REFLEXION

REFLEXION SOUFFLE SA TROISIEME BOUGIE : Un grand défi

Pour une ville comme Mostaganem, nous pouvons dire que trois « 3 » ans après la diffusion du premier numéro de Réflexion, lancé par Monsieur Benhamidèche Belkacem, celui-ci à n’en pas douter connaît grâce notamment à son directeur et à la liberté de la presse en Algérie un large succès.



REFLEXION SOUFFLE SA TROISIEME BOUGIE :  Un grand défi
Journal de proximité il peut être défini par sa spécificité et sa différence, aux véritables journaux vendus dans les kiosques, c’est à dire comporter une présentation en colonnes, des illustrations, des chapeaux, des titres et surtout par sa une ... Quant à ses contenus, ils peuvent être divers et dépendent principalement de l’information que se soit dans le temps ou l’espace. Se lancer dans la réalisation d’un journal en langue française est un moyen didactique particulièrement riche dans le domaine de la lecture et de l’expression écrite, mais aussi un grand défi à relever. Après trois ans d’’existence il faut bien reconnaître qu’il est l’aboutissement d’une somme d’actions, d’expressions, d’analyses, d’initiatives individuelles et collectives.
Depuis il confère à l’expression de chacun, sa valeur de production et de à communication.
Lire et étudier des articles, des comptes-rendus, reportages et autres rubriques, à la différence des autres éditoriaux, permet de confronter le lecteur à des points de vue différents et l’aide à découvrir et à comprendre ce qu’est une information (notion d’objectivité) et une opinion (notion de subjectivité). D’autre part, il est certain que fabriquer un journal, le rédiger, l’imprimer, le vendre, l’échanger, est un excellent moyen de percevoir les problèmes de l’information, et d’exercer l’esprit critique face à ce qui est écrit, pour l’équipe qui le compose. Réflexion de par ses caractéristiques physiques et contenus en tant que journal fait son chemin parmi les quotidiens nationaux et autres supports écrits. Il ne faut pas oublier que la production d’un journal conduit à la construction d’un projet utile dans le cadre de l’information, en rapport avec la répartition des tâches, et dans l’élaboration de méthodes de travail et gestion du temps. L’écriture d’articles, quant à elle impose le développement de certaines méthodes, que le journaliste dans ce métier, n’a pas le droit de négliger, mais de l’exercer avec respect, pour trouver l’information pertinente recherchée. L’équipe de Réflexion, vise à informer, et par la même occasion ouvrir ses portes, allant jusqu’à mettre à la disposition du citoyen sa tribune, pour s’exprimer. Son moyen d’action est fondé sur l’information de proximité, à savoir locale, régionale mais aussi nationale et sa pédagogie s’appuie sur l‘action. Toute l’information passe obligatoirement par des activités de résolution de problèmes sociaux et ce choix est prédestiné à orienter les lecteurs vis-à-vis du journal. Sa vocation, laisser libre cours à la créativité, sans aucune limitation afin d’obtenir le plus d’idées possible, on dit dans ces cas là : « Ce qui est proche touche plus que ce qui est lointain, que le passé intéresse moins que le présent ».
Mettre une page, la composer et la construire en recherchant un équilibre visuel, c’est toute une passion, pour susciter et faciliter la lecture aux lecteurs.
Comme dans une photographie, la composition apporte une partie du sens, car sa mission première c’est accrocher et séduire le lecteur, puis le fidéliser en lui facilitant la lecture et la du journal. Ce qui est important aussi c’est que sa conception fait son originalité, et chaque titre développé lui est propre, du fait que les « lois » typographiques ne sont donc pas intangibles, loin de là !
Leur mise en œuvre dépend fondamentalement du lecteur visé.
L’essentiel consiste finalement à se définir identitairement au journal quel que soit le choix de chacun, car il privilègie la simplicité, dans l’information de proximité qui est son atout majeur dans la cohérence et la permanence. Réflexion n’est pas un journal partisan, son succès est donc d’abord le fruit de sa grande et austère rigueur informative (c’est un modèle du genre) et de sa position d’électron libre sur l’échiquier national et notamment régional.
Ainsi, malgré toutes les difficultés rencontrées, son directeur général a tenu bon gardant son indépendance face aux grands médias nationaux et les puissances financières, se révélant un excellent gestionnaire.
Conscient de la nécessité d’informer il a tenu à donner une nouvelle image de la presse en accordant une place importante à l’information de proximité.Ce nouvel état d’esprit, rompt en partie avec l’image élitiste et réductrice de l’information et cette innovation va de pair avec le lancement d’une nouvelle pratique journalistique, selon la logique amorcée par son fondateur Monsieur Benhamidèche Belkacem qui a mis en application une nouvelle dynamique et pratique du journalisme d’investigation : tels que les dossiers qui traitent de questions sensibles.

Benyahia Aek
Mardi 26 Juillet 2011 - 11:28
Lu 346 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+