REFLEXION

Pour quelques dinars de plus ?



Pour quelques dinars de plus ?
Les marchands ambulants de la route, un phénomène en constante recrudescence, qui a été banalisé par la fréquentation régulière et quotidienne de ces derniers au niveau de nos routes et de nos autoroutes, et les seules victimes dans ce commerce peu lucratif ce sont des petits enfants  à la fleur de l’âge, qui au lieu de se retrouver dans des écoles ou des institutions éducatives pour apprendre comme leurs congénères,  se battent dans la misère chaque jour pour survivre sous  un soleil de plomb pour quelques dinars de plus. La plupart de ces marchands ambulants se déplacent plusieurs fois dans la journée d’une rive à l’autre dans des routes reconnues  pour leur dangerosité, vendant du pain traditionnel pour 15 ou 20 dinars la pièce, et ce phénomène ne se limite pas dans ces zones là, il a même infecté les villes où on peut constater aujourd’hui dans nos marchés des petits enfants à longueur de  journée assis près de leur marchandise dans l’attente d’un client. A noter que la majorité de ces marchands sont des enfants en âge d’être scolarisés alors  que  notre réglementation interdit le travail de ces derniers en tant que mineurs et les obligeant à terminer l’école jusqu’à l’âge de 14ans, Une situation qui a de grandes répercussions sur l’équilibre social de notre société où les autorités compétentes doivent faire le nécessaire pour respecter cette réglementation pour préserver les droits de ces enfants.     

B.Kamel
Lundi 28 Mai 2012 - 10:19
Lu 357 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+