REFLEXION

Qui se cache derrière les émeutes de Hadjadj (Mostaganem)!?

DES ELUS EXPLOITENT LE DEUIL DES FAMILLES POUR DES VISEES POLITIQUES



Qui se cache derrière les émeutes de Hadjadj (Mostaganem)!?
En effet, selon les informations recueillies, ces émeutes ont été délibérément déclenchées par des personnes occultes et qui selon toute vraisemblance sont derrière celles-ci qui ont été d’une rare violence d’où la destruction gratuite de biens publics, privant ainsi le citoyen de cette localité des prestations de service. Incendié, le siège de l’APC est un crime aux yeux de la loi, surtout lorsqu’il s’agit de documents d’une importance vitale, à savoir : extraits de naissance, extraits de décès et autres documents d’état civil nécessaire à toute constitution de dossier administratif. Cette situation est vécue par les habitants de cette localité, comme une catastrophe qui vient de s’abattre sur eux. Autre fait plus grave, est l’agence postale du fait que les retraités et autres usagers dorénavant, devront se déplacer vers les localités voisines pour encaisser leurs pensions et les mandats, de ce fait, on peut dire que la commune de Hadjadj est presque coupée du monde et qu’il va falloir des mois pour se remettre de cet interlude apocalyptique qui vient de la frapper.

Trois élus seraient derrière cette émeute..
Depuis, les langues se délient et vont bon train du fait des calculs politiques qui se manigancent en coulisse à l’approche des élections législatives. Il est clair que certains politiques, ont depuis la désignation de Houcine Ouaddah comme wali à la tête de la wilaya de Mostaganem dérange, de par les changements qui s’opèrent ces derniers temps et du fait de la nouvelle dynamique qui commence à s’installer au niveau de toutes les localités et daïras de la wilaya de Mostaganem, Il est surprenant aussi, que ces émeutes viennent à un moment très particulier et après le départ à la Mecque d’un élu influant . Il y a lieu de signaler que ces jeunes ont été instrumentalisés et reçoivent leurs directives d’ailleurs et ce, depuis qu’ils ont été privés de leur responsable fétiche dont la mission est de déstabiliser le wali. Le bruit cours que des élus et même députés seraient à l’origine de ces émeutes, pour mettre le feu aux poudres surtout que la situation depuis, prête à confusion. La question à cet instant précis devient pertinente, du fait qu’il n’y avait pas matière à déchainer une telle colère. L’affaire des harraga ne peut être une excuse, car si l’on se refaire au nombre de jeunes qui a pris le large vers d’autres cieux, rien que durant l’année écoulée à partir des rivages de la wilaya de Mostaganem, plus de 300 ont rejoint l’autre rive sans qu’il n’y est d’incidents majeurs. Les 5 disparus ne peuvent être la cause de ce déclenchement de colère, car ils ne sont pas les premiers et que si l’on se refaire aux nombre de harraga disparus, l’on peut d’ores et déjà compter de nombreux disparus et ce, au niveau de plusieurs régions du pays, pour prendre à titre d’exemple les 30 disparus en mer de Annaba ou d’Oran, d’ain Témouchent et autres. Cette colère, ne peut être mise sur le compte de la jeunesse car il ne s’agit pas de revendications sociales, ni de chômage. Il ne faut pas oublier, que l’Etat dans sa démarche pour éradiquer la précarité et le chômage a ouvert les portes aux jeunes et ce, dans les différents créneaux. Une autre question tout aussi importante est à prendre en considération, concernant les harraga , contrairement à ce, que l’on croit, il ne faut pas oublier que pour avoir une place dans une embarcation il faut payer au minimum 160 000 Da, ce qui démontre bien que ces jeunes n’ont nul besoin de se faire une situation dans le pays, alors que certains avec 30 000 Da arrivent à ouvrir des petits commerces . Dans cette optique, un détail dans cette affaire saute aux yeux des observateurs qui ne sont pas dupe, et l’on signale à ce propos que l’affaire des émeutes qui se sont produit à Hadjadj étaient prévisibles du fait que les élus et certaines autorités locales étaient déjà avertit à l’avance soit plus de 4 jours de ce qui allait se passer. Selon certains citoyens, il y aurait quelqu’un d’autre derrière cette explosion de colère et les initiateurs de ce complot ont bien préparé leur coup. A cet effet, quelques jours auparavant ils ont envoyé un homme d’affaires bien connu de la région de Hadjadj, qui s’est rendu en Espagne, pour connaitre le sort des harraga de Hadjadj qui ont quitté le pays à partir du littoral de cette localité à bord d’embarcations de fortune. L’homme en question a appris à l’hôpital espagnol que les corps des cinq harraga disparus ont été repêchés et qu’ils se trouvaient à la morgue de l’hôpital. En apprenant aussitôt l’information, les comploteurs ont gardé l’information pour eux pour en faire usage au moment voulu. L’opération avait été bien préparée et les troubles étaient prévisibles car même le wali était au courant, c’est pourquoi il avait instruit les responsables de l’APC de prendre les dispositions qui s’imposent pour éviter toute dérive. Mais quatre jours sont passés et rien n’avait été fait. La question qui se pose : qui en veut au wali ? Pour arriver jusqu’à faire torpiller les efforts d’apaisement enclenchés, par ce responsable avisé. Il est vrai, que celui-ci dérange, par sa compétence, son abnégation, et son intérêt pour le développement de la wilaya ce que ne peut qu’inciter à la jalousie de certains rentiers qui ont peur de perdre leur privilège avec le changement, Car jamais au grand jamais, l’on a vu un wali aller vers le citoyen pour s’enquérir de sa situation et de tenir parole, de par la proximité qu’il a instauré avec la société civile.

Benyahia Aek
Dimanche 23 Octobre 2011 - 21:32
Lu 1125 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+