REFLEXION

RECRUDESCENCE DES VOLS A AIN-NOUISSY : Trois cambriolages en l’espace de deux semaines

En effet, deux maisons cambriolées et un magasin de téléphonie mobile, en l’espace de deux semaines. Pour ce dernier, situé en plein centre ville et au milieu d’un pâté de maison, a été victime d’un cambriolage dans la nuit de Jeudi à vendredi dernier.



RECRUDESCENCE DES VOLS A AIN-NOUISSY : Trois cambriolages en l’espace de deux semaines
Selon le propriétaire des lieux, le ou les malfaiteurs ont pénétré par le toit. En effet, lors de l’ouverture de son magasin cette matinée du vendredi, le commerçant a dû se rendre à l’évidence, son magasin venait d’être visité par des inconnus qui ont tout emporté, des téléphones mobiles flambant neufs, réceptionnés juste la veille, un P.C portable de haute qualité et d’autres accessoires servant au fonctionnement desdits téléphones. Les visiteurs ont du passer par le toit du fait qu’un trou béant a été constaté au niveau du plafond constitué de plâtre et de roseaux. Le magasin fait partie d’une ancienne maison datant de l’ère coloniale. Les malfaiteurs, après avoir retiré quelques tuiles, ont percé le plafond et suspendu une corde par laquelle ils sont descendus, remplir le sac et prendre la tangente en utilisant le même procédé. Reste à savoir aujourd’hui et de l’avis de tous les riverains, qui pourrait s’aventurer sur le toit d’une maison pour cambrioler un magasin, sachant pertinemment que toutes les habitations voisines sont occupées. La question reste posée… ! Selon un voisin rencontré sur les lieux, le malfaiteur devait avoir une parfaite connaissance des lieux notamment le toit qui n’est fait que de plâtre et de roseaux, donc facile à briser. Alertés, les éléments de la police judiciaire relevant de la sûreté de daïra d’Ain-Nouissy, se sont déplacés sur les lieux pour entreprendre les procédures d’usage et ouvrir une enquête dans le but d’identifier le ou les auteurs de cet acte criminel. Selon notre source d’information, il y a eu aussi, recours à la police scientifique, qui a procédé aux relevés d’indices, d’où, dit-on, ont découvert quelques gouttes de sang laissées sur le parquet et sur la corde. Elles appartiendraient certainement au (x) malfaiteur (s), qui a du se couper en brisant l’une des vitres du comptoir. Par ailleurs, au cours de ces deux dernières semaines, l’on a enregistré déjà deux cambriolages dans deux appartements situés dans une cité, où il a été emporté de l’un d’eux des bijoux et de l’argent économisé par les victimes qui s’apprêtaient à se rendre à la Mecque pour accomplir le pèlerinage de la Omra croit-on savoir. Après avoir vécu plusieurs vols de véhicules pendant les deux dernières années, voilà que la paisible commune d’Ain-Nouissy renoue avec les cambriolages par effraction d’appartements et de magasins. Jadis épargnée par ce fléau, les habitants de la commune d’Ain-Nouissy vivent ces derniers jours au rythme des vols et des cambriolages, un phénomène qui a commencé à prendre de l’ampleur selon les citoyens. Ces derniers parlent de l’existence d’un réseau ou d’une association de malfaiteurs qui activent dans le périmètre urbain et suburbain, utilisant la ruse et des subterfuges pour arriver à leurs desseins. Dans la majorité des cas, ces malfaiteurs agissent dans des quartiers mal-éclairés. Ce manque criard d’éclairage public dans certains quartiers, favorise et encourage les détrousseurs de maisons qui ne reculent devant rien pour se remplir les poches. Cette nuit du jeudi, à la faveur du manque d’éclairage, c’était le vent qui s’est mis de la partie en annihilant tout bruit, qui pouvait le cas échéant, réveiller les voisins. Les éléments de la sûreté de daïra tentent tant bien que mal de canaliser la fougue des voleurs en procédant à des opérations de contrôle de pointe inopinées, à des patrouilles mobiles et pédestres nocturne et diurne, couvrant l’ensemble du territoire de compétence (intra-muros). Les responsables de la sûreté de daïra ne ménagent aucun effort pour venir à bout de ces criminels, mais comme dira le meilleur limier du monde, le voleur est rusé comme un renard, mais finira toujours par tomber dans les filets.

. .
Dimanche 11 Avril 2010 - 10:28
Lu 854 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+