REFLEXION

QUOTA DE FEMMES AUX ASSEMBLEES ELUES : Contesté, le projet de loi pourrait être rejeté par l’APN



L’une des principales dispositions contenues dans le projet de loi électoral pourrait ne pas voir le jour. Le projet de loi sur la représentation des femmes dans les assemblées élues, lequel consacre le principe de quotas en affectant aux candidatures féminines un minimum de 33 % du nombre des sièges à pourvoir, risque de subir une forte opposition de la part des parlementaires. Déjà, certains partis politiques, dont le PT, dirigé par Louisa Hanoune, considèrent les dispositions contenues dans ce projet discriminatoires et avilissantes vis-à-vis des femmes. Les députés du Parti des travailleurs affûtent leurs armes pour critiquer fortement le texte du gouvernement lors du débat général, puis le rejeter carrément lors du vote. Des députés RND et FLN se préparent à présenter une proposition d’amendement qui réduirait la proportion des 33 % des sièges réservés dans les assemblées élues aux femmes. D’autres formations indiquent que ce projet de loi s’inscrit en porte à faux avec un article de la Constitution qui consacre l’égalité entre les hommes et les femmes, en interdisant toute forme de discrimination sur la base de la race ou du sexe. Pour les détracteurs du projet de loi, le président aurait pu faire le choix d’augmenter le nombre de femmes nommées aux postes d’ambassadrices, chefs d’entreprises, chefs de daïras, etc. La Constitution le permet et de tels postes sont plus valorisants que d’être mal élue. Enfin, ce projet risque de créer un autre problème : pour faire respecter ce quota, une femme pourrait être élue avec nettement moins de voix qu’un homme. Autrement dit, le choix des électeurs ne sera pas respecté. Or, c’est le principe d’une élection libre et transparente. Par ailleurs, les partis politiques, qui se mettront en lice pour les élections législatives et locales, seront fatalement confrontés à la contrainte de recherche de candidates. Il faudra alors réussir à ne pas privilégier le nombre sur la qualité, en ce sens éviter les candidatures faire-valoir au risque de baisser davantage le niveau des élus, notamment au Parlement. .

Réflexion
Mardi 6 Septembre 2011 - 22:01
Lu 282 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+