REFLEXION

Présence du président en Suisse, parti de Saïd Bouteflika, amnistie générale et révision de la Constitution : les réponses de Belkhadem



Présence du président en Suisse, parti de Saïd Bouteflika, amnistie générale et révision de la Constitution : les réponses de Belkhadem
Le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem, n'a pas démenti samedi les informations selon lesquelles le président Bouteflika se trouverait en Suisse pour des soins. « Je ne suis pas médecin du président. Mais si nous admettons qu'il est parti, où est le problème ? », s'est demandé M. Belkhadem, en réponse à une question d'un journaliste, lors d'une conférence de presse animée au siège du parti au lendemain de la tenue d'une session ordinaire de l'instance exécutive du FLN. « Comme tout algérien, il peut partir et venir. Chacun de nous est exposé un jour à la maladie. La chose est ordinaire, pourquoi on en fait une chose politique », a-t-il souligné.

Abdelaziz Belkhadem, dont le parti prépare son prochain congrès prévu au premier trimestre 2010, a expliqué à propos de la prétendue volonté attribuée au frère du président de créer un parti politique qu'il ne détient pas d'informations sur le sujet. « Vous êtes mieux informés que moi. A ma connaissance, il n y a pas de parti politique qui aurait demandé l'agrément (...) le président avait besoin d'une assise politique, c'est fait. Il a besoin de ceux qui mettent en exécution son programme, c'est en voie d'être fait...», a-t-il dit avant d‘ajouter ironique : « ça rentre aussi en ligne de compte (complot contre le FLN, ndlr) ».

Mais M. Belkhadem a refusé de divulguer les noms de ceux qui seraient coupables, à ses yeux, de comploter contre le FLN. « Ceux qui suivent les événements savent que le FLN est visé. Je ne vais pas citer de noms. Mais rien ne se fera en dehors ou sans le consentement du FLN », a-t-il rappelé.

Plus nuancé qu'Ahmed Ouyahia, qui a exclu vendredi l'éventualité d'une amnistie générale, le secrétaire général du FLN a indiqué que son parti n'est pas contre des mesures supplémentaires qui pourraient conforter la paix. « S'il y a des mesures qui ne sont pas dans la charte et peuvent contribuer à la paix et qui demandent une consultation populaire, on n'est pas contre ».

Par Ailleurs, M. Belkhadem a rappelé que son parti est favorable à une nouvelle révision en profondeur de la Constitution. « La Constitution actuelle mérite un nouveau toilettage ».

Réflexion
Lundi 8 Juin 2009 - 05:41
Lu 760 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+