REFLEXION

Quelle perspicacité !

De l’avis de la majorité des observateurs, il est plus que nécessaire voire impératif, pour le président de la république de procéder à un remaniement ministériel.



Quelle perspicacité !
Les mêmes têtes depuis dix ans, pour certains c’est toute une carrière qu’ils ont accomplis au sein de la même fonction. Du jamais vu. Mais si, me dîtes-vous ! Alors où ? chez nous, car l’Algérie est le pays des exceptions et des paradoxes. En réalité tout le monde s’en moque, remaniement ou pas, compétence ou pas, ceci n’a aucune importance, dans la mesure où cela ne concerne au fait q’une catégorie de personnes triées au volet qui seront invitées à occuper les hautes fonctions de la république. La semaine dernière lors de son intervention dans l’émission « Nikat Alla El-Hourouf » sur les ondes de la radio nationale, notre valeureux ministre des affaires religieuses et des Wakfs, affirmait à qui voulait l’entendre : « Il n’y a pas de pauvres en Algérie ! Ce n’est n’est qu’une invention des médias, comment peut-on dire cela, alors que 1,5 million d’entre eux vont en Tunisie ou que des millions effectuent les différents pélérinages chaque année ». Les médias font dans l’invention maintenant, quelle perspicacité ! et dire que c’est le ministre des affaires religieuses, censé être au fait des problèmes de la société algérienne plus que tout autre, nie l’existence même du phénomène qui touche pratiquement plus de 10% de la population, c’est ridicule,« cacher le soleil avec un tamis ». Le plus écoeurant, ce sont les arguments qu’il met en avant pour accréditer ses propos, il révèle le nombre de touristes algériens qui se sont rendus en Tunisie cette année et le nombre de personnes ayant effectué le pélérinage mais ignore ceux des pauvres, c’est de l’élémentaire à l’état pur, c’est la thèse d’un ministre faisant partie d’un état riche dirigeant un peuple pauvre. Ces affirmations vont à contresens des promesses du gouvernement qui entend débloquer 3 milliards de dinars (30 millions d’Euros) pour assurer les besoins alimentaires de base pour les 1,2 milions de familles démunies recensées.. Selon un confrère de la presse, un récent rapport du PNUD, fait état de l'augmentation du taux de pauvreté dans le pays, où un Algérien sur trois vivrait au-dessous du seuil de pauvreté, et qu’il y aurait 10 millions de pauvres et 20 % de la population posséderait 50 % des richesses du pays, résultat d’une gestion opaque et inégalitaire des ressources du pays tant décriée par les experts et l’opposition. Ce qui est incompréhensible est le fait de maintenir un ministre en poste, malgré le maigre bilan et le peu de rendement alors qu’il est là depuis des années. Pire encore, certains ministres éclaboussés par des scandales financiers, mais ils sont toujours là, intouchables, calfeutrés sous le parapluie de leurs protecteurs. La maturité politique n’est pas pour demain, messieurs.

Amara Mohamed
Jeudi 3 Septembre 2009 - 08:00
Lu 791 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+