REFLEXION

Présidentielle 2014



Belkhadem : "Choisir Bouteflika pour un nouveau mode de gouvernance’’

De Bousaada à la wilaya de M'sila où il animait un meeting à la salle des fêtes de Sidi Thameur, M. Abdelaziz Belkhadem a affirmé  que le peuple algérien, en renouvelant sa confiance au candidat Abdelaziz Bouteflika, aura opté pour un nouveau mode de gouvernance. Il a également  souligné que ce nouveau mode de gouvernance a été mentionné dans le message adressé au peuple algérien par le Chef de l’état le 22 mars dernier. Un message dans lequel il avait notamment mentionné  son engagement à poursuivre les réformes politiques qu’il avait engagées il y a trois ans, plus exactement le 15 avril 2011.  En ce sens, il a également ajouté que M. Bouteflika s’est engagé devant le peuple à réviser, au cas où il était réélu, la Constitution au cours de la première année de son nouveau mandat, et à mettre en place des conditions politiques et institutionnelles fondées sur l’élargissement des prérogatives des institutions du pays. L’enjeu, selon M. Belkhadem, est de lutter de manière encore plus efficace contre la corruption, de consolider la réconciliation nationale et de soutenir l’économie  par l’encouragement de l’investissement et la création de PME aptes à constituer une alternative aux hydrocarbures.     L.AMMAR

Rebaine déclare : " Suppression du service national et modernisation de l'armée

Depuis la ville d'Arzew, où il animait un meeting pour sa campagne électorale, le candidat Ali Fawzi Rebaïne, a promis aux jeunes, de supprimer le service national et de moderniser l’Armée nationale populaire s’il était élu. En ce sens, il a déclaré que : "Je vous promets, si vous votez pour moi, d’annuler le service national, en laissant ses portes ouvertes à ceux qui veulent s’entraîner pour une durée de six mois". En outre, il s’est engagé à moderniser et  à bâtir une armée professionnelle en lui offrant tous les moyens nécessaires. M. Rebaïne, a promis également de rajeunir les cadres  de l’armée, et a confirmé que  l’armée ne doit pas se mêler des questions politiques nationales et doit être au service du peuple. Pour mettre en application ces engagements, M. Rebaïne a appelé à un vote massif pour son programme, soulignant qu’il est le seul candidat à la course électorale pouvant mener le pays vers un changement radical. Par ailleurs, il a indiqué que l’Algérie fait face à de grands défis dont la mondialisation, qui lui exige de construire une économie forte. Il a expliqué que la construction d’une économie forte exige l’exploitation de toutes les compétences algériennes vivant notamment à l’étranger, et par une lutte acharnée contre  l’économie rentière qui mine le pays.                                      L.AMMAR

Moussa Touati opposé à une éventuelle amnistie générale

Le candidat à l'élection présidentielle, Moussa Touati, a indiqué à Béjaïa, qu’il est opposé à l'idée d'une période de transition et à une éventuelle amnistie générale après le scrutin présidentiel. "La politique de l'amnistie générale, si elle venait à être adoptée, bénéficiera à tous ceux qui ont pillé et dilapidé les biens de l'Algérie et de son peuple", a estimé M. Touati, ajoutant que les personnes responsables de dilapidation de deniers publics "doivent rendre des comptes". M. Touati, qui a appelé le peuple à s'exprimer "de manière pacifique en sanctionnant l'actuel pouvoir par le bulletin de vote", dira que "les Algériens réclament un changement, mais le pouvoir en place veut prendre les mêmes et recommencer". Toutefois, il a indiqué craindre la fraude lors du prochain scrutin "dans la mesure où le bulletin de vote biométrique, doté d'un code-barres, ne sera pas utilisé", a-t-il poursuivi. Par ailleurs, M. Touati a déploré la décision prise par la wilaya d'Alger de réserver la Coupole du complexe sportif Mohamed-Boudiaf pour abriter une activité d'un autre candidat, "alors que le FNA l'avait réquisitionné pour le 12 avril depuis près d'un mois", a-t-il dit. M. Touati a saisi l'occasion de ce meeting pour rappeler les grandes lignes de son programme électoral, notamment l'instauration d'un Etat de droit "où la démocratie et la justice sociale seront garanties et consacrées".

Belaid appelle :"Unifions nos efforts pour la stabilité et la paix au pays "

Au 16ème jour de la campagne électorale, le candidat du front El-Moustakbal, Abdelaziz Belaid, a appelé avant-hier à Ouargla à mettre fin aux divisions  en unifiant les efforts pour préserver la stabilité politique et la paix sociale dans le pays. A ce titre, il a déclaré que le front "El-moustakbal" qu'il préside n'a point cessé  de militer pour unifier les efforts afin de bâtir un état fort et moderne et abolir les divisions pour préserver la stabilité politique et la paix sociale lors de son  meeting populaire. Il a considéré que la préservation de la stabilité du pays ne peut se faire qu’à travers une meilleure gestion de l’économie nationale et la réalisation effective d’une paix sociale, en prenant notamment en charge les préoccupations des jeunes.  Il a  promis de faire de l’Algérie, un pays libéré de toute rancune, où règne la justice sociale et le respect de l’état de droit, en ajoutant que pour atteindre ces objectifs , il faut laisser la place aux jeunes, qui ont tout pour réussir. En dernier lieu, il a affirmé à ce sujet, que le moment est venu pour les jeunes de prendre les rênes du pays en vue de concrétiser le principe de la succession des générations aux postes de responsabilité. Le programme électoral du front "Elmoustakbal", dont un grand chapitre traite, notamment des jeunes, insiste sur un changement radical en Algérie par des moyens pacifiques et démocratiques et loin de toute tentative de s’accrocher au pouvoir.                                   L.AMMAR

La LADDH dénonce l’exploitation des enfants dans la campagne électorale

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH) a dénoncé, avant-hier, l’exploitation des enfants dans la campagne électorale  de la présidentielle, après avoir constaté leur présence lors de rassemblements publics, assignés de la tâche de l’affichage des photos des candidats sur les murs et les panneaux publicitaires. La LADDH a appelé les autorités compétentes, notamment le ministère de la Solidarité nationale et de la famille à assumer leurs responsabilités pour arrêter cette farce, qui est une violation des lois algériennes et des conventions internationales, qui interdisent l'exploitation des enfants dans l'action politique.  L'association a déclaré dans un communiqué préparé par son bureau de wilaya à Chlef, que les candidats avaient eu recours à l'exploitation des enfants de familles nécessiteuses pour accomplir des tâches dans la campagne électorale, en les assignant à placarder les photos des candidats sur les murs et les panneaux publicitaires et destinées à des fins commerciales, en les attirant par des « offres banales et moins coûteuses », sans se soucier le moindre du monde des risques qui pourraient mettre leur vie en danger , notamment que la campagne a coïncidé avec les vacances de printemps. À cet égard, l'Association nationale pour la défense des droits de l'homme constate que de telles pratiques vis-à-vis du droit des enfants sont considérées comme «une violation  des dispositions des lois algériennes et les conventions internationales, qui interdit l'exploitation des enfants dans le travail politique», et dire que de telles pratiques, ont immergé à la suite de la dispersion du mouvement politique, irresponsable et sans le moindre  sens de la responsabilité morale et humanitaire. Cette association a repéré ce qu'elle a appelé « les gueux des élections », un grand nombre de scènes, qui confirment que l'Algérie est dans un état de grande misère sociale qui s’est reflété sur la scène politique, en particulier à la lumière des changements sociaux et économiques en Algérie, où l'association a déclaré que de nombreux changements qui ont vu le jour ont influé sur la composition de la famille et de sa cohésion , qui se traduit directement sur les enfants, ajoutant que l'enfance en Algérie souffre d'un vide juridique terrible dans divers aspects, y compris le phénomène de l'exploitation des enfants dans la mendicité, qui est perçu par les citoyens,  les agents de sécurité, et les juristes partout, mais la loi reste incapable de sévir contre les réseaux qui exploitent les enfants dans ce phénomène.              Touffik

ABDELMALEK SELLAL A MASCARA : "Nous ne connaissons pas la haine, on respecte l’opinion de tout un chacun"

Abdelmalek Sellal, le représentant du candidat libre, Abdelaziz Bouteflika, a tenu un grand meeting à la salle de l’OPOW de Mascara où il a lancé aux présents que Bouteflika embrasse la wilaya de Mascara, d’où il détient le surnom de ‘’Abdeka’’ comme l’Emir Abdelkader. Ensuite, l’orateur est passé à la présentation du projet d’Abdelaziz Bouteflika qui contient du renouveau en politique et en finances et qui est soumis, selon lui, à la génération de l’Indépendance. Sellal dira, par ailleurs, ‘’vu  le nombre de citoyens qui est sont là, cela m’a donné confiance et je dois transmettre cette ambiance au candidat Abdelaziz Bouteflika’’. A signaler que les jeunes qui remplissaient cette salle ont scandé ‘’nous voulons Sellal au moment où le directeur de la campagne du candidat Abdelaziz Bouteflika à Mascara, annonçait l’arrivée du représentant du candidat Abdelaziz Bouteflika, sans tarder Sellal a répondu à l’appel de la jeunesse présente qui lui ont lancé « Mascara Beladi n’est pas Bejaia ». Sellal en homme sage semblait avoir oublié l’incident dont ont été victimes des journalistes à Bejaia.                      B.BOUFADEN

Benflis : ‘’Nous en sommes tous responsables’’

Le candidat libre à la prochaine élection présidentielle, Ali Benflis, a reconnu que les précédentes élections étaient fraudées, en soulignant que « le gagnant était la fraude, et le perdant était la démocratie", en admettant, nous avons «trahi la confiance et nous en sommes tous responsables ». Comme, il a également adressé des messages clairs à certaines parties, en disant: «Je ne vais pas m’arrêter et dressez ce que vous voulez dressez comme obstacles et montagnes en face de moi ». Donc, l'ancien Premier ministre, Ali Benflis a reconnu que les élections précédentes ont été entachées de fraudes, et que "le gagnant était la fraude »,  et «le perdant était la démocratie et la liberté». Ali Benflis a décrit la dernière élection présidentielle de « verrouillée » du fait qu’elle a été tenue immédiatement après la modification de la constitution de 2008, qu'il a décrit comme «une violation de la constitutionnelle». Les déclarations de l'ancien Premier ministre ont été comprises par les présents comme étant une reconnaissance et une componction de ce qui s'est passé dans le passé en matière de trucage des élections, sachant qu'il était responsable durant la période électorale des  législatives en 2002, et qui a été considérée de truquées par l'opposition à cette époque. Dans le même contexte, Ali Benflis a déclaré tout en reconnaissant, « Nous avons trahi la confiance des martyrs et nous sommes tous responsables», ce qui peut être considéré comme un éveil de la conscience du candidat pour les élections présidentielles. L’orateur a adressé plusieurs messages lors de son rassemblement populaire organisé avant-hier aux wilayas de Tiaret et Tissemsilt, au pouvoir en disant: « Honte à vous, vous avez détruit l’Algérie, qui était une rose mûre», a t-il souligné, aussi qu’il a peur seulement que le même scénario de fraudes, se répètera comme ce qui s'est passé dans le passé, avant de commenter en ajoutant : «Je ne vais pas m’arrêter et dressez ce que vous voulez dressez comme obstacles et montagnes en face de moi ».  Quant à son programme, Ali Benflis assure qu’il poursuivra la professionnalisation de l’Armée, au cas où le peuple lui accorde sa confiance comme Président. Dans ce contexte, Benflis rappelle que notre armée nationale populaire « est populaire au sens large du terme et constitue l’école de la citoyenneté par excellence. Elle a donné des leçons de sacrifice, de fidélité, d’abnégation au monde entier ». Quant au service national, Benflis assure qu’il va revoir sa durée et ses modalités.                             Touffik

Réflexion
Mercredi 9 Avril 2014 - 10:39
Lu 479 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+