REFLEXION

Que serions nous devenus sans ce précieux liquide?

Le destin aura voulu qu’il pleuve le premier jour du printemps, à la veille de la journée mondiale de l’eau prévue aujourd’hui jeudi 22 mars 2012, au niveau de la maison de la culture Ould Abderahmane Kaki. C’est comme un signe fort du ciel qui vînt nous rappeler tous les efforts qui ont été consentis par les responsables du pays dans le domaine de l’eau. Mostaganem connaît elle aussi une véritable révolution dans le domaine ou on note une progression énorme en ce qui concerne les raccordements à l’AEP, les stations d’épurations, l’assainissement…etc



Que serions nous devenus sans ce précieux liquide?
Un travail colossal est en train de se faire grâce aux efforts conjugués des différents responsables, élus et simples manœuvres, qui ont la tache la plus difficile car les difficultés rencontrées sur le terrain comme dans les régions de Sidi-Ali, Sidi-Lakhdar et Ain-Tédelès où le terrain est difficile et la région souvent boisée et aux reliefs accidentés, rend la mission plus difficile. Ces trois régions à elles seules comptent plus de 250 douars et localités et un nombre dépassant les 220.000 habitants. Sidi-Lakhdar est en retard en ce qui concerne le branchement à l’AEP et c’est l’une des raisons qui pousse souvent les citoyens à contester mais comme l’a confirmé le directeur de l’hydraulique, M.Ait-Abdenour Mansour, c’est une question de temps et l’état a mis tous les moyens à la disposition de son secteur pour réaliser les projets nécessaires. Il faut aussi reconnaître que M.Ait-Mansour a révolutionné son secteur et est en train d’accomplir le rêve de tant de populations, qui ont souffert des affres de la sécheresse et de la soif. Plus de 50.000 citoyens ont dit à la soif en moins d’une année au niveau des douars de Mesra, Ain Nouissy, Sidi-Ali, Bouguirat, Achaacha et le chef lieu de  la wilaya, après qu’elles  aient bénéficie du précieux liquide suite au branchement de ces régions au MAO. Ainsi, le projet d’Oued Kramis permet à plus de 200 douars de respirer et d’étancher leur soif. Les douars de la région Est, ont été les plus touchés par ces branchements qui viennent à temps et mettent fin à une certaine contestation sociale, qui ne cessait de s’amplifier depuis quelques temps. En attendant les stations de lagunage qui devraient être mises en service du côté de Mesra, Sirat et Fornaka, le taux de branchement devrait atteindre les 97%, un taux jamais atteint auparavant. Une enveloppe de 7.7 milliards  a été réservée pour plus de 100 opérations dans le domaine de l’hydraulique de  ces branchements. Les priorités du secteur restent l’achèvement des grands projets de la région, l’équipement des oueds et la mise en service de la station de dessalement, ainsi, le citoyen à Mostaganem bénéficiera d’une moyenne de 100 à 120 litres par jour.

Mihoub
Vendredi 23 Mars 2012 - 11:03
Lu 303 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+