilitation, la rénovation et le rééquipement des structures universitaires. Il y a lieu de rappeler qu'une commission technique, composée des responsables de la DLEP, la DUC, le CTC, la Protection civile, entre autres, avait été mise en place sur arrêté du wali, avec comme mission d'établir une évaluation quantitative de l'état de vétusté des équipements universitaires concernés et des opérations de BTPH à entreprendre et d'en estimer le coût financier. La priorité a été donnée aux blocs pédagogiques et aux infrastructures d'œuvres sociales qui enregistrent un taux de dégradation avancé, précise-t-on de même source. La commission qui a eu à visiter l'ensemble des résidences universitaires, a passé au peigne fin tous les équipements au niveau de ces cités. Sur la base de ces inspections, la commission avait proposé dans son rapport la fermeture de certains foyers, des douches, des sanitaires, des salles de sport ainsi que deux restaurants car ils peuvent constituer un danger pour les étudiants. La commission avait aussi décidé la fermeture de la résidence ETO 2.000 lits pour des travaux de réhabilitation. Il y a lieu de signaler que l'université d'Es-Sénia s'est taillé la part du lion de l'enveloppe réservée aux travaux de réhabilitation, et ce, en raison évidemment de la vétusté des locaux de cette ancienne structure, notamment les amphithéâtres, les salles de travaux dirigés (TD) ainsi que les laboratoires et autres bibliothèques.
 

Rafik.M
Mardi 11 Décembre 2012 - 00:00
Lu 194 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+