REFLEXION

Plus de 20 maires poursuivis pour mauvaise gestion à Alger

UN PIED AU TRIBUNAL, L’AUTRE EN PRISON

Le précédent mandat pour 5 ans des maires et élus locaux tire à sa fin, laissant derrière lui tant d’interrogations sur les différents scandales de mauvaise gestion et de corruption qui ont secoué tant de maires et d’élus locaux à travers les communes de la wilaya d’Alger.



Plus de 20 maires poursuivis pour mauvaise gestion à Alger
Les discussions entamées ces jours –ci dans les cafés et lieux publiques par les citoyens convergent  que sur sort  réservé à de nombreux procès et poursuites judiciaires à l’encontre de nombreux maires et autres responsables locaux dans plusieurs communes municipalités, et ce, seulement à quelques semaines avant la date des prochaines élections locales prévues pour le 29 Novembre. Les différentes charges retenues contres ces élus varient entre le faux et usage de faux, passation de contrats non conforme à la législation en vigueur, dilapidation du foncier et corruption. Selon de sources concordantes rapportées par le journal arabophone « el Bilad » plus de 20 maires et élus locaux à travers les 54 communes que compte la capitale ont été poursuivis par la justice, où d’innombrables affaires liées aux délits énumérés ci-dessus ont été traitées par les différents tribunaux d’Alger durant la période de leur précédent mandat pour une durée de 5 ans.  En outre, les communes les plus scandalisées qui ont fait la une des journaux sont, Bouzariah, Reghaia, Rouiba, Bab El Oued, Sidi M'hamed, Bordj el Kiffan, Bordj el bahri, Zeralda, Beraki, El Harrach, pont de Constantine. Ceci est intervenu en raison des nombreuses plaintes déposées contre ces maires et ses élus du peuple, que ce soit par de simples citoyens, entrepreneurs ou même d'anciens responsables locaux et qui ont mis à genoux ces derniers à l’exemple du maire de la commune de bordj el  Kiffan qui a été condamné à 5 ans de prison ferme après avoir été reconnu coupable par la justice d’avoir pillé des propriétés foncières et leurs ventes illégalement, ce dernier purge actuellement sa peine en prison, ainsi que le maire de  Zeralda qui a été quant à lui reconnu coupable et condamné  par la justice pour deux ans ferme pour le délit d’escroquerie, et abus de pouvoir, dont il a purgé une année avant  d'être libéré. L'obsession d’être jeté en prison demeure une menace permanente pour de nombreux maires et responsables locaux à  travers les différentes communes de la capitale en raison des nombreuses plaintes qui les  attendent, où des verdicts reportés qui n’ont pas été encore rendus. 

Touffik
Dimanche 2 Septembre 2012 - 22:33
Lu 601 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager


1.Posté par Norhan27 le 03/09/2012 13:22
El-hadoulah, enfin un semblant de justice pointe à l'horizon wa inchallah les autres wilaya suivrant l'exemple et surtout la waliya de Mostaganem et pas seulement pour les APC pour d'autres administration tel que (agence foncière) .....

2.Posté par abdelkaderderamchi le 03/09/2012 22:46
j'espere que la justice prend en charge le dossier de l'a.p.c de bir mourad rais ladite apc a été a plusieurs reprise pointée du doigt par de nombreux journaux qui avaient denoncer la gestion des elus et la maniere de s'etre servit des biens et du patrimoine immobilier au niveau de l'a.p.c.d'abord personnellement je suis victime moi et ma famille de cette a.p.c qui m'a abrité dans une ecole primaire durant 11 années de 1991 a 2002 de maniere provisoire afin de me faire beneficié d'un logement social alors que ma femme detendait bel et bien une decision dans ce sens dans un projet inscrit a tixeraine et encore que de promesses jamais tenues mais en parrallele les promesses qui nous étés faites ont toutes changés de personne de leur cercle (imame de la mosqué avec cheikh sahnoun a beneficié a ma place alors qu'il se trouve en arabie saoudite et sa maison fermée ou celle remise a un ancien secretere general en retraite de ladite apc qui ne manque pas de loyer et j'en passe non content de me faire prisonnier dans cette ecole et dans un endroit pas du tout fait pour m'abriter moi et ma famille tous en age d'allaitement et ne depassant pas l'age des 10 ans et encore que ma femme etait enseignante titulaire parmi les meilleurs de la wilaya d'alger enfin j'etais en danger permanent dans cet abrit et l'a.p.c etait parfaitement au courant de notre situation a cause des ecris et des scandales qui ont suivis mon installation forcé dans cette ecole car j'etais un sans domicile fixe au sus et au vu de la société algerienne et ses representants d'hier et d'aujourd'hui le culot du maire d'obedience du r.n.d en poste dans les années (1995/a2000) nous a meme demandé de versé une avance de 210.000.00 dinars pour pouvoir beneficier d'un logement l.s.p car celui destiné au social a été converti en l.s.p a tixeraine meme. ce projet contient un nombre de 148 logements dont 45 ont été batis et occupé par des indus occupants avec l'aide de l'.a.p.c qui nous a reniée jusqu'a porté notre affaire en justice ou je continu a payé les frais sans pour cela prendre mes droits les plus elementaires. que faut'il faire j'ai saisi tout les responsables du premier magistrat du payx au dernier responsable qu'il soit je ne suis pas un milliardaire ni millionnaire et je me sens escroqué par l'administration et ses fondés et assoiffés de pouvoir.mais comme la justice est debout elle vaincra tous ces abus de pouvoir avec l'aide d'allah et des fonctionnaires honnetes et competents incha allah.

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+