REFLEXION

QUI SE CACHE DERRIERE L’ENTREPRISE CHARGEE DE L’AMENAGEMENT DES RONDS-POINTS ? : Une enquête est demandée à l’APC de Mostaganem !

Quelle malédiction a frappé la ville des Mimosas !? Et par quel sort sont ensorcelés ses élus. Alors que les ruelles du quartier de Tigditt et plusieurs autres quartiers sont embourbées et toujours sales, sans pour autant évoquer l’état dégradé des cimetières de la commune, l’APC de Mostaganem favorise l’aménagement des jardins et des ronds-points au détriment de l’urbanisation de la ville, une façon de jeter de la poudre aux yeux. L’idée de créer un espace vert est bonne, mais derrière cette initiative, n’y a-t-il pas anguille sous roche ? Car, si on devine qui est à la tête de l’entreprise chargée du projet des ronds-points et de quelle manière les procédures ont été entamées, la réponse apaisera sans doute la curiosité de certains membres qui sollicitent du wali une enquête..!



La ville de Mostaganem, jadis  perle de la méditerranée, perd  son charme d’autrefois et tombe au plus bas de l’échelle. Elle dévoile son vrai faux  visage, submergée par la saleté et les ordures. Elle est caricaturée par des trottoirs squattés qui profitent aux  vendeurs de l’informel et défigurée par des chaussées déformées. Un constat qui  témoigne de l’incompétence des nouveaux locataires de l’hôtel de ville. ! Evidemment, c’est aussi l’œuvre d’élus qui ne pensent qu’à leurs intérêts et aux primes promises, liées aux détachements professionnels. Certains élus locaux peuvent  s’exposer à des risques lors de certaines prises de décisions trop hâtives et irréfléchies, parfois, même improvisées , des idées très bonnes mais très mal gérées  car il faut le dire carrément que la plupart des sources des problèmes existants sont dues à la mauvaise prise en charge de l’étude elle-même, et de l’estimation du coût de la réalisation des projets  dont  les travaux  sont valorisés à des montants supérieurs aux estimations prévues.  Beaucoup de citoyens qui se sont rapprochés de notre rédaction, s’interrogent sur les travaux d’aménagements des 3  principaux ronds points de la ville à savoir : CIA, cité Zeghloul, Debdaba à proximité de la nouvelle gare dont le projet suscite des interrogations, vu que leurs superficies seront  consacrées à des lieux de détente où à des espaces verts, une improvisation de dernière minute pour embellir la ville de Mostaganem sans mesurer les conséquences dangereuses qui peuvent en résulter. Un endroit doté de confort apte à recevoir des citoyens en quête de repos et de tranquillité et ceci dans un souci de fuir les bruits des véhicules et la pollution, un lieu situé en plein milieu des routes à grande circulation qui ne désemplissent pas à longueur de journée,  et servant de ronds points pour réguler la fiabilité et la fluidité de la circulation des  voitures, engins lourds, etc…, empêchant  tout piéton  de traverser ces routes sans risque, une situation que l’on peut comparer à une ile située dans un océan infesté de requins. Revenons un peu à ces inaccessibles espaces verts, surtout celui qui se trouve à proximité de la nouvelle gare, il servira sans aucun doute, d’hôtel à ciel ouvert aux SDF, aux ivrognes et à la multitude de délinquants qui sévissent durant la nuit en quête d’agressions de quelques voyageurs retardataires  qui seront très probablement blessés et dépouillés  de leurs biens et argent. Dans ce contexte, comment une pareille étude à t’elle était improvisée et qu’elle est l’entreprise chargée des travaux, bénie par  Mr le maire de Mostaganem,  en prenant en  charge  l’aménagement des trois  ronds-points.  A cet effet, beaucoup de rumeurs circulent sur l’identité de cet entrepreneur.  Pour clarifier, certains points qui semblent obscurs, les citoyens sollicitent une enquête qui pourra déterminer, si les démarches règlementaires ont été respectées  et si les normes du code du marché, n’ont pas été bafouillées pour l’attribution de ce projet qui ne semble pas répondre aux attentes de la population.  Comment une autorité publique  chargée d’une mission de service public qui a été  investie par des citoyens dans le cadre d’un mandat électif public pour une durée déterminée, afin de prendre en main la destinée de toute une population, peut elle prendre des décisions hâtives, imprévisibles et irréfléchies  pouvant remettre en question toute une gestion propre aux  intérêts de la commune.  Très souvent, il est à se demander comment est organisée  la gestion du patrimoine  environnemental et de quelle façon est  géré l’argent du contribuable.

Riad
Mardi 12 Novembre 2013 - 17:54
Lu 1302 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+