REFLEXION

Quelles perspectives pour la prochaine Tripartie du 23 septembre 2017 ?

Le grand problème du gouvernement est le suivant : comment avec une baisse du cours du pétrole de longue durée , ne pas recourir à l’endettement extérieur et limiter l’épuisement des réserves évaluées en juillet 2017 à 100 milliards de dollars contre 192 milliards de dollars janvier 2014 avec des sorites de devises importation de biens plus services plus sorties légales de capitaux de 60 milliards de dollars en 2016 et entre 55/60 milliards de dollars en 2017 avec une entrée de devises ne dépassant pas 30/35 milliards de dollars ?



Ayant assisté à plusieurs Triparties depuis plus de 20 ans, toujours les mêmes problèmes non résolus ou résolus très partiellement  à ce jour. Je ferai une très brève synthèse en cinq remarques largement développées, récemment dans les médias nationaux et internationaux (1)
1- L’Algérie qui devrait connaitre des tensions budgétaires entre 2017/2020,  n’a pas besoin de conflits inutiles, devant mobiliser  en cette conjoncture difficile caractérisée par  des tensions budgétaires, toutes les  composantes   de la société. Pour éviter toutes mauvaises interprétations, il n’a jamais été question  dans l’action du gouvernement Tebboune , qui s’inscrit dans le cadre du programme du président de la république,  de combattre le secteur privé,  de différencier le secteur d’Etat du secteur privé  productif comme le stipule la Constitution, mais de  combattre certains entrepreneurs  prédateurs d’ailleurs minoritaires.  2- il ya eu déjà 20 triparties auxquels j’ai eu l’honneur d’être invité par différents premiers ministres successifs et toujours les mêmes propositions : lutte contre la bureaucratie, l’intégration de la sphère informelle, la refonte du système financier, du système socio-éducatif, de la formation professionnelle, l’épineux problème du foncier et comment dynamiser l’entreprise qu’elle soit   publique et privée dans les segments hors hydrocarbures. Et toujours les mêmes problèmes aujourd’hui.  3-  lors de l‘inspection de la grande mosquée, le Premier ministre a annoncé qu’une  rencontre   aura lieu avant la fin de l’année 2017 entre le gouvernement, les partis politiques, la société civile, les syndicats, le patronat  et des experts,  afin de favoriser  un dialogue social ouvert pour bâtir un consensus autour des grands défis de l’heure.  4- la rencontre du 30 juillet est une préparation de la tripartie fixée le 23 septembre à Ghardaïa et s’inscrit dans le cadre du pacte économique et social de février 2014 et de solutionner les sujets abordés dans les précédentes triparties toujours en suspens. Il s’agira, selon mon humble avis : - d’analyser avec objectivité tous les scénarios possibles de la baisse du cours des hydrocarbures sur les équilibres macro-économiques et macro-sociaux 2017/2020,
- de faire le bilan  de la  règle des 49/51%, -les licences d’importation qui seraient temporaires selon  la récente du ministre du commerce (APS 25/07/2017), -comment restreindre  les importations en se conformant aux accords internationaux  et  sans nuire à l’investissement,  80/85% des inputs des entreprises publiques et privées étant actuellement importés,
-la révision  du code du travail toujours en gestation, -le problème des subventions ciblées sans toucher à la cohésion sociale, qui impliquent un système d’information en temps réel de la  répartition du revenu national  et de quantifier le poids de la sphère informelle par  couches sociales. --comment concrètement   mobiliser les ressources humaines et financières limitées, sans recourir à la planche  à billets et à l’endettement extérieur
-comment  ne pas recourir à l’endettement extérieur  et limiter l’épuisement des réserves   évaluées en juillet 2017 à 100 milliards de dollars contre 192 milliards de dollars janvier 2014 avec des sorties de devises   importation  de biens plus services plus sorties légales de capitaux  de 60 milliards de dollars en 2016  et  entre 55/60 milliards de dollars en 2017  avec une entrée de devises  ne dépassant pas 30/35 milliards  de dollars ?
-comment lutter contre les surfacturations  et les sorties illicites  de capitaux ?
- le tout   pour atteindre  les objectifs d’une économie diversifiée dans le cadre des valeurs
internationales, atténuer le processus inflationniste  et préserver le pouvoir d’achat  des algériens
5- il  faut être réaliste et non démagogique. En ce mois de juillet 2017, l’économie algérienne reste toujours dépendante de la  rente  des hydrocarbures 97/98% directement et indirectement des recettes en devises, 50/60% hors hydrocarbures qui a fluctué  entre 1 à 1,5 milliard de dollars, provenant des dérivées d’hydrocarbures, le secteur industriel embryonnaire moins de 5% du produit intérieur brut, l’économie étant tertiaire  à plus de 83%. Donc sans populisme le  pourquoi du  peu d’impacts de ces différentes tripartis sur une véritable relance économique ? Il faut donc d’autres mesures plus innovantes, être  pragmatique, réaliste tenant compte de la dure réalité mondiale,  afin de concrétiser l’efficacité économique avec  une très profonde justice sociale, grâce à un dialogue productif  et un langage de vérité, privilégiant les intérêts supérieurs  de l’Algérie.  

 

Dr Abderrahmane MEBTOUL
Lundi 31 Juillet 2017 - 19:02
Lu 202 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 22-08-2017.pdf
4.45 Mo - 22/08/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+