REFLEXION

RACKET SUR LES PLAGES DE MOSTAGANEM : 100 DA pour le stationnement !

Si vis-à-vis de la loi, l’accès aux plages demeure gratuit, l’accès de votre véhicule est payant au prix fort sentant l’arnaque canonisée ! Sinon, rebroussez chemin au cas où vous ne voulez pas vous prendre la tête avec des énergumènes que les protecteurs de la loi ne semblent pas vouloir inquiéter !



A vrai dire, ce leitmotiv de gratuité d’accès à la grande bleue, ne tient aujourd’hui qu’à un semblant de slogan d’un temps bel et bien révolu à l’ombre du chômage poussant les bras cassés, après s’être emparer des boulevards et même des méandres, à s’approprier des plages autorisées mais aussi des plages non autorisées pour gagner leurs malheureuses vies sur le dos du dindon de la farce, celui que l’entité étatique nomme citoyen. Et devant ce genre d’individus souvent gourde à la main et qui ne soucient de rien, le simple citoyen généralement en famille, ne trouve d’autre alternative face au racket qu’il lui est simplement imposé, que de se soumettre à la loi de la jungle, celle du plus fort, celui qui détient la gourde, au su et au vu des templiers de la…loi.  Car au lieu des 30 DA, comme plus ou moins prix étudié que devait être exigé au conducteur de véhicule léger, tel le préconisait une instruction wilayale l’année dernière, cette année le cout s’est vu envolé à hauteur de 100 DA. Ce qui a fait un des accompagnateurs de votre serviteur, commenter la situation sous cet angle : « Chez-nous l’on fait bien arrondir les chiffres ! Plus besoin de chercher la petite monnaie d’ailleurs introuvable du reste, et plus la peine d’aller chercher l’appoint. Toul le monde sera content ». Ce qui d’ailleurs n’a pas manqué de faire sourire même le jeune adolescent laissé à l’entrée de la plage d’Oureah, toujours, bien sûr, gourde à la main, non loin des hommes de la loi, continuant son travail de racket du pauvre citoyen, quitte à sortir de son parking pour demander le paiement du droit de parking, même ceux qui se garent au bas-côté de l’autoroute !   Loin de là, d’autres interrogations s’imposent d’elles-mêmes : Pourquoi le ticket ne fait montre d'aucune tutelle à l'origine de sa conception ? Donc, chez-nous, toute personne  peut imprimer ce qu’il lui passe par la tête !  Aujourd’hui l’on imprime des tickets "anonymes" et demain, des liasses de monnaie ! Et puis, comment ces imprimeries procèdent-elles à l'impression de ces tickets sans bon de commande officiel émanant d'une administration légale ? Et pourquoi l’APC qui adjuge ses plages ne tient pas son rôle de contrôleur ? Et pourquoi la gendarmerie qui y est présente, ne s’est pas manifestée devant cette situation qui cause journellement pas mal d’embarras et d’échauffourées à l’entrée de la plage ? Ces tickets ne font pas preuve de faux et usage de faux et par ailleurs de fuite en avant ? Enfin, tant de questions qui à l’instar de beaucoup d’autres demeurent sans réponse pour le bien être de Alice au pays des merveilles…

Ilies BENABDESLAM
Dimanche 2 Juillet 2017 - 21:16
Lu 2065 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 21-09-2017.pdf
3.59 Mo - 20/09/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+