REFLEXION

RAMADHAN : Le sacré et le rituel, à l’ombre de la spéculation, des envies, et de la frénésie



D’année en année, il nous est permis de constater que la période de Ramadhan, est considérée beaucoup plus, comme le mois des affaires friteuses, de la spéculation, de la mendicité, qui supplantent la spiritualité, la piété, la sagesse, la générosité, et surtout la conduite individuelle et la prière. En effet, des comportements navrants et nuisibles à la société, se manifestent quotidiennement durant ce mois sacré. Les agressions, la mendicité, la spéculation et les vols, en un mot, tous les fléaux de la société, ont tendance à se multiplier. La spéculation bat son plein, dans la mesure où les commerçants véreux, réalisent de meilleurs, chiffres d’affaires, au détriment des consommateurs, qui éprouvent la frénésie des achats, et la phobie de la boulimie. Le nombre des mendiants augmente de jour en jour, au point qu’il est difficile de différencier les vrais, des faux. Ce phénomène prend de l’ampleur, sous la couverture de réseaux organisés, qui exploitant judicieusement cette opportunité, dans la mesure où les citoyens ont tendance à donner cette charité, sans se soucier de l’identité du quémandeur. Les prix se multiplient et essentiellement les viandes rouges et blanches, pour ce qui est du poisson, c’est toute une auto paire de manches. Pour ce qui est des fruits et légumes, les prix flambent, au point, où la plupart de ménages font l’impasse sur certains produits comparativement au reste de l’année, les vols, la criminalité, l’abus de confiance, se multipliant au niveau des marchés, des bus, des commerces, en dépit d’un dispositif sécuritaire renforcé. Le comble de l’ironie, la tricherie sur le poids n’est pas à épargner, du boulanger jusqu’au boucher, en passant par les autres marchands, la blanche fait son jeu. La gent féminine, les vieillards, sont agressés au vu et au sa de tout un chacun, dans l’indifférence totale des gens. Les vols de voitures et les cambriolages se font au moment du f’tour. Au terme de la prière du Taraouih, place aux jeux du hasard, « Pocker, Bato, Rami » et c’est ainsi que d’année en année, Ramadhan nous réserve son lot de surprises.

S.A.A
Mardi 10 Août 2010 - 00:01
Lu 475 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+