REFLEXION

Qui est Carlos..?

LE PROCES DE ILICH RAMIREZ SANCHEZ (LE TERRORISTE INTERNATIONAL) S’OUVRE A PARIS

Le procès d'Ilich Ramirez Sanchez, alias Carlos, s'est ouvert lundi matin devant la cour d'assises spéciale de Paris qui va le juger pour quatre attentats perpétrés à Paris en 1982 et 1983, provoquant la mort de 11 personnes et en en blessant près de 150.



Qui est Carlos..?
Dans un entretien publié dimanche à Caracas, Carlos a revendiqué pour la première fois plus d'une centaine d'attaques qui ont fait entre 1500 et 2000 morts. Ilich Ramírez Sánchez ,né le 12 octobre 1949 à Caracas, Venezuela .Condamné par la justice française à la réclusion criminelle à perpétuité pour meurtres. Initialement détenu à la maison d’arrêt de la Santé à Paris, il est actuellement incarcéré à la maison centrale de Poissy dans les Yvelines . Plus connu sous le nom de Carlos ou Le Chacal, qui est cet homme qui a effrayé le monde dans les années 70 ?

Qui est Carlos ?
Il est surtout connu pour les différents attentats qu'il a menés en Europe et pour son habileté à rester dans la clandestinité. Il est le fils d'un riche avocat communiste vénézuélien, Ilich étant le patronyme de Lénine. Ilich a fréquenté une école à Caracas et a rejoint le mouvement des jeunes du parti communiste en 1959. Après avoir assisté à la troisième Tricontinental Conférence en janvier 1966 avec son père, il aurait passé l'été dans une école de la guérilla cubaine, dirigée par la General Intelligence Directorate, à Matanzas près de La Havane. Cette même année, ses parents divorcent. Sa mère part pour Londres avec ses enfants afin de les faire étudier au Stafford House College de Kensington et à la London School of Economics. En 1968, son père tente d'inscrire Ilich et son frère à la Sorbonne, mais un responsable du KGB le détecte auparavant parmi les recrues, et il optera finalement pour l'université Patrice-Lumumba à Moscou, un établissement destiné à former les élites du Tiers-Monde. Il y parfait son entraînement, mais se fait expulser de celle-ci en 1970 à cause de son goût immodéré pour l'alcool et les femmes. Il se rend ensuite à un camp d'entraînement de guérilla exploité par le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), à Amman, capitale de la Jordanie. Il quitte finalement la Jordanie pour suivre des cours à la Polytechnic of Central London tout en continuant de travailler pour le FPLP.

MEMBRE DU FRONT POPULAIRE DE LIBERATION DE LA PALESTINE
En 1973, il devient membre du Front populaire de libération de la Palestine - Opérations externes (FPLP-OE), et prend alors le surnom de Carlos. Le 30 décembre 1973 à Londres, Carlos tente d'assassiner Joseph Edward Seif, homme d'affaires sioniste et frère du président de la chaîne de magasins Marks & Spencer, qui échappera à la mort. Le mois suivant, une bombe explose devant la Hapoalim Bank, une banque londonienne qualifiée de sioniste. Suite à ces événements, il se réfugie en France. En 1974, il revendique une série d’attentats à Paris : explosions à la voiture piégée devant les locaux parisiens de L'Aurore, de Minute et de L'Arche. Le 15 septembre, un attentat à la grenade contre le Drugstore Saint-Germain, revendiqué par Carlos, fera deux morts et trente-quatre blessés. La Direction de la Surveillance du Territoire (DST) est sur la piste de Carlos. Le 13 janvier 1975, il tente une attaque au lance-roquettes depuis la terrasse de l'aéroport d'Orly sur un avion de la compagnie El Al, la compagnie nationale israélienne de transport aérien. Les terrasses de l'aéroport sont fermées par arrêté ministériel quelques jours plus tard. Le 19 janvier 1975, Carlos revient avec deux autres personnes. Ils attaquent l'aéroport et prennent deux personnes en otage. Ils demandent et obtiennent un avion pour partir à Bagdad. Cette attaque a fait 21 blessés. Le 27 juin 1975, il abat Raymond Dous et Jean Donatini, deux inspecteurs de la DST, et Michel Moukharbal, un informateur libanais, au N0 9 de la rue Toullier à Paris. Un troisième policier, Jean Herranz, commissaire de la DST, est grièvement blessé.

Prise d'otages du siège de l'OPEP
Le 21 décembre 1975, il organise et dirige la séquestration de 11 ministres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) à Vienne, lors d'un meeting des dirigeants au siège de l'organisation.
L'opération est menée par un groupe de six personnes dirigées par Carlos, prenant soixante-six otages. Le groupe, accompagné de quarante-deux otages, se voit octroyer un avion de ligne DC-9 et part en direction d'Alger. Neville Atkinson, ancien pilote de la Royal Navy et pilote personnel de Mouammar Kadhafi au moment des faits, est alors chargé de transporter une partie de ce groupe à Alger où ils débarquent, et où trente otages sont libérés. L'avion part ensuite en direction de Tripoli, débarquant d'autres otages, puis retourne à Alger où le reste des otages est libéré et où le groupe de Carlos obtient l'asile. Carlos quitta rapidement l'Algérie pour la Libye, puis pour le Yémen, à Aden, où il eut à répondre de ses actions lors d'une entrevue avec les dirigeants du FPLP. Carlos est écarté de la section des opérations extérieures; Wadie Haddad, le fondateur du FPLP-OE, l'accuse d'avoir refusé d'exécuter deux otages ou d'avoir pris l'argent de la rançon lors de la prise d'otage de l'OPEP. Recherché par toutes les polices occidentales, il s'installe à Beyrouth. Il quittera le Liban en 1982, à la suite de la défaite des Palestiniens. Il restera discret jusqu'à l’arrivée d’une lettre à l’ambassade de France de La Haye, le 26 février 1982. Authentifiée par deux empreintes digitales de son pouce, cette lettre exige la libération de son bras droit Bruno Breguet et de sa compagne Magdalena Kopp, arrêtés dix jours auparavant à Paris avec plusieurs kilos d’explosifs, prêts pour un attentat à la voiture piégée devant l'ambassade d'un émirat arabe que Carlos voulait faire chanter.
Par la suite, une série d'attentats à la bombe destinés à obtenir leur libération va toucher la France : dans le train Capitole Paris-Toulouse le 29 mars 1982 (5 morts, 77 blessés), une voiture piégée devant le siège du journal Al-Watan al-Arabi le 22 avril 1982 rue Marbeuf à Paris (un mort, 63 blessés), dans le TGV près de Tain-l'Hermitage et à la gare Saint-Charles de Marseille le31 décembre 1983 (5 morts et 50 blessés).Peu après, il sera signalé au Yémen du Sud et en Libye. Carlos retrouve Magdalena Kopp en 1985 à Damas, en Syrie. Avec leur fille Evita, le couple coule une semi-retraite dans un quartier résidentiel de la capitale syrienne. Mais il se révèle un hôte dérangeant pour le régime syrien qui tente de retrouver une place dans le concert des nations. En 1991, il est lâché par ses protecteurs et trouve refuge au Soudan. Dans ses activités dans les services secrets soudanais, il était connu sous le nom de "Cheikh Hissene".Le 1er juin 1992, il est condamné en France à la réclusion à perpétuité par contumace pour le l’assassinat des deux policiers de la DST et de leur informateur commis le 27 juin 1975.

SON ARRESTATION
Le 14 août 1994 à Khartoum, la Direction de la surveillance du territoire, dirigée alors par le préfet Philippe Parant, parvient à le faire enlever sur ordre de Charles Pasqua alors ministre de l'Intérieur, sans mandat d'extradition, puis à le ramener vers la France, où il est incarcéré à la prison de la Santé le 15 août 1994. Sa capture a eu lieu pendant qu'il était endormi pour une chirurgie plastique qui visait à cacher son identité. Il aurait rencontré Jacques Vergès à plus de vingt reprises, à Damas. L’instruction de son affaire est assurée par le juge Jean-Louis Bruguière. Sa défense est préparée par les avocats Jacques Vergès et Isabelle Coutant-Peyre.

EN PRISON, IL SE CONVERTIT A L'ISLAM
Son procès débute le 12 décembre 1997 . Il comparaît pour une seule affaire, le triple assassinat remontant au 27 juin 1975, les autres étant encore à l’instruction à ce moment-là. Il est reconnu coupable, condamné par la justice française à la réclusion criminelle à perpétuité. En prison, il se convertit à l'islam. Lors d'une cérémonie musulmane en 2001, Ramírez Sánchez se marie religieusement avec son avocate, Isabelle Coutant-Peyre, alors qu'il était toujours légalement marié à Lana Jarrar, sa seconde femme disparue dont il serait sans nouvelles.. En novembre 2001, il déclare « J’ai eu un profond soulagement en voyant les héroïques opérations de sacrifice du 11 septembre 2001 ». Il publie une autobiographie en juin 2003 intitulée L'islam révolutionnaire. Dans ce livre, il soutient Oussama ben Laden et ses attaques contre les États-Unis, ainsi que Saddam Hussein pour avoir résisté aux États-Unis, appelant celui-ci le dernier chevalier arabe. En février 2009, il écrit de sa prison au président américain Barack Obama afin d’intervenir pour retrouver la trace de son complice suisse Bruno Bréguet. En mai 2009, le président vénézuélien a qualifié son compatriote Ilich Ramirez Sanchez de héros révolutionnaire et prend sa défense : « On l'accuse d'avoir été un terroriste. Mais il fut en réalité l'un des grands combattants du front populaire de libération de la Palestine( FPLP).

Ibn Khaldoun
Lundi 7 Novembre 2011 - 21:09
Lu 817 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+