REFLEXION

Plus de 60 familles occupent toujours des caves! à Arzew

LES HABITANTS DE LA CITE EMIR ABDELKADER EN COLERE

Les habitants de la grande cité des plateaux, dans la commune d’Arzew, à l’Est d’Oran, sont en colère et grincent des dents. Devant tous les manques qui rendent leur quotidien difficile, le manque d'éclairage des blocs et la réfection du réseau d'alimentation en énergie électrique qui restent parmi les premières préoccupations de ces derniers qui se sont plaints au wali d’Oran lors de sa récente visite dans la daira d’Arzew.



Pour ces  habitants et ceux de toute cette région, l'éclairage public est  plus que nécessaire quand on sait qu'il y règne un certain climat d'insécurité et que le risque augmente en conséquence dès la tombée de la nuit. Les habitants de ce quartier, comme d'autres d'ailleurs,  rouspètent aussi à cause des chutes de tension récurrentes qui ont marqué l'été et nourrissent les plus grandes appréhensions à ce sujet pour l'hiver. A Arzew les manques sont légion. Les habitants ont, pour rappel, observé au mois de mars dernier un sit- in devant  le siège de l'APC pendant deux jours pour réclamer leur part de développement et dénoncer les dures  conditions de vie dans lesquelles ils se débattent,  du fait que plus de soixante occupent des caves insalubres depuis plus de 20 ans. Les résidents ont mis en avant plusieurs points qui attendent toujours leur satisfaction dont  la réhabilitation des conduites d'alimentation en eau potable et le raccordement de tous les foyers au réseau. D'ailleurs il subsiste encore de nombreuses poches de pauvreté, d’ailleurs les jeunes de cette cité n’ont pas manqué de déclarer au wali qu’ils sont en chômage et que les entreprises implantées au niveau de la zone industrielle d’Arzew ne veulent pas les embaucher à cause du casier judiciaire, sachant que la plupart de ces jeunes chômeurs ont eu des affaires et litiges avec la justice donc le casier judiciaire n’est pas vierge pour pouvoir solliciter un poste de travail. A ce sujet le wali d’Oran qui était à leur écoute a instruit le maire d’Arzew pour les prendre en charge, reste à savoir si ce dernier ne les remballe pas comme les autres centaines de jeunes qui sont toujours à la recherche d’un poste de travail pour subvenir à leurs besoins.
Il faut aussi signaler que dans cette grande cité des 3000 logements, l’insécurité règne puisqu’il y a deux semaines environs deux bandes  rivales ont semé la terreur dans le quartier une grande guerre s’est déclenchée entre eux durant un weekend noir et personne n’ a osé les empêcher durant toute la nuit et il a fallu que les services de sécurité arrivent  jusqu’au lendemain pour apaiser la tension des riverains qui ne savaient à quel saint se vouer par  peur  pour leurs enfants qui sont en danger permanent dans cette importante cité où  la nécessité  d’une sûreté urbaine est plus que nécessaire et indispensable même ,pour assurer la sécurité à ces milliers de résidents et de jeunes étudiantes et lycéennes qui de peur ne sortent jamais la nuit ni au moment des heures tardives car les agressions et vols sont monnaie courante dans cette citée des plateaux connue par les services de police.

Medjadji H
Jeudi 24 Novembre 2011 - 15:15
Lu 317 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+