REFLEXION

Quand Le Maire de Mostaganem bafoue les traditions du mariage !

LA SALLE DE MARIAGE RECONVERTIE EN SALLE DE REUNION ET LA SALLE DE DELIBERATION « DAIM ALLAH »

La salle de délibération de l’APC de Mostaganem, classée depuis des décennies comme étant un chef-d’œuvre de l'architecture européenne vient d’être transformée en grand bureau de monsieur le nouveau maire, sans consultation préalable des experts dans le domaine où même ceux qu’ils l’ont élu maire. Et de la même façon, il décide de reconvertir la salle des mariages en salle de délibération et transforme le bureau de la sécurité en salle de mariage en choisissant à la tête du service concerné par les célébrations du mariage, une femme ! Quelle sagesse !?



Quand Le Maire de Mostaganem bafoue  les traditions du mariage !
Cette décision, n’a  pas été du gout de plusieurs élus de l’APC  de Mostaganem. On entend déjà  le bruit des bottes  de certains  élus à l’intérieur du hall du cabinet du maire, qui ont juré de ne laisser passer cette mascarade sous  silence. Comment  peut-on remettre en question des traditions et coutumes instaurées par des générations d’élus qui se sont succédées à la tête de l’APC de Mostaganem, et qu’il  n’ont jamais osé violer ou changer, sans consulter au préalable la population qui est très concernée  par tout ce qui touche aux valeurs régissant le mariage qui a  de tout temps et depuis des années été célébré par un homme ,doyen de la mairie dans une salle des  festivités qui elle-même a été transformée en salle de délibérations et  de réunions. Une femme respectable a été désignée pour célébrer ce rituel religieux qui ne peut pas concorder avec les principes fondamentaux de l’islam. Pour combler le tout des infrastructures internes de l’édifice ont été modifiées, alors que ni les français d’avant guerre ou  les algériens post indépendance n’ont à aucun moment osé touchés. Cette mairie a eu le privilège d’être honorée par  la présence du général Charles de Gaulle le 6 Juin 1958 où il avait prononcé la fameuse phrase « Citoyens, je vous ai compris » Un citoyen en colère en compagnie de sa famille, rencontré à la sortie de la mairie ne pouvant se maitriser ni se contrôler, pestant contre des décisions inadaptables à nos coutumes et traditions qui ont remis en question toute une gestion  relative au contrat de mariage célébré auparavant dans la salle des festivités en toute pudeur et respect par un sage, généralement un doyen, lui-même employé de la mairie, dans une intimité familiale très discrète  selon le respect et  les recommandations de l’islam et ce, depuis des décennies, les dites cérémonies ont été transférées vers un service exigu dont le rituel, cette fois ci est célébré par une femme dont nous respectons  la personnalité,  dans un bureau ne désemplissant pas de monde à longueur de journée, mitoyen à celui chargé de l’inscription et de la mise à jour des listes électorales. Et ce n’est pas tout, car beaucoup des «  ont dit »  ( vu qu’ il n’y a jamais de fumée sans feu) sèment le doute dans l’esprit de nos concitoyens perturbés par la remise en question de l’infrastructure ancestrale  interne du siège de notre APC de Mostaganem, véritable symbole et héritage que nous ont laissé tous les prédécesseurs  et élus qui se sont succédés à la tête de cette mairie depuis 1925 date de son inauguration, et qui n’ont  jamais osé à aucun moment durant leur mandat  modifier ou transformer. Cette propriété étatique appartenant à toute la population a vu son intérieur profané, subissant les affres de l’administration et le mépris de certains élus, qui sans consulter l’avis de personne ont procédé à des transformations défigurant les locaux et remettant en question toute une histoire pittoresque que des  décennies de présence de gestionnaires et d’élus  ont su préserver avec tout l’amour qu’exige un tel symbole. La salle de délibération et des réunions a connu une transformation  incommodante très exagérée ne reflétant en rien une institution représentant toute une population qui attend beaucoup de ces élus. Le bureau du maire jadis séparé par un mur de séparation mitoyen à la salle en question qui a été détruit  occupe dorénavant  un plus grand espace violant  une partie de la salle de délibération , dont les murs ont été couverts par un contreplaqué en bois cachant toutes les  peintures et reliques même des sculptures qui existaient auparavant et qui donnaient un grand sens à la grandeur d’une  civilisation de cette commune, et ce n’est pas fini car  dans un autre endroit  de cette grande salle où se décidait tout l’avenir de la ville de Mostaganem   un salon d’honneur a été érigé. La salle des festivités aussi a du subir un changement  ou une transformation non conforme à la construction de cette infrastructure datant de 1925, sans doute vu que les célébrations des contrats de mariage ont été transférés vers un autre endroit. Au lieu de remettre en question toute une histoire pittoresque d’une commune dont la destruction est imminente, à savoir ,transformation des sites, des quartiers etc… l’une  des préoccupations dont les habitants  n’ont cessé de dénoncer à travers les médias , ainsi que des associations , mais malheureusement qui restent sans suite et ne sont pas prises en considération par les autorités concernées. Cet argent confié en toute confiance pour être géré convenablement, à des gens  choisis vu  leur notoriété par des électeurs, doit être dépensé à bon escient en prenant en charge les priorités des priorités.

Riad
Samedi 17 Août 2013 - 10:59
Lu 2245 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+