REFLEXION

Protestation particulière d’un citoyen devant le siège de la daïra de Tissemsilt

Le siège de la daïra du chef lieu de wilaya Tissemsilt a occupé le devant de l’actualité en ce début de semaine. En effet, il est le théâtre d’une contestation citoyenne un peu singulière.



Un citoyen qui s’est dit victime de la marginalisation des responsables a choisi d’y observer un sit-in, il est seul depuis quelques jours à prendre cette décision qui était de protester devant le siège de la daïra pour apparemment tenter d’attirer encore une fois l’attention des responsables locaux et faire aboutir ses  revendications. Le protestataire déclare être victime de l’administration qui a démoli sa maison pour y construire un établissement scolaire, il a précisé avoir transmis un dossier complet sur sa situation tout en arrachant la promesse que les responsables vont étudier avec les responsables locaux de la wilaya toutes les suggestions afin de trouver une issue à cette situation qui a trop longtemps duré mais ajoute-il aucun signe n’est venu le réconforter. A partir de cette conclusion, ce protestataire qui « couche » depuis quelques jours devant le siège de la wilaya se veut décidé de faire entendre sa voix à monsieur le wali dans lequel il espère une implication directe, ce même protestataire nous a informé qu’il a été reçu par des responsables qui se sont déresponsabilisés de la situation qu’il vie et devant l’absence d’une vraie communication, ce citoyen déclare qu’il n’avait  pas d’autre choix que de sortir dans la rue et tenter par ce moyen de se faire entendre. « Cette situation incommodante dure depuis des années, les anciens dossiers de logements sont toujours enterrés et à chaque attribution je ne voix jamais mon nom pourtant ma maison a été détruite sans qu’on me dédommage, c’est toujours la même réponse, c’est de l’aberration » nous dira El Hadj Mihoub qui n’a en fin de compte pas bénéficié du logement et attend le rétablissement de la situation depuis près de six ans. En somme, dans l’après midi, la situation était toujours la même, le mouvement se déroulait dans le calme mais aucun des responsables n’a daigné prendre le taureau par ses cornes et tenter de donner les réponses aux multiples questions qui taraudaient l’esprit de ce protestataire singulier.

A.Ould El Hadri
Mardi 26 Juin 2012 - 11:01
Lu 203 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+