REFLEXION

Pauvres marocains !!!



Le règne du roi du Maroc se caractérise par une extrême concentration du pouvoir et un mépris flagrant pour les garanties fondamentales en matière de droits humains, notamment au Sahara Occidental. Aujourd'hui, après 15 ans de règne sans partage, la concentration des pouvoirs et l'érosion des garanties des droits humains donnaient au gouvernement toute latitude pour intimider, censurer et poursuivre en justice les marocains qui critiquaient le roi ou s'opposaient à sa politique. Au cours de ces dernières années, le roi et ses partisans se sont servis de ces pouvoirs dans toute une série d’affaires marquantes, dont l'impact négatif a été ressenti par des secteurs entiers de la société marocaine. De nombreux marocains ont continué de critiquer le gouvernement. Mais la perspective de représailles - sous la forme d’une action arbitraire ou abusive de l’État - a forcé les journalistes et les défenseurs des droits humains à mesurer l’impact de la divulgation d’informations ou d’opinions critiques à l’égard du gouvernement, tout en réduisant la capacité des juges à statuer sur les affaires sensibles sur le plan politique. Sous le règne de M6, le gouvernement marocain a étendu de manière spectaculaire ses moyens de contrôle des informations diffusées par les médias audiovisuels et la presse écrite du pays. Il a adopté des lois élargissant et durcissant les sanctions pour la diffusion de propos « offensants » à l'égard des responsables du gouvernement, interdisant de diffuser des messages susceptibles de «susciter l’anxiété au sein de la population» et permettant la suspension arbitraire de chaînes de télévision, de stations de radio et de sites internet.

Riad
Samedi 9 Novembre 2013 - 16:30
Lu 151 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+