REFLEXION

Pris entre le marteau et l'enclume, un citoyen interpelle les autorités locales.

Benhamadouch Djillali, né le 22 octobre 1952, marié et père de trois enfants, est à la recherche d'une solution à son problème de logement auquel il ne voit pas issue.



Pris entre le marteau et l'enclume, un citoyen interpelle les autorités locales.
Lui et sa famille, à laquelle s’adjoint sa mère âgée de 78 ans, dont il a la charge, occupent une très modeste habitation composée d’une seule pièce et d’une cuisine au hai derb, sis 20 rue Abdellaoui Abed, appartenant à un propriétaire privé et pour laquelle il verse un loyer qui s’élève à 5000,00 dinars par mois, sans les charges. Le montant de la pension de retraite s’élève à 17.000,00 dinars. M. Benhamdouch est handicapé physique avec un taux d’invalidité de 100 %. En sollicitant les colonnes de notre journal, M. Benhamdouch voudrait porter son problème à la connaissance des autorités dont voici les faits : ayant déposé, en 2005, auprès du FNPOS, un dossier en bonne et due forme pour l’acquisition d’un logement. Il a obtenu satisfaction et le 23-04-2008 il reçoit une décision de notification d’attribution de logement n° 265 avec l’ordre de verser la somme de 350.000,00 dinars, avec un délai de 30 jours.Cette somme correspond au premier versement de l’apport personnel. La décision de notification prévoit, par ailleurs, qu’en cas de non respect des conditions de versement de paiement, l’annulation pure et simple de l’attribution de logement et ce, sans aucune autre formalité ni préavis. Benhamdouch ayant, quatre années durant, depuis le dépôt de son dossier auprès du FNPOS, en 2005, économisé la somme de 150.000.00 dinars en guise d’une éventuelle avance sur le prix global du futur logement, n’a pu obtenir gain de cause du fait que les portes se sont fermées devant lui. Il s’est alors rapproché de la banque BDL pour solliciter un prêt de 200.000.00 dinars, correspondant à la somme manquante pour la régularisation du 1er versement dont le montant s’élève à 350.000.00 dinars. La banque avait donné son accord verbal et demandé à l’intéressé de se faire délivrer un ordre de versement par le FNPOS afin qu’elle puisse prendre en charge le dossier et procéder au versement du complément sous forme de crédit. Mais il se trouve que le FNPOS n’a pas voulu suivre la démarche proposée par la BDL pour trouver une solution au problème de ce citoyen démuni. Et c’est à partir de ce moment que la situation s’est en quelque sorte gâtée. Ayant adressé deux correspondances : l’une le 12-05-08 et l’autre le 02-06-08 à la direction régionale du FNPOS à Oran, dans lesquelles il sollicité un calendrier de versements échelonnés en s’engageant à respecter les déliais dans le cadre d’un éventuel accord.
Ces deux correspondances sont restées sans suite, selon notre interlocuteur. Désemparé, et ne sachant à qui s’adresser, pour trouver une solution à son problème, ce citoyen interpelle les autorités locales, plus particulièrement madame le wali, pour solliciter son intervention auprès du FNPOS, à l’effet de faire accepter à celui-ci la proposition de la BDL qui se montre disposer à intervenir favorablement dans le règlement de ce dossier. Malgré ce qui lui reste de sa modeste pension, après qu’il ait payé son loyer et payer les charges. M. Benhamdouch, se déploie pour offrir à sa famille un logement décent et digne de ce nom. Tel est son souhait sinon comment continuer à cohabiter avec sa maman âgée et ses 03 enfants adultes dans une même pièce ? Chose inconcevable, voire inimaginable, selon nos us et coutumes.

Bentahar
Mardi 3 Février 2009 - 00:48
Lu 671 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+