REFLEXION

QUELLES MESURES SOCIALES POUR QUELLE TRIPARTITE ? : L’article 87 bis au cœur des débats

Comme chaque année, depuis des décennies, la tripartite annuelle se réunit pour examiner des dossiers. Cette année la tripartite aura lieu le 23 février 2014, comme il a été annoncé par le secrétaire général de l’UGTA, sans pour autant préciser quelles seront les mesures et décisions sociales qui auront un impact positif sur l’effet escompté pour les catégories sociales les plus défavorisées, et les travailleurs percevant des salaires en dessous de la moyenne.



Seul le triste et ‘’ fameux ‘’ article 87 bis de la loi 90-11 relative à la relation de travail qui fait couler tant d’encre depuis des décennies   figure parmi les dossiers à l’ordre du jour. Un  87 bis en vigueur, véritable mesure de blocage, qui malheureusement défavorise le calcul du SNMG, dont le calcul comprend le salaire de base, les indemnités et primes de toute nature liées au poste de travail, à l’exclusion des indemnités versées au titre de remboursement de frais engagés par le travailleur, à savoir prime de panier, prime de transport, prime d’amortissement , frais de missions etc... Une décision discriminatoire, que l’ensemble des travailleurs, et l’UGTA, contestent depuis  toujours.  Plusieurs   citoyens rencontrés, dont les travailleurs, les premiers concernés  espèrent beaucoup de cette tripartite qui en principe devrait  aborder les sujets les plus épineux relatifs à la situation sociale défavorable et à un  pouvoir d’achat qui se dégrade  de jour en jour privant tant de familles d’une vie plus ou moins décente. Dans ce contexte, on se demande si  les  revendications des ménages seront-elles  défendues  corps et âme par l'Union générale des travailleurs algériens lors de cette tripartite du 23 février 2014 ? Bien sûr une tripartite qui comme toujours, sera suivie avec beaucoup d’intérêt, suscitant  la curiosité et l’attention de la majorité de la population fragilisée par la cherté de la vie, et  qui fait la  une de l’actualité quotidienne  par les catégories défavorisées  et les travailleurs percevant des salaires dérisoires n’atteignant même pas le SMNG. L’UGTA arrivera t elle à obtenir gain de cause ? Notons, que parmi ces catégories il y a les  retraités, qui malheureusement  ne comptent que sur cette maigre contribution appelée augmentation de pension et qui ne dépasse guère  les  10 % calculée sur une base de salaire  qui n’a connu jusque la aucune  actualisation équitable des pensions. Signalons aussi qu’il  existe de graves incohérences qui défavorisent l’équilibre financier en matière de discriminations salariales, en raison des  écarts constatés parmi les nouveaux salaires octroyés aux nouveaux retraités, par rapport aux anciens retraités dont les salaires n’ont pas été actualisés, selon les actuelles grilles des salaires en vigueur.  L’abrogation de l’article 87-bis du code du travail, si elle venait à être décidée, représente la revendication principale, sinon l’unique  de la classe ouvrière,  c’est ce qui permettra une nette amélioration des salaires.  A cet effet, l’article en question sera débattu entre  partenaires sociaux,  patronat et le Gouvernement à l’occasion de cette prochaine tripartite, afin de prendre les décisions nécessaires à son amendement. Souvenons nous, il y a à peine quelques jours des députés propulsés au plus haut sommet de l’état ont réclamé une augmentation de leur rémunération qui leur paraissait dérisoire et insuffisante pour atteindre les 370.000,00 Dinars, un montant  exagéré représentant  Plus de 20 fois le SMIG , une demande qui a été rejeté par le Président de la République.En effet  ,si cette demande aurait été accordée, et qui concerne 462 députés, elle aurait un grand impact financier  que doit supporter l’Etat!?  Cependant, lors de cette tripartie ,la catégorie sociale défavorisée espère seulement une amélioration des conditions de vie.  Ainsi, parlons de l’article 87 bis, nul n’ignore qu’il y a bien longtemps que plusieurs syndicats qui se sont succédés à la tête des organisations syndicales  ont fait  leur cheval de bataille et l’une de leur  principale revendication, mais en vain. L’UGTA sortira-t-elle vainqueur de ce combat ?

B. Adda
Lundi 17 Février 2014 - 17:16
Lu 3779 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+