REFLEXION

Pour quand l’application de la loi contre l’exploitation des enfants

Le projet propose la prise de sanctions contre les parents, qui utilisent leurs enfants dans la mendicité dont des peines d’emprisonnement ainsi que le retrait des enfants aux parents qui les exploitent.



Pour quand l’application de la loi contre l’exploitation des enfants
Le ministre de la solidarité nationale et de la famille BERKAT-SAID en a fait l’annonce et le projet de loi prévoit des dispositions dissuasives contre la mendicité. En effet et ce dans le même contexte, une cellule composée de représentants de plusieurs secteurs a été déjà installée à travers tout le territoire national. Ce texte de loi, vise à lutter contre les réseaux de mendicité notamment ceux recourant à des enfants, des bébés ou des personnes handicapées du fait que la mendicité gagne du terrain et touche des pans entiers de la société, à telle enseigne qu’il est impossible, aujourd’hui de donner un chiffre à même de cerner la population touchée par ce mal récurent. Il y aurait bel et bien un réseau derrière l’emploi et la location des bébés et enfants pour les utiliser dans la collecte de l’argent en mendiant d’autant plus que pas moins de 3000 enfants sont abandonnés chaque  année. Outre l’emprisonnement, et le retrait des enfants, un  autre texte prévoit de placer ces enfants dans des centres spécialisés afin de les protéger et garantir leur sécurité.  Le projet de loi constitue incontestablement un nouveau jalon qui viendra consolider les textes en vigueur pour l’éradication et la lutte contre le phénomène de la mendicité. Par ailleurs, il existe deux sortes de mendicité il y a l’aumône, que l’on donne aux nécessiteux qui ont réellement besoin d’aide  et celui de la mendicité organisée. Il va de soi que l’Etat va continuer à aider les catégories vulnérables, à les prendre en charge et à assurer leur insertion socioprofessionnelle notamment dans le cadre de l’action sociale, et ce, à travers des mesures et des programmes. En somme aujourd’hui, la mendicité est bien partie pour se constituer en véritable profession libérale. Celle-ci fait  actuellement   partie du décor de nos villes et aucun coin ni recoin n’y échappe. Pour l’instant, les pouvoirs publics se contentent de simples textes juridiques sans pour autant être capables d’éradiquer définitivement ce fléau qui semble avoir encore de beaux jours devant lui. Une enveloppe conséquente  avoisinant les 20millions de dinars a été dégagée par l’ex ministre de la solidarité nationale afin de mener à bon port cette initiative. Mais voila qu’aujourd’hui, rien n’a filtré chez nous à Mostaganem et les résultats ne sont toujours pas connus ou peut être  que Mostaganem  ne figure pas sur la carte géographique.

Tayeb Bey Aek
Jeudi 12 Avril 2012 - 13:25
Lu 374 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager


1.Posté par Ghodbane le 12/04/2012 15:14
Une loi ne changerait pas grand'chose. Combien de lois ne sont pas appliquées parce que les conditions ne le permettent pas ! Il faudrait que le niveau de vie s' améliore considérablement et... que la croissance démographique soit maîtrisée. Combien cela prendra-t-il de temps ? Un siècle, deux ?

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+