REFLEXION

Pourquoi Bouteflika va gagner la présidentielle

LES PLUS GRANDS PARTIS ET LES ONG LE SOUTIENNENT ET LES BOYCOTTEURS LUI RENDENT SERVICE !

Alors que la campagne pour l'élection présidentielle bat son plein dans les différentes wilayas du pays, le candidat indépendant, Abdelaziz Bouteflika, qui se représente pour un quatrième mandat, ne semble pas s’inquiéter pour le résultat du scrutin, du moment que tous les acteurs politiques qui se déchainent sur l’esplanade politique travaillent en sa faveur. Il va «gagner", parce qu’en plus des partis et des ONG qui le soutiennent, il y a les autres partis boycotteurs qui servent Bouteflika sans se rendre compte, car le boycott réduit les chances des autres candidats et renforce les chances de Bouteflika, car 5 millions d'électeurs suffisent largement à Bouteflika pour gagner en cas de forte abstention selon les experts .. !



Les fractions politique algériennes ont annoncé leur choix en sa faveur, alors qu’avant  que ce dernier ne se manifeste pour se porter candidat à la présidentielle de 2014, Une dizaine d’organisations de masse et une trentaine de partis politiques ont déjà annoncé leurs soutiens à la candidature de Bouteflika. Dés l’annonce de son vœux de briguer un quatrième mandat  , quatre grands partis et  la majorité des organisations se sont inscrit dans le staff de la campagne électorale du Président sortant :  le parti au pouvoir le FLN, le RND, le MPA, le TAJ et les organisations phares telles que  l'UGTA, l’ONM, l’ONEM, l’ONEC, l’UNFA, le patronat , l’organisation des victimes du terrorisme , l’union des Fellahs algériens et la Zaouia El- Bouzidia se trouvent aujourd’hui du côté du candidat indépendant Bouteflika, c’est pourquoi  les autres candidats ont la  peur  au ventre. Il a déjà gagné parce que les principales personnalités politiques qui structurent le système politique algérien ont publiquement choisi Bouteflika. Pour ces derniers, Bouteflika est le seul et unique  président  garant  du maintien de l'équilibre  économique et la stabilité au pays. Les travailleurs qui représentent 4 à 5 millions d'électeurs actifs dont la majorité  se trouve sous la coupe de l’UGTA, l’organisation qui soutient Bouteflika pour un quatrième mandat; toute cette frange  syndicale partage l'idée que ce n'est pas le moment de penser à un changement  de force à l’image des pays atteints du virus du printemps arabe, comme la Tunisie ou l’Egypte où le changementest intervenu. Pour elle, le  pouvoir en place,  garantit la stabilité et la paix.C'est pourquoi, le discours de la campagne électorale verse  dans le sens du pacte électoral que propose Bouteflika « offrir  la garantie que le pays ne sera ni la Syrie ni la Libye ni l'Egypte ». Le  programme du président se résume à cet important et unique message : l'Algérie ne veut pas devenir la Tunisie ou la Libye parce qu'elle a sa propre histoire, car  il en a déjà fait l'expérience durant les années 90, donc il  propose la stabilité.  Avec la paix viendra l’économie, car l'Algérie dispose des revenus pétroliers et gaziers importants : ses exportations rapportent 50 milliards de dollars par an. Par ailleurs, le pays possède 200 milliards de dollars en réserve. Même en cas de chute  des cours du pétrole, Alger pourrait maintenir le niveau actuel des importations et les charges de l'Etat pendant au moins cinq ans.

5 millions de partisans suffisent  largement à Bouteflika pour remporter la présidentielle
Dans l’autre rive,  le principal opposant du Président sortant, l’ex-chef du gouvernement Ali Benflis, propose quant à lui  un programme libéral, en espérant développer des secteurs économiques alternatifs. Mais plusieurs fractions politiques  ne le soutiennent pas.  Tout changement  doit se faire à travers les urnes, c’est  donc impossible  devant l’armada  des partis politiques et organisations qui plébiscitent Bouteflika ? Même si les partis politiques à leur tête les islamistes qui appellent au boycott, parient   pour une forte abstention à la présidentielle d’avril 2014, le candidat Bouteflika ne semble pas inquiet du résultat  du scrutin. Si l'on se base sur un taux de participation de 40 à 50% (il était de 35% durant les dernières législatives), la mobilisation de 4 à 5 millions de partisans suffit largement à Bouteflika pour l'emporter haut la main. La preuve,  les partis politiques et les organisations qui soutiennent Bouteflika ont collecté plus de 4 millions de signatures en moins d’une semaine.

Riad
Dimanche 30 Mars 2014 - 21:08
Lu 32858 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+