REFLEXION

QUINZE JOURS APRES LA FETE DE L’AID FITR : La crise du pain persiste encore à Oran

Quinze jours après la fête de l’Aïd Fitr, la pénurie de pain à Oran persiste toujours. Les Oranais sont obligés d’aller chercher leur pain tôt dans la matinée durant cette période de vacances.



Des enfants à moitié réveillés, des femmes et des personnes âgées font la chaine quotidiennement pour acheter quelques baguettes de pain. Oran, où l’on n’arrive pas à acheter son pain sans difficulté compte quelques 400 boulangers. Une grande partie d’entre eux se sont permis de prendre leur congé annuel en ce mois d’août. Au-delà de la période des fêtes on entend plus parler de permanence ni de sanctions. Les services compétents des différentes directions entre autres celle du commerce sont elles aussi en vacance pour le grand malheur des oranais et des milliers de touristes qui devront payer les pots cassés de ce laisser-aller. Dès la rentrée sociale, les différents bilans d’activités s’accumuleront et on relancera les débat sur les ambitions de la wilaya de devenir une métropole de la méditerranée. Une métropole où l’on ne trouve pas une baguette de pain ni un sachet de lait. Etre une métropole et miser sur le tourisme ne concerne pas seulement l’urbanisme et les structures d’accueil. Miser sur le tourisme c’est tout prévoir, des commerces qui travaillent en permanence, des cités propres, des marchés correctement gérés car les touristes notamment les étrangers ne viennent pas pour les hôtels de luxe car ils en disposent dans leurs pays, ils viennent pour se dépayser. Pour leur permettre de vivre la vie des oranais il faut que l’activité commerciale suit le mouvement comme c’est le cas dans les pays voisins à vocation touristique tels que les pays du Maroc et de la Tunisie.

Medjadji H
Lundi 11 Août 2014 - 18:51
Lu 149 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+