REFLEXION

Pas moins de 842 tuberculeux à Oran

La journée d'étude et d'évaluation du programme de lutte contre la tuberculose au niveau de la wilaya d'Oran, organisée avant hier par la direction de la Santé et de la Population à l'ITSP, a été une occasion pour les responsables du secteur de souligner «une baisse nette de la tuberculose pulmonaire» au niveau de la wilaya.



Selon les chiffres officiels de la DSP, 1.690 cas de tuberculose ont été enregistrés en 2011, dont 848 de type pulmonaire (50,18%) et 842 cas de type extra pulmonaire. La prévalence de la tuberculose pulmonaire est passée de 80 cas pour 100.000 habitants en 2010 à 52 cas pour 100.000 habitants en 2011, ce qui traduit une baisse de l'ordre de 35%. Ces résultats «positifs» mis en avant par les autorités sanitaires de la wilaya pouvaient en effet constituer une source de satisfaction s'il n'y avait pas d'autres chiffres beaucoup moins reluisants et une réalité du terrain dont seuls les malades et les médecins traitants en connaissent véritablement l'ampleur. S'agissant des chiffres, il est intéressant de se pencher sur ceux ayant trait aux cas de tuberculose de type extra pulmonaire. Ces derniers représentent en effet pas moins de 842 sur 1.690 enregistrés en 2011, soit quasiment la moitié des cas. Si les cas de tuberculose pulmonaires à Oran ont enregistré une nette baisse en 2011 par rapport à l'année précédente, le nombre de cas de tuberculose extra pulmonaire a, lui, fait un véritable bond. En terme de prévalence, la tuberculose extra pulmonaire est passée de 47 cas pour 100.000 habitants en 2010 à 52 cas pour 100.000 habitants, soit une hausse de près de 10 %. Mais cette hausse du nombre de cas de tuberculose extra pulmonaire n'est qu'un défi parmi tant d'autres auxquels doivent faire face les autorités sanitaires de la wilaya. La réalité que subit à la fois le malade et le médecin traitant fait en effet état de problèmes encore plus préoccupants. D'abord, il y a le problème récurrent des «ruptures de médicament» au niveau des unités de traitement et de contrôle des maladies respiratoires. Un problème que les spécialistes sont unanimes à en souligner le caractère néfaste pour le succès du traitement, en le désignant parmi les principaux facteurs responsables des cas de résistance que certains malades développent. A ce propos, le directeur de la Santé de la wilaya a indiqué que «le problème des ruptures de médicaments antituberculeux» devrait être réglé une fois pour toutes cette année avec la décision du ministère d'abandonner cette année la procédure du «credoc», ce qui devrait faciliter l'approvisionnement régulier des structures sanitaires en médicaments. L'autre problème enregistré dans le traitement de la tuberculose a trait aux cas de résistance. Un volet important du programme de lutte contre la tuberculose, mais dont, malheureusement, aucune donnée statistique récente concernant la wilaya d'Oran n'a été communiquée hier. Il est à souligner enfin que le DSP d'Oran a annoncé la tenue chaque mois d'une réunion regroupant les spécialistes et les responsables du secteur autour d'étude de cas particuliers, dont les cas développant des résistances au traitement.

Medjadji H
Dimanche 1 Avril 2012 - 11:46
Lu 221 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+