REFLEXION

Pourquoi la baisse du cours du pétrole?



Le cours du pétrole  le 12 novembre 2014 est de 81 dollars le Brent et 77 dollars le WIT américain. Le prix de cession du gaz est actuellement déconnecté de celui du pétrole et est également à un niveau bas alors que l’investissement est hautement capitalistique. Quel sont les raisons  et l’impact de cette chute  des cours si cette tendance se maintient  sur plusieurs années sur les équilibres économiques et  sociaux des pays mono-exportateurs de cette ressource éphémère ?

1.-Les raisons  de cette chute
Premièrement, la récession de l'économie mondiale, dont le ralentissement  des pays émergents, Brésil-Inde( entre ½%), surtout la Chine 7% de taux de croissance due essentiellement au relèvement des taux d’intérêt, le   BTPH  contribuant  à plus de 25% de son PIB et ce  afin d'éviter la bulle immobilière. A cela s’ajoute la surproduction par rapport à la demande où existe un écart de 2,5 millions de barils qui est presque  l’équivalent de la production des principaux producteurs de pétrole, comme le Mexique, le Koweït, l’Irak, le Venezuela et le Nigéria. L’OPEP lors de sa prochaine réunion prévue  au cours du mois de novembre 2014 maintiendra-t-elle  son quota de 30 millions de barils jour en précisant  que  l’OPEP représente environ 35-4O% de la part commercialisée mondiale et que la part   OPEP60/65% avec l’arrivée de nombreux producteurs sur le marché qui risquent de réduire sa part de marché ?
Deuxièmement , l'introduction du gaz/pétrole  de schiste américain qui bouleverse toute la carte énergique mondiale, étant passé de 5 millions de barils/jour de pétrole  à 8,5 actuellement étant prévu en 2015 9,5 millions de barils jour . Les Etats-Unis, toujours grand importateur actuellement, devraient devenir en 2015  le plus grand producteur de pétrole brut (tenant compte consommation intérieure)  devant l'Arabie Saoudite et la Russie, selon  Bloomberg, tout dépendant de la stratégie saoudienne où d’ailleurs les grandes compagnies américaines sont fortement implantées. Au cours du premier trimestre 2014, les USA  ont produit 11 millions de barils de pétrole brut/jour,  étant  également devenu le plus grand producteur mondial de gaz naturel depuis 2010.
Troisièmement, les rivalités au niveau de l’OPEP dont certains ne respectent pas les quotas,  de la rivalité Iran-Arabie Saoudite (plus de 35% de la production OPEP),  qui ne veut pas perdre ses parts  de marché. Cela rentre dans le cadre    géostratégique  avec l’Occident dont les USA pour affaiblir la Russie et l’Iran, qui peut avec les Emiraties le Qatar, Oman, le Koweït, se permettre un cours plancher de 75/80 dollars. L’Arabie Saoudite est le seul pays producteur au monde actuellement qui est en mesure de peser sur l'offre mondiale, et donc sur les prix. Cette baisse des prix sert les intérêts stratégiques des États-Unis et de l'Arabie saoudite", assure Thomas Friedman dans le New York Times L'éditorialiste subodore dans cette politique une "guerre par d'autres moyens" à l'encontre de Moscou et de Téhéran.  Le 25 avril 2014 , dans un discours prononcé à l’université de Harvard, le prince Turki al-Fayçal, ancien responsable de la principale agence de renseignement d’Arabie saoudite et actuel président du centre de recherches et d’études islamiques Roi Fayçal  a déclaré que le royaume entend accroître sa production et la faire passer de 12,5 millions de barils par jour à 15 millions de barils/jour en 2020, devant passer forcément par  une entente sur le prix plancher  entre l’Arabie Saoudite et les USA. En effet,  le cours plancher de certaines  grandes compagnies ne peut  être inférieur à 80 dollars, le cout du pétrole  de schiste US étant déterminant. Lié à cet aspect je précise qu’au-delà d’un cours de 120 dollars des énergies substituables  deviennent rentables financièrement comme les énergies renouvelables et le charbon avec le recyclage du CO2 dont les réserves mondiales  dépassent les 200 ans produits  en Europe, aux USA, en Chine et Afrique devenant rentable au-delà de 110 dollars le baril, idem pour les énergies renouvelables.
Quatrièmement,  la stratégie expansionniste  de Gazprom, notamment à travers les nouvelles canalisations, le North et le South Stream approvisionnant l’Europe (125 milliards de mètres cubes gazeux),  la Russie ayant besoin de financement, les tensions en Ukraine n’ayant en rien influé sur ses exportations en Europe où sa part de marché  a été de 30% en 2013 et investissant récemment   pour le marché asiatique à travers les canalisations.
Cinquièmement, du retour sur le marché de la Libye 800.000 barils/jour actuellement et pouvant aller vers 2 millions de barils/jour, de l'Irak avec  3,7 millions de barils jour (deuxième réservoir mondial à un coût de production inférieur  à 20% par rapport à ses concurrents)  pouvant aller vers plus de 8 millions et de l'Iran, 2,7 millions de barils jour pouvant aller vers plus de 5 millions. D’ailleurs avec les  nouvelles découvertes dans le monde notamment en offshore  notamment en Méditerranée orientale (20.000 milliards de mètres cubes gazeux expliquant en partie les tensions au niveau de cette région)  et en Afrique dont le  Mozambique qui pourrait être le troisième réservoir d’or noir en Afrique et les nouvelles technologies permettent l’exploitation  et la réduction des couts  des gisements marginaux. Selon l’AIE, les analyses du pic hydrocarbures (pétrole-gaz conventionnel et non conventionnel à l’horizon 2020) en vogue dans les années 2009/2010 ne sont plus d’actualité.
Sixièmement, l’efficacité énergétique dans la majorité des pays occidentaux  avec, une prévision de réduction de 30%. Les tendances  sont à une nouvelle division et spécialisation internationale avec la concentration de l’industrie manufacturière forte consommatrice d’énergie  en Asie  qui absorbera  65% de la consommation mondiale horizon 2030, notamment l’Inde et  la Chine (d’ailleurs parmi les deux premiers réservoirs mondiaux de gaz de schiste mais dont les importations ont dépassé celles des USA entre 2013/2014 ).  Les  relations clients –fournisseurs seront  à leurs avantages, pour avoir des avantages comparatifs  et pousseront à la baisse des prix.
Septièmement, l’occupation par les terroristes de champs pétroliers et gaziers les écoulements au  marché noir notamment en Irak pour un baril entre 40/50 dollars.
Huitièmement,  l’évolution des cotations du  dollar et l’euro, toute hausse du dollar, bien que n’existant pas de corrélation linéaire,  pouvant entraîner une baisse du prix du baril.

2.- Les conséquences
Si la majorité des tendances se confirment dans la durée,  je suis d'accord avec  le professeur  Antoine HALFF   responsable du suivi du marché pétrolier au sein de l'Agence internationale de l'énergie (AIE),  ancien économiste en chef au département américain de l’Energie, professeur économie de l’Energie  à Columbia University pour qui le cours devrait être en dessous  de 90 dollars pendant de longues années  et ce   lors d’un débat que j’ai eu avec lui à RFI –Paris France le 26 octobre 2014 (1). Mais il faut être prudent. A court terme, la cotation basse d’aujourd’hui permet de reconstituer les stocks durant les deux prochains mois. Comme conséquence  de ces nouvelles mutations énergétiques et de cette richesse artificielle que la majorité des pays rentiers n'arrivent pas à transformer  en richesse réelle, distribuent  et subventionnent  pour acheter la paix sociale, décourageant les producteurs locaux-  syndrome hollandais (subventions et transferts sociaux représentent en Algérie 60 milliards de dollars soit 27/28% du PIB). L’Algérie est   le pays  qui subventionne le plus au monde, en reconnaissant  une répartition plus juste que dans d’autres pays  de la rente, bien qu’existe une concentration au profit d’une minorité de rentiers-spéculateurs (dominance des emplois rentes, taux d’intérêts bonifiés, surcoûts dans les réalisations, celui qui doit travailler 8h et ne travaille que 4h  constituent des transferts de rente)  occasionnant un gaspillage. Or  toute Nation fiable ne distribue que ce qu’elle a préalablement produite. La consommation intérieure en gaz en Algérie   à ce rythme dépassera  les exportations actuelles horizon 2025/2030  qui peinent à arriver à 55 milliards de mètres cubes gazeux, puisque selon les propos du ministre algérien, elle doublera horizon 2030, pour quadrupler horizon 2040 devant, en urgence penser à un nouveau modèle de consommation reposant sur un MIX énergétique.  Bon nombre de pays africains)  dotés en hydrocarbures (l’Afrique représente 12% des exportations mondiales  en 2013) montent  clairement  que nous  avons  des Etats riches mais des populations de plus en plus pauvres  (concentration des revenus, fuite des capitaux, corruption),  faute d'une bonne gouvernance et d'une vision stratégique de développement dans le cadre des valeurs internationales. Cette baisse des cours   accroîtra  les tensions budgétaires de bon nombre de pays pétroliers et bien entendu l'Algérie qui risque d'éponger le fonds de régulation des recettes et une grande fraction des réserves de change horizon 2020. Aussi pour la majorité des pays mono exportateurs, qui ont une très faible  structure productive compétitive hors hydrocarbures  dans le cadre des avantages comparatifs mondiaux. Ces pays ne peuvent continuer à dépenser sans compter , à importer massivement  à subventionner à coup de milliards de dollars  permis sur la base d'un  cours de pétrole    de 110 dollars le baril  pour les uns et entre 115/125 dollars pour  d’autres,( la loi de finances 2015 pour l’Algérie étant de 125/130 dollars le baril). Ce d’autant plus que les  recettes de Sonatrach sont en nette baisse : 73 milliards de dollars entre 2010/2011, 63 milliards de dollars en 2013 et 60 milliards de dollars annoncées par le ministre de l’énergie en 2014. On peut découvrir des centaines de gisements mais  non rentables, les réserves étant  fonction du taux de récupération, du vecteur prix international des différentes sources d’énergie concurrentes et des couts. Selon les rapports internationaux, si  le cours    tourne   entre 80/85 dollars le baril des pays comme la Russie, et l’Algérie ont en fonction de leurs  réserves de change   un répit  de trois à quatre années. L’Iran risque de subir des turbulences  et le Venezuela   avec les pertes de marché au niveau de son espace naturel les USA, s’orientant actuellement vers la Chine, mais déjà en semi faillite (endettement élevé)   risque d’être hypothéqué. *Le cas serait encore plus dramatique en dessous de 80 dollars. La leçon à tirer pour les pays rentiers  est que le modèle populiste de ce pays a des limites. Le défi donc pour ces pays  afin de dépasser l'entropie actuelle est d'engager des réformes micro-économiques et institutionnelles indispensables devant s'adapter tant aux  nouvelles mutations mondiales  qu'aux mutations internes impliquant l'instauration de l'économie de marché concurrentielle à finalité sociale, qui est inséparable de l'Etat de droit, de la démocratie sociale et politique.  C’est la condition de la transition tant énergétique économique que politique solidaires(1). Le cadre macro-économique relativement stabilisé grâce à la rente des hydrocarbures que connaissent ces pays est éphémère, sans de profondes réformes structurelles nécessitant de profonds réaménagements dans les structures des pouvoirs. Le défi majeur, est donc de réfléchir aux voies et moyens nécessaires de  dynamiser le tissu productif, entreprises publiques et privées locales et internationales créatrices de valeur ajoutée interne ,  devant se fonder sur l’économie de la connaissance , des co-partenariats  avec des compagnies étrangères ( gagnant/gagnant) ou selon l'expression de mon ami Jean  Lois Guigou des co-localisations impliquant la création de fonds souverains, et une meilleure gouvernance  dans  le cadre des valeurs internationales,. Face à la chute des cours des hydrocarbures, une bénédiction si cette rente est  bien utilisée (cas de la Norvège)  mais une malédiction gaspillée, la  rationalisation des choix budgétaires devient une urgence de l’heure conciliant efficacité économique et  une très profonde justice sociale. Les ajustements économiques et sociaux à venir seront douloureux, nécessitant un langage de la vérité loin du populisme dévastateur et donc une grande moralité de ceux qui dirigent la Cité si l'on veut rétablir la confiance brisée entre l'Etat et les citoyens  et on revient à la bonne gouvernance.  
(1)  Débat à RFI  le 25 octobre 2015 entre  le professeur  Antoine HALFF   responsable du suivi du marché pétrolier au sein de l'Agence internationale de l'énergie (AIE),  ancien économiste en chef au département américain de l’Energie, professeur économie de l’Energie  à Columbia University pour qui la tendance baissière sera de longue durée  et le professeur  Abderrahmane MEBTOUL (Algérie) expert international directeur d’études Ministère Energie-Sonatrach (1974/1979-1990/1995-2000/2006).  Le débat a été  animé par  Jean-Pierre BORIS   Responsable Afrique à RFI

 

Dr Abderrahmane MEBTOUL
Vendredi 14 Novembre 2014 - 16:36
Lu 521 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+