REFLEXION

QUELLES CONSEQUENCES SUR LE POUVOIR D’ACHAT ? : Flambée des prix de la viande blanche

Comme toujours, depuis la nuit des temps et à chaque évènement, les prix de certains aliments et viandes blanches, battent de l’aile, faisant le bonheur de ces spéculateurs, qui se frottent les mains, et profitent au maximum. Ces derniers jours, qui coïncident avec les fêtes de yennayer et du Mawlid Ennabaoui, les prix du poulet flambent.



En raison de la forte demande de la viande de poulet, principale denrée sollicitée au cours des fêtes, mariages, évènements, etc., et ce à défaut de la viande rouge qui est devenue inabordable pour les bourses à faible revenu, et les catégories sociales défavorisées. Il  a été constaté au grand dam des ménagères que les prix de la viande blanche ont carrément pris l’ascenseur. La  plupart des marchands installés, aussi bien dans les marchés populaires de la ville que dans certains quartiers interrogés sur le pourquoi de cette soudaine flambée. Les bouchers et les marchands de poulets ont répondu unanimement que d’un coté, nous sommes en pleine période des fêtes, et de l’autre coté, l’enchérissement de plus en plus grand des prix  de la nourriture des animaux, ainsi que les nombreuses contraintes auxquelles font face les éleveurs. Mais les consommateurs pensent plutôt, que ces éleveurs  font de la rétention pour faire augmenter le prix du poulet à l’abattoir, qui se répercute sur le prix de vente, et qui sont à l’origine de cette flambée des prix qui, il faut craindre, risque de s’inscrire dans la durée, et se prolonger. Car sinon, disent ces consommateurs, comment expliquer cette variation des prix du kilo de poulet qui, en quelques jours est passée de 240 à 320 DA et voir plus, sans explication, si ce n’est de la spéculation, un acte répréhensible et réprimé  par les lois et les dispositions du code commerce. D’autres part, et chaque fois que le prix des viandes blanches augmente, les  revendeurs de poulets ont recours à l’abattage clandestin, et ce, au détriment de la santé du consommateur qui ignore tout, sur l’origine et la provenance  du poulet. Outre  la qualité du produit mis sur le marché, l’impact de cette activité sur la santé des riverains et l’environnement local est tout aussi déplorable.

Tayeb Bey Aek
Samedi 11 Janvier 2014 - 16:42
Lu 166 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+