REFLEXION

Pour menace avec une arme à feu envers un citoyen, le maire de la commune de Dahra-Chlef devant le juge.



Pour menace avec une arme à feu envers un citoyen, le maire de la commune de Dahra-Chlef devant le juge.
Le tribunal correctionnel de Chlef a, dans l’une de ses audiences, traité une affaire pour le chef d’inculpation de coups et blessures volontaires, injures et menace avec arme à feu, dont l’accusé n’est autre que le maire de la commune de Dahra.
L’affaire a eu pour théâtre la commune de Dahra dans la wilaya de Chleff, où un employé vacataire de la commune avait déposé plainte contre le premier magistrat de la commune pour menace avec arme à feu, injures et insultes envers sa personne. Selon l’arrêt de renvoi, le nommé Zounoud Rachid, âgé de 28 ans, résident à Bocaâ Sidi-Moussa dans la commune de Dahra, dont le nommé K.Abdelbaki, d’obédience politique FLN, en est maire, avec deux mandats successifs à son actif, a été menacé dans la nuit du 22 juillet 2007, par ce responsable par une arme à feu, en violant son domicile situé dans la localité de Sid-Moussa, au moment où la victime était invitée à un mariage, donc absente cette nuit là. Le maire incriminé aurait rejeté en bloc ses accusations et faisait avancer la thèse, que ces accusations n’étaient que la conséquence des réprimandes qui ont été faites à la victime sur certaines affiches écrites placardées sur l’un des murs de la commune. Le maire de la commune aurait soupçonné la victime d’être derrière la placardage des affiches en question, lesquelles ont provoqué la fitna au sein de la population de la paisible localité de Sidi-Moussa. Par ailleurs, le même responsable, aurait indiqué avoir interpellé la victime et l’avoir averti sur ces agissements irresponsables aux conséquences incommensurables, mais selon lui, M. Zounoud Rachid, aurait mal pris cet avertissement et aurait même tenté de l’agresser, et ce n’est qu’à ce moment là, que le maire aurait exhibé son arme à feu en menaçant la victime de liquidation, si celle-ci ne revenait pas à de meilleurs sentiments. Sur ce, l’employé communal, avait déposé plainte auprès de la brigade de la gendarmerie nationale territorialement compétente. Ayant ouvert une enquête, les gendarmes, après avoir entendu la victime, ils ont auditionné le maire à son tour et transmis le dossier au procureur général près la cour de Chleff. Vu la gravité des faits le parquet général, avait mis le dossier à la disposition du juge d’instruction de la chambre 1, auprès du tribunal de Chleff à l’effet d’instruire le dossier notamment en ce qui concerne le chef d’inculpation relatif à la menace avec arme à feu envers un citoyen.

. .
Lundi 29 Juin 2009 - 08:00
Lu 1397 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+