REFLEXION

Profanation de tombes au cimetière de Diar El Hana à Mostaganem

La perte de pierres tombales au cimetière de Diar El Hana ne suffit apparemment pas à alerter les autorités locales, car hormis la plainte déposée par un citoyen, il y a quelques jours, aucun élu ni aucun responsable n’a daigné se déplacer sur les lieux pour constater les dégâts.



Profanation de tombes au cimetière de Diar El Hana à Mostaganem
Les tombes du cimetière de Diar El Hana ont été profanées, lorsque des individus ont arraché une grande partie des pierres tombales portant les noms de personnes  originaires de la ville. Encore une fois, les Mostaganémois constatent avec amertume le désastre causé par cette énième dégradation du site. Sur place, nous constatons que ce site offre aujourd’hui une image d'abandon. Des visiteurs rencontrés venus de l’ouest du pays sont sous le choc et ne comprennent pas comment un tel acte a été commis. Le pire est que la perte des pierres tombales ne suffit apparemment pas à alerter les autorités locales, car hormis la plainte déposée par un citoyen il y a quelques jours, aucun élu ni aucun responsable n’a daigné se déplacer sur les lieux pour constater les dégâts. D’ailleurs, les délinquants rôdent toujours autour du site. Au niveau de l’APC, on nous révèle qu’aucune  plainte n’a été enregistrée et que la commune envisage de s’enquêrir sur les faits : “Nous sommes en train de voir avec la commission de la commune en vue de faire appel aux proches des défunts pour qu’ils nous fournissent les noms exacts de tous les morts qui figuraient sur la plaque manquante. C’est un travail difficile, mais nous allons le faire tout de même.” On nous a également assuré que l’APC réfléchit sérieusement à réaménager tout le site. Le dossier sera examiné par l’assemblée, nous ont-ils précisé. Cette attaque, en tout cas, aurait pu être évitée, si les autorités locales avaient fait leur travail. On se souvient qu’en 2010, l’ancien maire avait déclaré à la presse qu’il promettait de “sauver le site d'une dégradation devenue presque certaine”. Il avait même annoncé qu’une enveloppe financière serait allouée pour financer la réhabilitation du site. Cette proposition sera relayée quelques semaines plus tard par une autre déclaration qui propose d’installer un poste de police pour garantir la sécurité des familles et des visiteurs. Un projet resté en suspend depuis. Quelques mois plus tard, l’ancien maire Boukhari, ayant constaté le délabrement des lieux lors d’une visite d’inspection, annonça qu’une réhabilitation touchera l’ensemble du site, aussi bien les tombes que leurs abords. Ce qui est rassurant, c’est que cette profanation de tombes au cimetère de Diar El Hana a tout de même provoqué l’indignation des Mostaganémois.

Ikram
Lundi 11 Mars 2013 - 10:25
Lu 548 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+