REFLEXION

Plusieurs manifestations à travers le pays : La rue, seul moyen pour se faire entendre.



Plusieurs  manifestations à travers le pays :  La  rue, seul moyen pour se faire entendre.
Plusieurs manifestations ont été signalées ces derniers temps à travers le territoire national, à l’exemple de Mostaganem, Sétif, et autres wilayas. Le chômage, le logement, les obstacles administratifs et l’absence de prise en charge sérieuse des doléances des citoyens par les élus locaux, sont les principales causes qui poussent à ces manifestations.

Cette situation de mécontentement gagne du terrain et se propage à travers les wilayas du pays.
La rue est, désormais, le seul moyen expressif qui ouvre la voix aux Algériens de s’exprimer et de faire entendre leur voix. Les mécontentements ont commencé dans les régions de l’est du pays pour se propager jusqu’à l’Ouest. Annaba était la ville qui a donné le coup de starter. Les jeunes sont les premiers à être touché par le fléau du chômage, et sont autrement dit, les premiers qui à chaque fois font entendre leur causes par la rue.

Des contestations ont touché toute l’étendue de cette wilaya. La dernière fois, quelques jeunes avaient menacé de se balancer de la terrasse de la mairie de Sidi Amar. Cette opération suicidaire a été évitée de justesse si ce n’est l’intervention sage qui fut été la primauté.

Les contestataires exigeaient des responsables locaux des postes d’emploi et des logements. A quelques encablures de cette bourgade, une autre dizaine de jeunes se sont amassés devant le complexe sidérurgique d’El Hadjar. Ils souffrent du même problème et exposent les mêmes doléances: ils demandaient à être recrutés au sein de ce complexe géré par les Indiens.

El Tarf, une autre wilaya limitrophe de Annaba, les chômeurs ont manifesté leur râle bol et sont monté au créneau. Après avoir manifesté quelques actes de saccages d’édifices publics, les émeutiers en chômage ont dressé des barrages avec des pneus brûlés et des troncs d’arbres.

Une trentaine de blessés ont été déplorés suite à des échauffourées entre les services de l’ordre et les émeutiers. Des faits similaires ont été signalés au début de ce mois dans la wilaya de Sétif, ou plusieurs de ses communes ont connu des scènes de violence similaires.

Les émeutiers exigeaient du gouvernement d’intervenir pour améliorer leurs conditions de vie, en améliorant les réseaux routiers et en les approvisionnant en eau potable.

Le suicide est devenu le nouveau mode de revendication. Il y a cinq jours, la ville de Tizi Ouzou a été le théâtre d’une tentative de suicide collectif d’une vingtaine d’agents de sécurité. Ils menaçaient de passer à l’acte s’ils n’obtenaient pas le droit d’être réintégrés dans leurs postes de travail. Après l’Est et le Centre, c’était le tour de l’ouest du pays qui a connu des scènes de violence cette semaine.
Des centaines de citoyens ont pris d’assaut hier le siège de la commune d’El Fahoul dans la wilaya de Tlemcen. Les contestataires, qui avaient empêché l’ouverture des différents services de l’APC, avaient rejeté la liste des bénéficiaires du logement rural arrêtée par l’APC.

Dans la wilaya de Sidi Bel Abbès, des jeunes ont organisé avant-hier des manifestations devant le siège de la wilaya. Ces derniers, qui ont travaillé dans le cadre de l’emploi de jeunes, étaient surpris de constater des retraits sur leurs revenus.

Ces divers exemples de contestation à travers le pays témoignent de l’existence d’un malaise social qui s’exprime par des scènes de violence. L’Algérie a connu de mauvaises surprises les années précédentes. Il suffit juste de se rappeler les tragiques événements de Kabylie en 2001 ainsi que les émeutes de Berriane pour se rendre compte de la gravité de la situation.

Les scènes de violence sont répétitives et semblables. Cela est dû à l’absence d’une écoute attentive des problèmes des citoyens. Il y a un grand déficit en matière de prise en charge sérieuse des problèmes des citoyens.

Autrement dit, très rares sont les fois où les autorités locales tiennent leurs promesses.
A cela s’ajoute le manque flagrant des moyens de recours. Les citoyens ne trouvent, presque, plus à qui s’adresser.

Les portes des bureaux des maires et des chefs de daïra demeurent fermées devant les citoyens. La rue constitue ainsi le seul moyen pour se faire entendre.


Réflexion
Mardi 19 Mai 2009 - 10:26
Lu 448 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+