REFLEXION

Pauvre Sonelgaz



En été, -avec l’habituelle arrivée des émigrés, la chaleur suffocante et le rouleau compresseur des climatiseurs-, on s’accommodait avec les coupures d’électricité et on suppliait notre sainte mère la Sonelgaz  de nous privilégier de ses coupures  juste  le temps de regarder le match de foot. Mais, hier, avec la vitesse du vent qui soufflait sur Mostaganem, ce n’était pas étonnant pour les clients de la société d’électricité de Mostaganem, de se  voir coupés du monde, privés de la télévision, de l’eau chaude et de leur beau feuilleton turc « les larmes des Bougies ». Evidemment, la faute incombe en premier lieu, aux terroristes d’In Aménas qui se sont attaqués au site gazier sans avertir la Sonelgaz  et en second lieu, aux  Mostaganémois qui  malgré, qu’ils ont été avertis par la météo, ils n’ont pas surveillés les câbles électriques de l’éboulement, car il fallait bien les serrer sur les balcons de leurs immeubles, comme acte de solidarité avec sa majesté Sonelgaz. Pourquoi l’accusé particulièrement par la médiocrité de la qualité de son service tout en augmentant ses tarifs, alors que c’est la faute aux clients qui ne savent pas se servir adroitement de la charité de cette bonne mère. C’est bien évident qu’en hiver la Sonelgaz accuse le vent .Bien sûr, si les câbles électriques lâchent, c’est la faute à « La mafia du cuivre » qui sévit la  nuit dans les quartiers et c’est elle aussi qui est la raison de la hausse des tarifs de la facturation. Et comme en été, la Sonelgaz accuse les climatiseurs du fait  de leurs utilisations abusives provoquent des incidents sur le réseau, d’où l’interruption de l’électricité. Alors ,au printemps, la Sonelgaz accuse les abonnés clandestins. Oui elle a tout à fait raison, mon voisin déjà est l’un d’eux et même les services de notre commune n’ont pas payé leurs dues depuis plusieurs mois. Un agent espion de la Sonelgaz m’a informé  que le nombre d’abonnés clandestins est estimé à 75 milles. Sur la question, que fait Sonelgaz pour s’attaquer à ces vols d’électricité, l’agent espion  m’a affirmé que madame la compagnie n’a pas de pouvoir de puissance publique, mais elle compte recruter  une police de l’électricité armée de 380 volts et de pince mécanique comme en Égypte.Bref, c’est la faute de tout le monde et la Sonelgaz est innocente. Et dans cette gigantesque mascarade les Mostaganémois, sont encore une fois, les grands cocus. 

Riad
Lundi 21 Janvier 2013 - 00:00
Lu 298 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+