REFLEXION

QUEL RESPECT POUR QUEL REPOS BIOLOGIQUE ?! : Une sardine anorexique à 200 DA

Le coût de la Sardine a atteint hier son plus bas prix depuis le début de l’année. Une baisse significativement spectaculaire qui à vrai dire, ne dénote aucunement le retour de cette espèce bleue à de meilleurs sentiments, mais plutôt toute la gabegie dans laquelle font les barons de la pêche qui tirent sur tout ce qui bouge.



Le prix du détail du kilogramme de sardines a en effet atteint hier les 200 dinars à travers le territoire de la wilaya, voire150 dans certains endroits, alors que pas plus d’une semaine il était cédé à raison de 600 DA et 500 DA dans les meilleurs cas. Or, à bien décortiquer la petite sardine offerte aux étals, l’acheteur se rend compte de toute l’insignifiante taille de ce poisson qui ne dépasse dans les meilleurs cas une longueur de 7 à 8 centimètres, bien loin de la norme en la matière. A ce propos, il est utile de mentionner que « La Méditerranée est une poubelle gratuite », comme le disent bien des professionnels au fait de toute la pollution organique, industrielle et technologique qui y sévit, non sans causer des conséquences directes sur la faune marine dont la taille du poisson, avec effet notamment sur les poissons bleus comme les sardines et les anchois qui ne grandissent plus comme avant. Mais de là à commercialiser des sardines anorexiques, trop petites et trop minces, qui ne supportent même pas les doigts en or de la meilleure cuisinière pour les étriper au risque de les voir carrément charcutées ; ça relève d’une démonstration flagrante de tout l’irrespect accordé au leitmotiv du repos biologique bien mis au pied du mur.  « Elles sont maigres et elles n’ont pas de gras. Et il faut au moins 75 sardines pour faire un kilo », précise à l’auteur un vieux vendeur de poisson dans la petite ville d’Oureah ». Et d’ajouter, « j’aurais aimé vous proposer un meilleur produit, mais c’est tout ce que l’on trouve au port de la Salamandre. Ce n’est pas de notre faute nous autres petits détaillants, mais celle des sardiniers qui s’en foutent éperdument des lois et des contrôles si contrôles existent-ils ». La période « d’hibernation » imposée aux marins pêcheurs pour le respect de la période du repos biologique du poisson durant quatre longs mois, s’étend du 1er mai au 31 août de chaque année, a un goût amer, car elle est synonyme de manque à gagner. Seulement, des dizaines de petits pêcheurs continuent d’activer le long du littoral Ouest, notamment en violation à cette mesure d'interdiction de pêcher dans des zones définies à l'aide de filets spécifiques, s’ajoutent un bon nombre de chalutiers et de sardiniers à la recherche du poisson à proximité même des falaises, que les usagers et les riverains de la RN11 ne manquent nullement de remarquer au su et au vu, au moment où les frégates marines courent derrière les amateurs de la pêche sous-marine au fusil à pompe.   

Ilies BENABDESLAM
Mardi 23 Mai 2017 - 20:22
Lu 359 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 20-09-2017.pdf
3.55 Mo - 19/09/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+