REFLEXION

Plus d’amalgame !



Plus d’amalgame !
Enfin, il était vraiment temps pour le premier ministre de passer à l’action et remettre les pendules à l’heure. La communication reste de nos jours, un mode de bonne gouvernance et de bonne gestion. En effet, plusieurs dossiers sensibles, notamment les relations avec la France, la situation au Sahel et les rapports avec le Mali, ont été évoqués par le premier ministre. Ainsi, à défaut d’un discours du Président de la République adressé à la nation, la sortie d’Ahmed Ouyahia, n’est pas des moindres, puisque, le premier ministre a brossé un tableau plus ou moins détaillé sur la situation qui y règne et sur les spéculations de certains cercles tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, voulant semer le doute et créer la zizanie au sein du peuple Algérien. Le secrétaire général du RND, n’est pas parti par quatre chemins pour dire que « l’approfondissement de la relation franco-algérienne est conditionnée par la reconnaissance par la France de ses crimes de guerre commis durant la période coloniale en Algérie » et d’ajouter « nos relations existent depuis le 5 juillet 1962 et leur passage à l’exception, comme cela a été demandé par la France, a un prix, et il est connu ». La messe est dite, tout est parfaitement clair. Ce sont des déclarations nettes, claires et précises, elles ne souffrent d’aucune ambigüité. S’agissant du FN, parti de l’extrême droite française, le patron du RND ironise : Ce parti était derrière l’attentat à l’explosif perpétré en 1973 contre le consulat algérien à Marseille, ainsi que l’attentat meurtrier contre des émigrés algériens dans cette ville à la même période ». « Est-ce qu’on s’attend à mieux d’un criminel ? » Effectivement, un criminel reste un criminel, quelque soit sa nature et son origine et Le Pen est la pire espèce qui puisse exister sur terre. Concernant les relations avec le Mali, il n’y a peu feu, mais le respect des engagements pris entre deux pays doit être de rigueur, semble vouloir dire M. Ouyahia, une mise en garde à peine voilée à l’adresse des Maliens. Ce genre de marchandage avec une puissance étrangère au détriment des autres, ne doit plus se reproduire. Le message est clair. Au plan national, le premier ministre vient de mettre un terme à toutes les rumeurs et supputations la lutte contre la& corruption en affirmant que l’opération est menée collectivement par la République sous la direction du chef de l’Etat. Aussi, 48 heures après cette sortie médiatique, le gouvernement algérien vient de décider d’appliquer une mesure de réciprocité totale à partir du 1er avril prochain en matière de délivrance de visa pour les français désireux se rendre en Algérie. Toutes les représentations diplomatiques et consulaires algériennes en France ont été instruites d’appliquer les nouvelles dispositions concernant la délivrance de visas aux Français. Les autorités algériennes passent ainsi à la vitesse supérieure, en mettant à exécution toutes les déclarations survenues au lendemain de la publication par Paris de la fameuse liste noire, en y inscrivant l’Algérie comme pays à risque. Le feuilleton ne fait que commencer.

Amara Mohamed
Dimanche 14 Mars 2010 - 10:03
Lu 466 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+