REFLEXION

Près de cent mille travailleurs étrangers en Algérie



Alors que le nombre d'étrangers ayant obtenu un permis de travail en Algérie est de 140 000 dont 31 000 travaillent avec contrat provisoire ,selon les déclarations du ministre du Travail, de l'emploi et de la sécurité sociale, Mohamed El Ghazi, en marge d'une rencontre avec les directeurs de wilayas de l'emploi, en juin 2014 , Un responsable au ministère de la formation professionnelle, a révélé que plus de 100000 travailleurs étrangers activent dans différents secteurs de développement en  Algérie. Dans les deux déclarations, le chiffre est important, ce qui a mis en alerte le département de la formation professionnelle a accéléré l’augmentation du  taux d’apprentissage de la main d’œuvre algérienne pour répondre au besoin du marché du travail. Les conférenciers, réunis, ce jeudi à Mostaganem en marge d’une journée sur la formation professionnelle, ciblent ce mode de formation apprentissage dans le but de répondre au marché du travail. L’augmentation du  taux d’apprentissage de 50 à 70% lequel est  prévu dans le plan quinquennal 2015-2019. Le directeur central chargé des finances auprès du ministère de la formation professionnelle et de l’apprentissage, Borsly Mohamed a révélé que le ministère a réservé un budget pour le financement du programme de formation et de  perfectionnement  des formateurs suivant les besoins du marché du travail. Il dira en ce sens préparer toutes les conditions pour qu’on forme une main d’œuvre qualifiée en quantité pour limiter la main d’œuvre étrangère laquelle est présente avec un nombre dépassant les 30000 travailleurs étrangers dans différents chantiers de développement notamment dans le bâtiment, la plomberie et l’électricité.  On atteindra à l’horizon 2019 une main d’œuvre locale qualifiée à 90% à travers tous les secteurs de développement a-t-il souligné. Les participants ont axé leurs interventions autour de l’apprentissage sur l’étude et les possibilités de développer ce secteur par la participation au tissu économique dans le respect  du cadre légal.  Dans ce contexte, Hafida Zeddour, directrice de wilaya de la DFP a souligné l’importance du mode de formation  que nous souhaitant réaliser pour que l’apprenti s’intègre dans le tissu économique pour acquérir des connaissances, de l’expérience et des compétences. Le mode de l’apprentissage est important que le mode résidentiel. Il est nécessaire et impératif la participation effective des opérateurs économiques pour réussir la formation par apprentissage laquelle a fait l’objet de propositions pour trouver une issue à la problématique de cette formation. 

 

BENS
Samedi 6 Juin 2015 - 18:33
Lu 294 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+