REFLEXION

Pluie anti corruption !

Chez les corrompus et les corrupteurs, les signes extérieurs de la corruption sont plus qu’outrageants, ils portent des gants de velours et tirent à longueur de journée sur les havanos mille fois roulés sur les cuisses de grosses cubaines.



Pluie anti corruption !
La corruption a piégé la société et pourri jusqu'à la moelle, un grand nombre de « Zbentout » qui la cultive avec dévotion et affection, une drogue, un vice et une pratique qui habitent l’âme et le bien des gens qui s’investissent à la cultiver avec art et précision. Les oreilles de la rue captent ces derniers jours l’écho d’un bruit qui se prépare. En haut le Makhezen, prépare bien des surpris aux adeptes de la secte de la Rachoua. Des Rachis et Mourtachis, une vaste campagne de moralisation verra bientôt le jour pour changer le courant des choses pire que la Rachoua et ses sœurs jumelles, ratissent large, là où l’on brasse des richesse et des ressources de la Daoula et du coup on a peur pour le budget de l’état. La corruption, tel un mille- pattes fertile et fécond prolifère à sa convenance là où abonde la douceur du miel d’abeille. Trop longtemps érigés en secte d’intouchables, les corrupteurs et les corrompus qui se gavent en silence à l’ombre des puissants, parapluies quatre saisons sont soudainement pris de panique à l’annonce de cet étrange bruit qui n’est autre que le tambour de la guerre à la corruption. A tous ces niveaux, la tchipa fait des hommes des sangsues monnaie courante. Les Rachis et Mortachis affichent publiquement les signes ostentatoires d’une richesse mal acquise. Les arrivistes sont encore là fuyant le fisc et les règles de la formation publique. Costumes et chankleta aux pieds, chemise papillon et chemma au nez, Mbelga et pieds nus et tant d’autres films à voir. La corruption contagion à fait des ravages indescriptibles et incalculables même si les preuves sont difficiles. Une terrible guerre sera bientôt lancée pour éradiquer ce fléau et sa gangrène. El Khaznabar récupèrera une infinité de milliards qui trainent aux quatre coins du territoire et autant enfouis sous la terre et de l’autre côté de la mer.

N. Bentifour
Lundi 30 Novembre 2009 - 23:01
Lu 427 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+