REFLEXION

Plus de 68000 m3 d'eaux industrielles déversés quotidiennement en mer à Oran

Afin de s’assurer de la qualité microbiologique de l’eau de mer, des prélèvements ont été effectués dans les 33 plages autorisées à la baignade afin de s’assurer que les eaux de baignade ne sont pas polluées.



Plus de 68000 m3 d'eaux industrielles déversés quotidiennement en mer à Oran
Ainsi, plus de 200 prélèvements des eaux de baignade ont été effectués à ce jour dans les 33 plages autorisées à la baignade du littoral oranais.  Ces prélèvements  à l’aveuglette des eaux de baignade seront menés jusqu’à la fin de la saison estivale pour surveiller la concentration des coliformes, la qualité physico-chimique et bactériologique de l’eau, la présence de détergents et la transparence de l’eau.  Une forte pollution bactériologique constatée entraînerait sur le champ la fermeture de la plage. Le cas échéant, un second contrôle est demandé trois jours plus tard pour confirmer ou infirmer les résultats. Les autorités sanitaires ont aussi programmé des contrôles réguliers et intensifs en amont et en aval de la qualité de l’eau du robinet.  Des équipes des services de prévention des établissements sanitaires ainsi que des biologistes des bureaux d’hygiène communale devront effectuer des centaines de chlorométries (analyse pour déterminer la quantité de chlore dans l’eau) et de colimétries (technique pour déceler une contamination des eaux usées par des bactéries coliformes) pour garantir une eau saine aux citoyens. Les autorités locales estiment que la plupart des plages de la wilaya sont propres après l’éradication de la quasi-totalité des rejets des eaux usées en mer. Une bonne partie des eaux usées de la ville, qui se déversaient dans la mer, est réorientée vers la STEP d’El Kerma, alors que les rejets des communes de la Corniche sont désormais pris en charge par la nouvelle STEP de Cap Falcon mise en service récemment. Cette STEP peut traiter en moyenne 30.000 m3/jour d’eau usée des communes de la Corniche et notamment d’Aïn El Türck.  Les eaux traitées sont utilisées dans l’irrigation agricole de 400 hectares. A rappeler que les services de la wilaya viennent de consacrer une enveloppe budgétaire de 350 milliards de cts pour en finir avec les rejets des eaux usées dans la mer et en particulier celui du collecteur de «Fort Lamoune» qui déverse quotidiennement 50.000 m3 des eaux usées du centre-ville. Cet argent sera destiné à la réalisation de 6 kilomètres de canalisation pour acheminer les eaux usées du centre-ville et du port d’Oran vers les stations d’épuration. Il est également prévu la réalisation de 33 kilomètres de canalisation dans la daïra d’Aïn El Türck pour régler le problème des rejets des eaux usées et en particulier à la plage des Andalouses.  Plus de 90 millions de mètres cubes d’eaux usées se déversent annuellement sur les côtes du littoral oranais avec des conséquences graves et irréversibles sur l’écosystème marin et les réserves halieutiques. La réalisation de la STEP d’El Kerma est certes bénéfique pour le traitement des eaux usées du groupement d’Oran, mais le déversement des eaux usées et domestiques se poursuit encore sur le littoral oranais en dépit des promesses des services concernés.  Ainsi, 70.000 mètres cubes d’eaux usées domestiques et 68.000 m3 d’eaux industrielles sont déversés quotidiennement dans la mer.

Medjadji H
Lundi 18 Juin 2012 - 11:42
Lu 351 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+